Mort Artu

Francesco Siri nous a informées de la présence à la BnF de fragments de la Mort Artu, défets de reliure du manuscrit Paris, BnF, latin 16733.

Il s’agit d’une copie du 13e s., sur 2 colonnes de 35 lignes. Sont conservés des bouts de 3 cahiers :

  1. Deux bandes découpées dans le  bifeuillet externe d’un cahier, contenant, avec de nombreuses variantes textuelles par rapport à l’édition Frappier, les § 93,45 à 96, 2 (lacunes en bas de feuillets) et 110, 39 à 111, 61.
  2. Trois des quatre bifeuillets du cahier suivant (il manque le 2e), contenant les § 111, 66 à 113 ; 115, 60 à 122, 4 et 128 à 131.
  3. Le bifeuillet externe du cahier suivant, contenant la fin du § 131 et les § 132 à 136, 43 puis les § 150 à 154, 17.

Pour l’instant non cotés, ces fragments ne sont pas consultables. Des informations complémentaires peuvent être obtenues auprès de la section romane de l’IRHT.

 

Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye

Fragment de l’Estoire del Saint Graal

Notre collègue Marco Maulu a attiré notre attention il y a quelques jours sur les pages de garde du ms Mazarine 2618, mal identifiées jusqu’alors dans Jonas, et dont le catalogue Calames disait seulement qu’il s’agissait d’un roman en prose.

Nous avons donc examiné ce feuillet, qui s’avère être un fragment de l’Estoire del saint Graal, § 554-557 de l’édition J.-P. Ponceau (CFMA 120-121), datable de la fin du 13e ou du début du 14e s. Le texte est copié à deux colonnes, d’une écriture très régulière.

Merci à M. Maulu de ce signalement !

Un extrait du Miserere

Lorsqu’en 1924, R. Fawtier et E.C. Fawtier-Jones publièrent la notice du légendier français de Carlisle1, ils ne purent identifier le texte qui se trouve aux feuillets 144v-147v, entre le Bestiaire divin de Guillaume Le Clerc de Normandie et la Vie de saint Jean Bouche d’or. J’ai eu plus de chance qu’eux.

Il s’agit d’un extrait du Miserere du Reclus de Molliens, les strophes CCXXXIX à CCLII, soit le récit d’un miracle marial : un moine de Cîteaux raillait ses frères chantant avec trop d’entrain. Pour la fête de l’Assomption, alors que le couvent se rend à l’office, il voit la Vierge distribuer à ses frères un électuaire divin, qu’elle lui refuse à plusieurs reprises. Elle lui en explique la raison. Blâmé le lendemain au chapitre de son agitation lors de la messe, il fait à la communauté le récit de sa vision.2

Le récit m’est familier, car il est inséré dans le Rosarius3, au chapitre XXIV. L’extrait du Rosarius est toutefois un peu plus ample : il commence une strophe plus tôt (CCXXXVIII) et court jusqu’à la fin du Miserere (soit la strophe CCLXXI).

 

  1. Fawtier R., Fawtier-Jones E.C. Note sur un légendier français conservé dans la bibliothèque du chapitre de Carlisle. In: Romania, tome 50 n°197, 1924. pp. 100-110. DOI : 10.3406/roma.1924.4579 ; www.persee.fr/doc/roma_0035-8029_1924_num_50_197_4579 []
  2. Variante de Tubach 4698. []
  3. Recueil de sermons en vers dont je prépare l’édition. []

Bueve de Hantone (ou Merci Josiane)

Notre collègue Francesco Siri, de la Bibliothèque nationale de France, nous a généreusement informées de la présence,  à la fin du manuscrit latin 7423, d’un fragment de manuscrit en français.

Grâce à la présence de l’héroïne Josiane, nous n’avons guère eu de mal à identifier le texte.

Il s’agit d’un bifeuillet contenant une copie  de la version II de Bueve de Hantone (d’après le classement et l’édition de Stimming) : sur le premier feuillet, on conserve la fin de la laisse XCVIII, XCIX-CI « complètes » et ce qui correspondrait à la laisse CII, dans une rédaction très variante. Sur le second feuillet, la fin de la laisse CIX, CX-CXI (presque complète).

La copie semble dater de la 2e moitié du 13e s (et pourrait être la plus ancienne de cette version). Elle était à deux colonnes de 35-36 vers (il manque presque tout le quart supérieur des pages). Des points d’alignement marquent la limite droite de chaque colonne de vers. L’espace est laissé vacant pour les lettrines de début de laisses, non exécutées.

D’après ces données encore conjecturales, il manquerait deux bifeuillets à l’intérieur.

Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye