Succès des textes français

A la demande d’une équipe extérieure, nous avons généré un export des oeuvres de la base Jonas indiquant pour chacune le nombre de témoins actuellement (02/10/2019) renseignés dans la base. Le fichier ainsi généré fait apparaître le palmarès suivant, que nous commentons au fil des entrées, moins d’un point de vue historique que d’un point de vue méthodologique, les résultats étant tributaires à la fois des avancées du projet Jonas et des choix de saisie opérés jusqu’alors.

1- Calendrier en français (545 entrées)

La base Jonas contient un certain nombre de fiches génériques comme celle-ci qui ne renvoient pas à un texte unique et constant, mais à un type de texte pour lequel la saisie individuelle, le travail de comparaison pour isoler les versions ou variantes, la pauvreté des informations dans les sources bibliographiques auraient entraîné une charge de travail trop importante pour nos forces. Ici sont recensés des calendriers en français au début de livres d’heures, ces derniers pouvant être intégralement latins par ailleurs. On trouvera de même des fiches génériques pour les “mots en français isolés dans des textes latins”, pour les “recettes” éparses, etc. pour lesquels derrière chaque témoin se cache le plus souvent un unicum.

2- Quinze joies de Notre-Dame (318 entrées)

Distançant le Roman de la Rose, c’est sans surprise que nous trouvons en deuxième position une prière à la Vierge très fréquente dans les livres d’heures. Le nombre de témoins ne cesse d’en augmenter au fil des dépouillements de catalogues et des passages en vente des manuscrits.

3- Roman de la Rose (284 entrées)

La liste de Jonas est sensiblement moins complète que celle du site Romandelarose.org (325 entrées) car elle a été établie assez tôt dans le projet, alors qu’il n’était pas prévu de solution pour entrer dans Jonas les manuscrits des collections privées ou de localisation actuelle inconnue. Cette lacune est progressivement comblée.

4- Sept requêtes de Notre Seigneur (238 entrées)

Voir supra les Quinze joies

5- Rubriques en français (217 entrées)

Voir supra les Calendriers en français

6-Grandes chroniques de France (148 entrées)

7-Testament de Jean de Meun (123 entrées)

Succès largement lié à celui du Roman de la Rose.

8-Lancelot en prose (115 entrées)

On peut s’attendre à une augmentation conséquente du nombre de témoins au fur et à mesure que de nouveaux fragments seront identifiés. Le corpus en est déjà important.

9- Somme le Roi (112 entrées)

10- Prière à la Croix “Sainte vraie croix aouree” (101 entrées)

Voir supra les Quinze joies

11- Trésor de Brunet Latin (100 entrées)

12- Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci (99 entrées)

Pour ne pas être en désaccord avec la bibliographie la plus récente, la fiche réunit les copies complètes de l’oeuvre de Gautier de Coinci et les manuscrits ne transmettant qu’un ou deux textes. Le tableau est donc partiellement faussé, la Prière de Théophile ayant connu un succès durable dans les Livres d’heures, bien après le tarissement des copies complètes des Miracles.

13- Tristan en prose (97 entrées)

Voir supra le Lancelot en prose

14-Arbre des batailles d’Honorat Bovet (87 entrées)

Le chiffre ici n’inclut que le nombre de témoins manuscrits de la version brève. Si l’on y ajoute les copies de la version longue et des remaniements connus, on atteint 97 entrées.

15- Des cas des nobles hommes et femmes de Laurent de Premierfait (86 entrées)

La fiche inclut un petit nombre d’éditions anciennes, et omet provisoirement des copies manuscrites à localiser.

C’est l’occasion pour rappeler qu’il n’a pas encore été possible d’entrer dans Jonas toutes les éditions anciennes des textes français médiévaux, mais que leur prise en compte est tout à fait nécessaire pour évaluer le succès, dans la durée, de toutes ces oeuvres.

16- Histoire ancienne jusqu’à César (85 entrées)

Comme pour l’Arbre des Batailles, si l’on additionne les chiffres des 4 versions du texte, on trouve 91 témoins et non 85.

17- Sept articles de la foi de Jean Chapuis (83 entrées)

Voir supra le Testament de Jean de Meun.

18- Image du Monde de Gossuin de Metz (79 entrées)

De nouveau, le chiffre est modifié si l’on additionne toutes les versions : 111 témoins.

19- Bible historiale complétée (76 entrées)

On pourrait y ajouter encore les 46 témoins de la Bible historiale de Guiart des Moulins.

20-Sidrac (76 entrées)

21- Régime du corps d’Aldebrandin de Sienne (76 entrées)

Moyennant toutes les précautions d’interprétation, ce fichier rendra peut-être service à d’autres équipes. Il est donc téléchargeable sur simple demande à marie-laure.savoye[arobase]irht.cnrs.fr.

Il ne remplacera pas le plaisir de lire Frédéric Duval, Lectures françaises de la fin du Moyen Age. Petite anthologie commentée de succès littéraires, Textes Littéraires Français, 587, Genève, Droz, 2007 !

 

 

Ganagobie

Dépouillement fait : Guy Lanoë, Les manuscrits de Ganagobie, Revue d’histoire des textes, 27, 1997 : p. 258-314.

A signaler

La section romane a apporté deux compléments à la notice de Guy Lanoë pour le manuscrit 3 de l’abbaye :

Revenir à la liste complète des villes possédant des fonds de manuscrits.

Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye

Mort Artu

Francesco Siri nous a informées de la présence à la BnF de fragments de la Mort Artu, défets de reliure du manuscrit Paris, BnF, latin 16733.

Il s’agit d’une copie du 13e s., sur 2 colonnes de 35 lignes. Sont conservés des bouts de 3 cahiers :

  1. Deux bandes découpées dans le  bifeuillet externe d’un cahier, contenant, avec de nombreuses variantes textuelles par rapport à l’édition Frappier, les § 93,45 à 96, 2 (lacunes en bas de feuillets) et 110, 39 à 111, 61.
  2. Trois des quatre bifeuillets du cahier suivant (il manque le 2e), contenant les § 111, 66 à 113 ; 115, 60 à 122, 4 et 128 à 131.
  3. Le bifeuillet externe du cahier suivant, contenant la fin du § 131 et les § 132 à 136, 43 puis les § 150 à 154, 17.

Pour l’instant non cotés, ces fragments ne sont pas consultables. Des informations complémentaires peuvent être obtenues auprès de la section romane de l’IRHT.

 

Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye

Grand prix Prince Louis de Polignac

La Fondation Prince Louis de Polignac fut fondée en 1997 à la mémoire du prince, épris de culture et de musique, disparu l’année précédente. Elle a pour but de promouvoir la culture française et européenne et de contribuer au développement de la science. Elle remet chaque année un Grand Prix et des prix de recherche, sur proposition des Académies de l’Institut de France (à tour de rôle l’Académie française, l’Académie des inscriptions et belles-lettres, l’Académie des sciences, l’Académie des beaux-arts et l’Académie des sciences morales et politiques).

En 2017, sur proposition de l’AIBL, elle a distingué l’IRHT pour sa base de données Jonas. La cérémonie de remise des prix s’est déroulée le 12 décembre à l’hôtel de Polignac, siège de la fondation Singer-Polignac, en présence de SAS Le Prince Albert II de Monaco. M. le Chancelier de l’Institut de France, Gabriel de Broglie, a ouvert la cérémonie, puis passé la parole à Madame le juge Daurelle, présidente et co-fondatrice de la fondation. Cette dernière a rendu hommage à la figure du prince Louis de Polignac et rappelé la vocation de la fondation.

Le prix du Conseil d’Administration a été remis par le professeur Yves Pouliquen, président de la Fondation Singer-Polignac, à l’association Ressource, qui se consacre au mieux-être des malades du cancer.

Monsieur le Secrétaire perpétuel de l’AIBL, Michel Zink, a ensuite rappelé l’histoire de l’IRHT depuis sa création et rendu hommage à son fondateur Félix Grat, évoqué l’importance des outils créés par le laboratoire depuis ses origines et exprimé son inquiétude, au vu de la situation actuelle, pour l’avenir de la Section romane.

Marie-Laure Savoye s’est ensuite exprimée ainsi au nom de la Section romane :

Monseigneur, Monsieur le Chancelier de l’Institut de France, Madame la Présidente de la Fondation Prince Louis de Polignac, Monsieur le Président de la Fondation Singer Polignac, Mesdames et Messieurs,

 C’est un très grand honneur pour moi de représenter ce soir le projet JONAS, porté par la section romane de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes. Consultable librement sur Internet par les chercheurs et tous les curieux, JONAS est un répertoire informatique de tous les textes et manuscrits français et occitans antérieurs à 1500. Pour chaque œuvre, il procure la liste des manuscrits et éditions anciennes et modernes permettant de la lire. Réciproquement, il fournira à terme la description archéologique et textuelle de tous les vestiges manuscrits de l’ancienne littérature de la France. A cette date, 19000 textes ont été identifiés et documentés ; le répertoire compte 18000 fiches de manuscrits.

JONAS est la concrétisation, quant aux langues vernaculaires du territoire de la France, de l’ambitieux projet de Félix Grat, député de la Mayenne à la veille de la seconde guerre mondiale. En 1937, à force d’enthousiasme, Félix Grat obtint de Jean Perrin, sous-secrétaire d’Etat à la recherche scientifique, la création d’un Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, institut auquel fut confiée la mission d’étudier « la transmission écrite de la pensée humaine ». Le romaniste Mario Roques était des premiers soutiens de l’entreprise, mais il fallut attendre 1940 pour qu’une section « romane » soit fondée, sous la houlette d’une jeune chartiste, Edith Brayer.

Et c’est bien à cette date et par Edith Brayer que furent établis les principes du répertoire JONAS ; au début des années 2000, Sylvie Lefèvre, responsable de la section romane, confiait à Anne-Françoise Leurquin et moi-même la mission de faire migrer les fichiers papier vers un support électronique. L’informatique et internet ont magistralement métamorphosé l’outil, mais quant à son contenu scientifique, il est le fruit du travail de plusieurs générations, que je tiens à associer fortement à la reconnaissance aujourd’hui accordée. Jadis, les chercheurs du monde entier faisaient le voyage de Paris ou écrivaient pour exploiter les données des tiroirs de fiches ; aujourd’hui, ils se connectent simplement à JONAS. Le répertoire informatisé offre pourtant bien plus qu’un accès facilité à la documentation. En à peine plus d’une décennie, sa puissance et son efficience ont été décuplés : maints chercheurs utilisent JONAS comme incipitaire – et l’on sait l’utilité de pareil outil pour l’étude d’une période où l’anonymat fait figure de règle ; le répertoire permet des recherches avancées sur l’archéologie du livre médiéval, sur les artisans du livre ancien, sur la diffusion et la réception des œuvres vernaculaires.

En cette fin d’année 2017, le répertoire JONAS est un outil proche de l’exhaustivité pour les textes que notre époque dirait « de divertissement » : chansons de geste, romans, théâtre, poésie. Des projets passés ou en cours font progresser quotidiennement la connaissance de l’écrit spirituel et historique. Un champ cependant demandait à être ouvert et conduit à un premier seuil de complétude : celui des écrits concernant l’histoire sociale et la culture matérielle, règles de vie, manuels de conversation ou de danse, règlements, traités techniques, ouvrages d’économie rurale et domestique, jeux, rébus et autres devinettes… On ne saurait épuiser la diversité thématique que recouvrent ces textes, dans lesquels l’intérêt esthétique cède le pas à l’intérêt pratique ; des textes dont chacun comprendra l’importance pour la recherche historique. Grâce au soutien de la Fondation Prince Louis de Polignac, ce chantier sera ouvert en 2018 ; par ma voix s’exprime la reconnaissance d’une large communauté scientifique avide de faire son miel de cette documentation nouvelle.

L’enrichissement par corpus de recherche fut et est encore une des méthodes privilégiées d’alimentation du répertoire : la littérature hagiographique fut ainsi la première intégralement documentée, grâce aux travaux et à l’expertise d’Anne-Françoise Leurquin ; dans l’actualité, JONAS accueille le catalogage des manuscrits français et occitans de la Bibliothèque Apostolique Vaticane.

L’alimentation quotidienne consiste encore en une veille bibliographique méthodique et l’extraction des données pertinentes des éditions de textes, articles, études, catalogues d’expositions ou de fonds paraissant chaque année. Enfin, nous avons réengagé récemment le dépouillement systématique des fonds manuscrits de par le monde, et la récolte de nouveautés est abondante, aujourd’hui par exemple dans les collections de l’Illinois.

Maillon du projet fondateur de l’IRHT, JONAS ne se conçoit qu’en interaction avec d’autres outils développés dans le laboratoire et au-delà. Il est donc entré dans des réseaux de ressources électroniques vers lesquelles il oriente l’utilisateur, et desquelles il est complémentaire : numérisations, éditions électroniques, répertoires iconographiques, outils couvrant d’autres domaines linguistiques…

Si JONAS a conquis ainsi sa place d’outil de référence mondiale pour l’étude des manuscrits médiévaux français, c’est parce qu’il est le fruit du travail de passionnés : des hommes et des femmes qui ont fait la section romane au fil des générations : Edith Brayer, Anne-Marie Bouly de Lesdain, Geneviève Brunel, Maria Careri, Françoise Ferrand, Françoise Féry-Hue, Geneviève Hasenohr, Gillette Labory, Sylvie Lefèvre, Anne-Françoise Leurquin, Christine Ruby, Claude de Tovar, Françoise Vielliard, Fabio Zinelli. Passionnés également, de leur métier comme de notre objet de recherche, les informaticiens hors pair qui se sont relayés pour développer JONAS et le faire évoluer : Michel Grech, Olivier Marlet, Cyril Masset, Henri Seng. Passionnés enfin, les directeurs successifs de l’IRHT ayant accordé un soutien sans faille à un projet qui pour ses inventeurs mêmes paraissait encore en 2002, très utopique.

L’enthousiasme a eu raison de maintes difficultés ; toujours vif, et nourri de l’honneur fait à JONAS en ce jour, je veux croire qu’il triomphera également du danger que fait peser sur lui la situation démographique actuelle de la section romane. Il reste tant à faire, et un si grand désir de le faire, pour le service de la communauté scientifique, pour le service et la mémoire du patrimoine littéraire de la France…

Pour les artisans du projet, l’enthousiasme a fait de Jonas un compagnon quotidien, abolissant les frontières entre partenariat professionnel et amitié, entre laboratoire de recherche et sphères familiales et amicales. Certaines des belles personnes qui ont, par leur œuvre ou leur attention, apporté leur pierre à l’édifice ne sont plus parmi nous ; elles seraient émues de cette reconnaissance et mes pensées et remerciements vont vers elles. Ils vont à mes prédécesseurs et collègues, aux directeurs de l’IRHT, aux utilisateurs sans cesse plus nombreux de Jonas, mais au premier chef aux membres de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, de l’Institut de France et de la Fondation Prince Louis de Polignac, qui font aujourd’hui cet honneur à JONAS et au projet continué de Félix Grat.

Puis le Secrétaire perpétuel de l’AIBL a remis aux lauréates la médaille décernée avec le prix. Celui-ci, d’un montant de 10.000 €, financera la mise en œuvre du corpus « vie quotidienne ».

La cérémonie a été suivie d’un récital de piano par Jean-Paul Gasparian et d’un cocktail.