Des origines des manuscrits français de l’ancienne bibliothèque palatine

Résumé d’une communication prononcée par Jean-Baptiste Lebigue et Marie-Laure Savoye, le 19 janvier 2015, à l’Ecole Française de Rome, dans le cadre de la journée d’étude « Traces de possesseurs modernes dans les manuscrits médiévaux ». 

Le fonds palatin de la Biblioteca Apostolica Vaticana conserve 27 manuscrits français qui ont fait l’objet d’un travail systématique de description et d’analyse dans le cadre du projet conjoint BAV-EFR-IRHT de catalogage de l’ensemble des manuscrits d’oc et d’oïl de la BAV. Il s’agit ici de présenter le réseau convergent d’indices quant à la provenance d’une partie, mais non de la totalité, des 27 manuscrits en question1.

Indices d’une provenance savoyarde

Les contenus 

Deux manuscrits retiennent l’attention :  

  1. Pal. lat. 925, contenant une Chronique des comtes de Savoie, composition anonyme qui raconte l’histoire de la famille comtale depuis Humbert 1er, fondateur de la lignée à la fin du 10es., jusqu’à la mort d’Amédée VII en 1391. Le texte se termine sur l’évocation de la rivalité entre la veuve et la mère d’Amédée VII pour la régence du Comté, alors que l’héritier, Amédée VIII, n’a que 8 ans : En l’aage de VIII ans estoit messire Amé quant il remaint conte de Savoye et volurent avoir le gouvernement du Conté et de ses seurs dame Bonne de Bourbon sa tayeet de l’aultre lez le voloit tenir dame Bonne de Berri sa mere […] Pour quoy en celluy temps commenczerent les envyes, haynes, rancours, males veuillances, debas, parcialités et divisions. De toutes les copies conservées (8 en tout, toutes du 15es.), l’une en particulier peut être rapprochée de celle du Vatican. Actuellement conservée à Châlons en Champagne, elle a appartenu au monastère bénédictin de Saint-Pierre de Châlons, où se trouvait un manuscrit d’appartenance certaine à Humbert le bâtard, demi-frère d’Amédée VIII. Peut-on faire l’hypothèse que des copies aient été réalisées de façon contemporaine pour divers membres de la famille ? 
  2. Pal. lat. 1968, contenant le Champion des dames de Martin le Franc. L’auteur n’est certes pas savoyard, puisqu’on sait, par son œuvre même, qu’il était originaire d’Aumale, à la limite entre Normandie et Picardie. Mais ce clerc, qui prit part au concile de Bâle, profita de l’occasion pour entrer en qualité de secrétaire au service d’Amédée VIII de Savoie, que les pères conciliaires élirent pape sous le nom de Félix V pour faire pièce à Eugène IV. Ses services furent certainement appréciés, puisque Félix V lui conféra, au plus tard en septembre 1443, la dignité de prévôt du chapitre de Lausanne. Or cette période est précisément celle où Martin Le Franc rédigea son Champion des dames.

A un premier survol du ms Pal. lat. 1968 surgissent quelques interrogations : Pourquoi le manuscrit Pal. lat. 1968 se distingue-t-il des autres exemplaires du Champion des Dames par l’absence de la dédicace au duc de Bourgogne Philippe le Bon et par l’élimination de tous les passages que l’œuvre contenait à la gloire de ce prince, de son épouse (Isabelle de Portugal) et de sa sœur défunte (Anne, duchesse de Bedford), ainsi que des dignitaires de la cour de Bourgogne ? Quand certains huitains pouvaient être supprimés sans rompre le fil du discours, ceux-ci furent biffées avec acharnement (voir image, f. 5v : huitain à la gloire de Philippe le Bon). Mais, à une occasion, il fallut une intervention plus drastique : un feuillet du texte, qui contenait des huitains glorifiant Isabelle de Portugal et Anne de Bourgogne, fut coupé et remplacé par un bifeuillet remaniant l’ordre du chapitre, faisant disparaître les strophes dédiées à ces deux princesses et leur substituant une nouvelle, « ma dame la daulphine, du hault sang d’Escoce semee », autrement dit l’épouse du dauphin Louis, le futur Louis XI.

Ces spécificités du Pal. lat. 1968, moins séduisant que les exemplaires destinés à Philippe le Bon, l’ont fait négliger des éditeurs, alors qu’il semble au contraire lié de très près à Martin Le Franc et au sort de l’œuvre : ce manuscrit se trouvait visiblement dans les mains de l’auteur quand ce dernier eut vent de l’accueil, pour le moins mitigé, de son œuvre à la cour de Bourgogne. L’exemplaire du Vatican ne témoignerait-il pas d’une première réaction d’humeur de l’auteur, biffant tous les passages à la gloire d’un destinataire ingrat et de son entourage et cherchant un autre mécène du côté de la cour de France ? Il le fit avant août 1445, lorsque mourut Marguerite d’Écosse. Il préféra d’ailleurs persévérer auprès du duc de Bourgogne en rédigeant la Complainte du livre du Champion des Dames. Après le succès de cette dernière, le manuscrit Palatin latin 1968 et ses modifications n’avaient plus d’utilité pour la postérité de l’œuvre. Que fit-il du volume modifié ? L’offrit-il à son protecteur Amédée VIII/Félix V, dont il vante les mérites à plusieurs reprises dans leChampion des Dames, ou à une princesse de la dynastie de Savoie ? N’entrons pas trop dans la fiction…  Haut de page

Pal. lat. 1968, f. 5v

Des supports

8 manuscrits sur papier retiennent l’attention (figurés en bleu sur la diapositive). 

Le papier du Pal. lat. 925 porte un filigrane à huchet comparable à Briquet 7802, localisé à Genève, et daté de 1449 (ou 7808 Sion en Valais 1469).

Pal. lat. 1960 utilise deux papiers, l’un portant une grappe de raisin, qui hésite entre Briquet 12991 et 12993, l’un de Soleure, l’autre de Genève, dans une fourchette 1420-1429.

Pal. lat. 1961 et 1992, qui sont deux volumes originellement liés, sont copiés sur un papier à roue de sainte Catherine à manivelle, de type Briquet 13268, provenant de Genève, et daté de 1427.

Pal. lat. 1966 mêle trois papiers, répartis de façon tout à fait aléatoire tout au long du manuscrit : 

•          Briquet 15103 (tête de bœuf surmonté d’une hampe étoilée) Avignon, 1434-1446. 

•          Briquet 13701, un serpent tout à fait singulier, l’unique du répertoire de Briquet tracé d’un trait simple, provenant de Schaffhausen, 1438

•          et une tête de bœuf proche de Briquet 14313, dont Briquet relève une variante à Vaud, en 1430

Pal. lat. 1991 porte un filigrane à grappe de raisin de type Briquet 12991 que nous avons déjà rencontré dans Pal. lat. 1960.

Le filigrane de Pal. lat. 1968, le Champion des dames, une ancre à pelles, n’est pas identifiable avec certitude, tant sont nombreuses les variantes à dimensions comparables. 

Seul le Recueil des histoires de Troiese distingue du tableau qui se dessine sous vos yeux, en utilisant un papier septentrional, de type Briquet 1741, largement répandu dans les années 1470. Le manuscrit est donc aussi assez nettement plus récent que les autres. 

Car pour le reste, l’homogénéité à laquelle nous avons affaire est éloquente. Nous avons croisé les villes de Genève, Soleure (Solothurn), Schaffhausen, Vaud, toutes suisses. Avignon n’est pas si loin que le papier en provenant ne trouble cet ensemble.

Quant à la fourchette chronologique, elle est étroite, de 1420 à 1438 uniquement, soit du temps où Amédée VIII est duc de Savoie. 

Haut de page

Un indice « ornemental »

L’attention a été retenue par l’ornementation des lettres de Pal. lat. 1973, copie de la traduction française de l’Horloge de Sapience.Dès la première page, des similitudes frappantes apparaissent entre le Pal. lat. 1973 et un autre exemplaire du même texte, Bibl. de Genève fr. 6. 

Or ce second manuscrit, outre qu’il est actuellement conservé à Genève, nous fournit de nombreux indices de localisation et de datation, dont l’ajout en fin de volume d’un petit récit de l’incendie de Saint-Pierre de Genève en avril 1430, sans doute peu de temps après la copie du ms. 

Avec plus d’incertitude, on s’est interrogé sur la bordure de Pal. lat. 1966, qui montre quelques formes également relevées dans des manuscrits provenant du sud-est de la France, comme Lyon, Palais des Arts, 31, Amiens, Bibl. mun., ms. Lescalopier 019, etc. (feuilles de lierre qui tendent vers la forme du T, boutons de fleurs en navettes hérissées, fleurs géométriques, où quatre pétales peints se surimposent à un quadrifeuille doré). Moins probant, cet argument ne pourrait venir qu’en renfort des autres. 

Haut de page

Peu de traces linguistiques

Les manuscrits sur papier suisse sont généralement dépourvus de toute coloration dialectale particulière, mais l’un d’entre est un bon témoin du français pratiqué dans une zone qui s’étend du Sud de la Bourgogne à la Franche Comté : Pal. lat. 1960, contenant des Enseignements des Pères.

Une attention particulière est accordée au missel français Pal. lat. 1958, dont un proche cousin est actuellement conservé… aux archives départementales de l’Ain. Nous ne nous éloignons guère d’une zone géographique désormais bien identifiable.

Haut de page

Des possesseurs connus

Il n’y en a pour tout dire qu’une, Agnès de Savoie, fille de la maison de Savoie devenue comtesse de Genève, pour qui a selon toute vraisemblance été fait le livre d’heures Pal. lat. 538. Il est rare de trouver dans ce type d’ouvrage un ensemble aussi cohérent d’indices : 

1°) l’usage du petit office de la Vierge et des vigiles des morts est celui de Genève, assez peu courant dans les livres d’heures pour attirer l’attention (pas Paris, Rome ou Salisbury).

2°) Le calendrier est parfaitement conforme à l’usage de Genève, dont il reproduit les fêtes caractéristiques, telle celle de saint Clair martyr, prêtre de Genève, le 4 nov., de s. Sigismond roi le 15 oct., sans parler des nombreux saints régionaux (évêques de Lyon, Vienne, Chalons sur Saône) qui y sont représentés. Une de ces fêtes ne nous laisse aucun doute, c’est la Dédicace de la cathédrale Saint-Pierre de Genève le 8 octobre.

3°) Enfin, en plus de ces fêtes typiques de l’usage de Genève, ce calendrier contient, et de la main primitive, des mentions précisant l’année de la mort d’Amédée II, comte de Genève, en 1308, et de son petit fils Amédée (le futur Amédée III), fils de Guillaume comte de Genève et d’Agnès de Savoie. 

À la rubrique des possesseurs savoyards et genevois, on peut ajouter un manuscrit qui n’est plus actuellement ni à Rome ni à Heidelberg, mais à Munich. Nous sommes redevables à Karl Christ de l’avoir repéré. Il s’agit d’un livre de prières conservé actuellement à la Staatsbibliothek de Munich, sous la cote Codex latinus monachensis 10 096. D’après le catalogue des manuscrits, il porte sur sa reliure le portrait de Othon-Henri du Palatinat (1502-1559). Le livre commence par un calendrier, de nette coloration franciscaine (translation de saint François, fête des stigmates de saint François, translation de sainte Claire, fête de saint François…) Mais ce qui surtout retient notre attention, ce sont deux mentions de commémorations plus privées, la première au 21 mars Tali die obiit domina Blanchia comitissa Gebenensis anno Domini m.cccc.xvi, l’autre au 24 octobre, L’an m.ccc.lxxxxviiii a tel jour trespassa Mahut de Bollone contesse de Geneve

Le manuscrit provient certes du Nord de la France ; les historiens de l’art le datent des années 1410-1415. Mais son implantation « genevoise » ne peut faire aucun doute. Il n’est pas sans fortement rappeler le manuscrit Pal. lat. 540, qui est entièrement en latin, dit Livre d’Heures de la comtesse Blanche de Genève, et dans le calendrier duquel le décès de Blanche est inscrit au calendrier, à la même date que précédemment, le 21 mars : Tali die currente anno M°CCCC XVIto obiit illustris domina Blanchia Gebenensis comitissa2.

Haut de page

Une hypothèse d’appartenance

Le travail mené sur le fonds palatin s’appuie sur le remarquable catalogue établi par Karl Christ3. En dépit d’enquêtes minutieuses et de belles intuitions, il le reconnaissait en préambule de son catalogue : Auch die Geschichte der französischen Handschriften, ähnlich wie die der altdeutschen, bleibt vielfach im dunkeln. Il identifiait quelques prestigieux possesseurs médiévaux, évoquait le nom d’Ulrich Fugger, mais concluait : Wann und wie die altfranzösischen Handschriften nach Heidelberg gekommen sint, bleibt (…) im unklaren

Le savant pressentait toutefois une présence féminine derrière plusieurs des livres analysés. Ainsi d’un important recueil de textes spirituels de la 1èremoitié du 15es., Pal. lat. 1959. Ecrit en Champagne, il a cette singularité d’être assez explicitement composé pour des femmes, quand bien même les textes qu’il contient ne le seraient pas originellement explicitement : 

  • la note féminine apparaît au 3etexte avec une étonnante traduction de la prière Summe sacerdos, prière à réciter par le prêtre avant la communion. Or, ici, la traduction est explicitement faite pour une femme, (« moy qui suis ta non digne ancelle », f. 20v ; « quelque pecheresse que je soye », f. 21r ; « la povre pelerine », f. 21v). Ce n’est pas propre à cette copie cependant, mais à la traduction du texte, puisque son unique autre copie présente les mêmes caractéristiques dans le ms. University Library de Cambridge cote Addit. 6690) ;
  • Est-il en revanche fortuit que le miracle de ND extrait de l’ample collection de récits en vers de Gautier de Coinci, et qui clot le manuscrit, ait pour héroïne une religieuse, dévote qui récitait tous les jours trop de salutations angéliques, et à qui Marie apparut pour recommander d’en dire moins, mais avec plus de soin et de ferveur ? 

Evoquons encore un livre de prières du 14es., produit lui dans l’Ouest de la France, Pal. lat. 549. Plusieurs de ses pièces, tant latines que françaises, sont destinées à une orante. Il n’est que d’en lire les premières lignes : mihi indigna famula tua (1v, l. 4).

Ces manuscrits, non savoyards, sont-ils malgré tout en train de nous éloigner de la piste que nous semblions traquer ? Bien moins qu’on ne le croit !

Car parmi les grandes bibliophiles de la maison de Savoie, une figure plus discrète nous paraît avoir joué un rôle tout à fait fondamental. 

Elle avait été entraperçue par Christ, qui l’énumérait avec d’autres princesses ayant gravité autour de la cour du prince électeur, et dont le goût pour la littérature était connu4  ; l’historienne de l’art Anne-Marie Légaré a pressenti que c’est par elle qu’un manuscrit provenant d’Anjou avait fait le voyage d’Heidelberg. Cette princesse, c’est Marguerite de Savoie, neuvième et dernier enfant d’Amédée VIII et de Marie de Bourgogne, épouse en premières noces de Louis III d’Anjou (en 1431), puis de Louis IV prince électeur de Palatinat (1445-1449), et en dernier lieu de Ulrich V de Wurtemberg (1453) jusqu’à sa mort en 1479. 

Karl Christ, encore, a pensé à elle à propos de l’arrivée à Heidelberg des Chroniques de Savoie (eine der zahlreichen Handschriften … der am Anfang des XV. Jahrhunderts entstandenen Familienchronik des Hauses Savoyen, die Mechthild oder Margarete von Savoyen mit nach Heidelberg gebracht haben mag), sans avoir tous les indices dont nous disposons pour lui prêter un rôle plus important.

Par ricochet, tout s’éclaire d’une lumière sensiblement distincte. Ainsi de ces heures d’Agnès de Savoie, qui portent des ajouts en français datés du 15es. Ils contiennent aussi des prières en allemand, ce qui ne surprend pas a prioripour un manuscrit ayant été conservé à Heidelberg, mais s’explique encore mieux par la biographie de Marguerite de Savoie. 

Heidelberg, Pal. germ. 76

De son premier mariage, Marguerite aura fort bien pu rapporter les manuscrits originaires de l’Ouest de la France. A l’occasion de son second mariage, on sait par les récits contemporains, qu’elle partit avec quelques caisses de livres rejoindre le Palatinat. Parmi ceux-ci, ne peut-on envisager que se soient trouvés nos manuscrits savoyards d’un large second quart du XVe siècle, ceux d’origine dynastiques, soit savoyards comme le livre d’heures d’Agnès de Savoie, soit provenant de Bourgogne et des Pays-Bas, qu’elle a pu hériter de sa mère, princesse de Bourgogne. Enfin, on connaît mieux son goût pour les livres pour la période de son dernier mariage, au cours duquel elle fait réaliser plusieurs copies de textes allemands5. Deux en particulier sont identifiés par les armes de la princesse accompagnant celles de son troisième mari, Ulrich de Wurtemberg. On peut même envisager qu’à l’époque où elle vivait à la cour de Stuttgart, elle se soit procuré les mss lorrains comme la bible française Pal. lat. 1957.

Heidelberg, Pal. germ. 111

Pourquoi néanmoins tous ces manuscrits devaient-ils se retrouver dans la bibliothèque d’Heidelberg ? Par héritage peut-être tout simplement qu’en fit le seul fils qu’elle ait eu, de son second mariage avec le prince palatin. Il s’agit de Philippe, qui hérita et continua l’œuvre d’enrichissement de la bibliothèque du Palatinat.

Nous admettons volontiers que tel ou tel des volumes en français échappera à cette hypothèse, en particulier certains provenant de la collection Fugger. Néanmoins, la caractérisation de la piste « Marguerite de Savoie » semble la plus propre à expliquer l’existence de ce petit fond français où les manuscrits originaires de Suisse sont représentés en plus grand nombre que ne le voudrait le simple hasard. 

Haut de page


  1. 27 manuscrits sont pris en compte : Pal. lat. 537, livre d’heures à l’usage de Salisbury, contenant des pièces en français ; Pal. lat. 538, livre d’heures dit d’Agnès de Savoie ;  Pal. lat. 549, livre de prières bilingue, dépourvu de toute ornementation, très modeste ; Pal. lat. 925, Chronique des comtes de Savoie ; Pal. lat. 1957, une Bible française du 14es.; Pal. lat. 1958, un missel dominicain en français ; Pal. lat. 1959, Recueil pieux : contenu : Doctrinal aux simples gens, Vies de saints, miracles de la Vierge ; Pal. lat. 1960, enseignement des pères, largement inspiré des Verba seniorum ; Pal. lat. 1961, Jacques le Grant, Livres des bonnes mœurs ; Pal. lat. 1962, Recueil des histoires de Troie de Raoul Le Fèvre ; Pal. lat. 1963, Eracles ; Pal. lat. 1964, Tristan en prose ; Pal. lat. 1965, Echecs moralisés : traduction de Jean Ferron ; Pal. lat.1966, Cité des dames de Christine de Pisan ; Pal. lat. 1967, Mort Artu après un Régime du corps ; Pal. lat. 1968, Champion des dames de Martin Le Franc ; Pal. lat. 1969, Miracles de Nostre Dame  et Passion dite du Palatinus ;Pal. lat. 1970, Manuel des péchés ; Pal. lat. 1972, Fouque de Candie ;Pal. lat. 1973, traduction française de l’Horologium Sapientiaed’Henri Suso ; Pal. lat. 1988, la légende du Saint Voult de Lucques, traduite par Jean Golein ; Pal. lat. 1989, la traduction du Décaméronpar Laurent de Premierfait ; Pal. lat. 1990, le Régime du corpsd’Aldebrandin de Sienne . Pal. lat. 1991, un second manuscrit de la traduction française de l’Horologium Sapientiae ; Pal. lat. 1992, le Livre de bonne viede Jean Dupin ; Pal. lat. 1995, une seconde copie du Livre des bonnes mœursde Jacques le Grant. Le recueil de fragments Pal. lat. 1971, impossible à appréhender de façon homogène, n’est pas ici pris en compte. []
  2. Voir Gagnebin, « Le Livre d’heures de la comtesse Blanche de Genève », in Mélanges Masai, pp. 345 sqq. []
  3. Karl Christ, Altfranzösischen Handschriften der Palatina, Leipzig, 1916 (Beiheft zum Zentralblatt für Bibliothekswesen, 46 []
  4. voir son long développement sur Marguerite pp. 5-6 []
  5. Voir à ce sujet l’article d’Henrike Lähnemann, « Margarethe von Savoyen in ihren literarischen Beziehungen », in Encomia-Deutsch, Tübingen 2002, pp. 158-173 []

Tocco di

Paris, BnF, fr. 12473 ; http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60007960/f46

Voici le moment de la troisième rencontre autour du Catalogue des Manuscrits de la Biblioteca Apostolica Vaticana. Cette année, on s’interrogera sur l’intérêt, pour les éditions de textes, du passage des chansonniers médiévaux entre les mains d’érudits modernes.

Le colloque, organisé par Maria Careri, se tiendra à Rome les 23 et 24 novembre. En savoir plus

Autour du Catalogue des Manuscrits français et occitans de la Biblioteca Apostolica Vaticana

Réflexions historiques et méthodologiques sur le catalogage des manuscrits médiévaux à l’heure du numérique.

Le 21 février 2013 se tiendra à l’Ecole Française de Rome une table ronde sur le catalogage des manuscrits. Cette journée s’inscrit dans le cadre du projet de Catalogue des Manuscrits français et occitans de la Biblioteca Apostolica, mené en collaboration par la Bibl. Apostolica Vaticana, l’Ecole Française de Rome et l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes.

Programme 21 février 2013