Nouvelles de Jonas, Février 2023

 

Ces premières Nouvelles de Jonas de l’année 2023 arrivent bien tard. Certaines “nouveautés” datent en réalité de la fin 2022. Derrière l’unique rédactrice de cette lettre, ce sont maints contributeurs qui doivent être remerciés : Stefano Asperti, Guillaume Berthon, François Bougard, Caroline Bourlet, Andrew Dunning, Marielle de Franchis, David Ganz, Sylvie Lefèvre, Maria Careri, Gavino Scala, Dominique Stutzmann, Agathe Sultan, Sławomir Szyller, Marie-Hélène Tesnière, Laurent Ungeheuer … J’espère n’oublier personne !

Occasion pour moi d’inviter de nouveau les collègues utilisateurs de Jonas à me signaler les erreurs ou manques qu’ils constatent dans Jonas, et de redire combien les informations bibliographiques peuvent m’aider à maintenir à jour cet outil.

En lumière

Nouveaux manuscrits

Nouvelles oeuvres

Corrections et compléments

Pour les fins limiers

En lumière

Paris, BnF, nal 2332, f. 14v (Source : BnF-Gallica)

 Le choix de la “vedette” était un peu difficile et la rubrique a bien failli disparaître. Le choix s’est porté sur un type de texte qui n’avait pas encore été représenté à cette place. Il s’agit de deux fragments d’un règlement de métier, conservés dans le recueil nal 2332 de la Bibliothèque nationale. Les deux fragments sont des témoins d’un même texte, mais proviennent de deux copies d’époques diverses. Ils énumèrent des règles pour des drapiers, mais tels qu’ils sont parvenus jusqu’à nous, ils ne contiennent aucune mention de lieu. Je dois à Caroline Bourlet l’identification plus que vraisemblable de Provins comme ville d’origine de ce règlement. Notre collègue historienne a attiré mon attention sur la similitude entre plusieurs passages de ces règlements et le texte inséré dans la collection Champagne, vol. 26, fol. 2231, sous le titre Extrait du mesme livre ms en velain contenant les statuts et reglemens de la communauté de la draperie de Provins.

Le premier de nos deux fragments pourrait refléter un état plus ancien que celui jusqu’alors connu.

 

 

 

Haut de page

 

Nouveaux manuscrits

Vente Ader, 15 novembre 2022, lot 1 (Image du catalogue de vente)

Dans la même liasse de fragments, sur laquelle Maria Careri a attiré mon attention, on trouve, aux ff. 23-24, un passage (2e moitié du 13e s.) de la Queste del saint Graal ; au f. 25, un bout (même période) du Lancelot en prose. La longue liste des fragments de romans s’est également allongée d’un bifeuillet de l’Estoire del saint Graal, correspondant aux pp. 210-212 de l’éd. Ponceau, provenant d’un manuscrit du premier quart du 14e s. copié sur trois colonnes, bifeuillet vendu à Drouot le 15 novembre 2022 (acquéreur non connu à ce jour).

Surtout, copies fragmentaires ou complètes, huit manuscrits ont rejoint la liste des témoins du Roman de la Rose à la suite de la lecture de l’article de Dominique Stutzmann, “Du Roman de la Rose aux livres d’heures : étudier et comprendre les écritures de colophons”, in Scribes and the Presentation of Texts (from Antiquity to c. 1550). Proceedings of the 20th Colloquium of the Comité international de paléographie latine, Turnhout, 2021 (Bibliologia, 65), pp. 367-407 : Columbia, University of Missouri, Ellis Library, Fragmenta Manuscripta 156 (83659) ; Hanover (NH), Dartmouth College, Rauner Special Collections Library, Ms. 003206 (83660), New York, Morgan Library and Museum, M.0120 (83661), M.0132 (74159), M.181 (75460), M.185 (74160), M.503 (75561) ; Paris, BnF, nal 718 (83662).

Parmi les nouveaux manuscrits d’œuvres déjà bien renseignées dans Jonas, je retiens :

  • glané sur Fragmentarium, un fragment de la Bible du 13e s. (milieu ou seconde moitié du 14e s. d’après la notice de Ruth Mullett et Nigel Palmer) dans une reliure de la Bodleian Library (4° I 1 Th. Seld.) ;
  • en vente chez Les Enluminures, un manuel combinant la quatrième partie de l’Avis aux rois et l’Ordonnance de Philippe IV sur les gages de bataille ; 
  • récoltée lors de mes promenades dans le catalogue de la British Library, London, BL, Add MS 20813, copie 16e s. du Traité pour un chef de guerre de Beraut Stuart.

Comme à chaque livraison des Nouvelles de Jonas, nous avons un petit lot de prières, un fragment des Sept requêtes ; trois fragments d’un même livre d’heures contenant les Quinze joies et les Sept requêtes2 ; un fragment des seules Joies. Deux ajouts plus originaux : 

  • Les Heures de Notre-Dame de Pitié dans London, BL, Add MS 21235 (Heures ayant appartenu à Nicolas Perrenot de Granvelle) ;
  • Les Heures de Prigent de Coëtivy (Dublin, Chester Beatty Library, W 82), sur lesquelles Laurent Ungeheuer m’a généreusement communiqué ses relevés. Le livre (réalisé entre 1443 et 1445) contient huit pièces françaises. À côté des Quinze joies, on lit les prières à la Vierge Sonet-Sinclair 1538 et 2153 ; le poème “Royne qui fustes mise / Et assise” attribué dans Jonas à Guillaume Alecis3 ; une quatrième prière à la Vierge faussement attribuée à Jean de Meun ; une prière à saint Christophe (Sonet-Sinclair 712) ; les Sept articles de la foi de Jean Chapuis et le Débat de la vie et de la mort dont l’unique copie repérée à ce jour était Paris, BnF, fr. 9223. Laurent Ungeheuer prépare une publication sur ce manuscrit, et particulièrement sur ce dernier texte.

Des fiches ont aussi été créées pour des manuscrits contenant des textes a priori inconnus de la base (ou du moins non reconnus par la rédactrice de cette lettre)…

  • Jean-Pierre Rothschild a porté à ma connaissance un sermonnaire bilingue de Clairvaux absent de Jonas (Troyes, BM, 1307) ; la notice initialement établie par Marie d’Harcourt pour la section latine) est préparée désormais pour publication dans un volume du catalogue de la bibliothèque de l’abbaye de Clairvaux (J.-P. Rothschild, C. Heid).
  • Le recueil de fragments lat. 13091 de la BnF contient, en plus du Livre d’amoretes récemment édité, un long sermon entièrement en français. Si l’écriture en est personnelle et rapide, la typologie de mise en page et les jeux de taille de caractère n’excluent pas qu’il provienne d’un sermonnaire complet. Les abréviations y sont nombreuses (à commencer par l’adresse b. d. g., peut-être beles douces gens). Le thème principal en est la charité ; on y lit le miracle de saint Nicolas libérant de l’esclavage les trois filles du chevalier appauvri.
  • J’ai ajouté à Jonas Aachen, Stadtbibliothek, 233 qui contient une Chronique des évêques de Tongres et Liège. Le ms avait été repéré dans les inventaires lors du traitement du corpus hagiographique, mais n’avait pas pu être étudié. On y lit des vies de saint Materne, saint Amand, saint Remacle, saint Lambert, et plusieurs récits de fondation d’églises.

Je termine cette rubrique en rendant hommage à un beau travail collectif. Lors de recherches sur Gallica, Maria Careri a repéré à la fin d’une copie d’oeuvres d’Horace des ajouts en français (sans doute de la fin du 14e s.), trois petites pièces versifiées notées à longues lignes. Elles ont été transcrites par Sylvie Lefèvre, et analysées par Agathe Sultan. Je cite ci-dessous leur travail commun sur la deuxième et la troisième de ces pièces : 

2) Chanson

Forme : rondeau tercet atypique

A’7B3B7  a’7b3A7[B7] a’7b3b7 A’7B3B7

Heptasyllabes à rime féminine/ trisyllabes/ heptasyllabes à rime masculine

 

En une estrange contree

Suy amis

A dame qu’onques ne vi

 

Par tout vest la renommee

De son vis

En une estrange contree

[Suy amis]

 

Par tout vest la renommee

De son vis

Plus blanche est que flour de lis

En une estrange contree

[Suy amis

A dame qu’onques ne vi].

3) Chanson

Forme : chanson à refrain. Le rythme des pentasyllabes évoque une danse.

Pentasyllabes à rimes masculines et féminines (= “hétérométrie faible”) / heptasyllabes

A5 B’5 A7A7 (refrain)

a5 b’5 a7a7 (couplet)

A5 B’5 A7A7 (refrain)

c5 d’5 a7a7 (couplet)

A5 B’5 A7A7 (refrain)

 

Amy, menez moy

A la violete

E my tenez par le doy

E me tenez par le doy

 

E ge vous [donroy]

Une ceinturete 

Qui vest traés tourz en tour moy

Qui vest traés tourz en tourz moy

 

Amy, menez moy

Etc. 

 

Mon mari est mort

Veiz en ci la leitre

Jolis clerc lesez la moy

Jolis clerc lesez la moy

 

Amy, menez moy

Etc. 

 

Haut de page

Nouvelles oeuvres

À côté de ces petites pièces poétiques et ces sermons, le nombre d’œuvres dans Jonas s’est accru de 200 numéros, notamment grâce à la notice de l’anthologie poétique olim Laure Belin.

Quant à la période médiévale, je retiens

  •  Deux fragments (Rois et Macchabées) d’une Bible française traduite vraisemblablement à Naples vers 1340-1350 ; fragments édités en 2015 par F. Zinelli4. La photo de détail en regard laisse imaginer le luxe du volume d’origine.
  • Le contraste est grand avec mon deuxième coup de projecteur, sur une Chronique de France jusqu’en 1226, texte qui commence avec l’histoire d’Hérode, mais dont l’essentiel concerne bien l’histoire de France. La chronique s’arrête en 1226, mais le manuscrit, Lille, BM, Godefroy 138, est du 16e s. Je n’ai pas reconnu ici de texte autrement attesté, mais les spécialistes corrigeront au besoin cette affirmation.
  • Les historiens auront peut-être également des clés pour la lecture d’un fragment dont Laura Albiero a donné la notice pour Fragmentarium. Conservé à la BnF (au f. 85 du ms lat. 11411), il transmet ce qui semble être le début de quelque généalogie légendaire. Ce qu’on conserve concerne essentiellement Didier de Lombardie, mais on peut faire l’hypothèse que la généalogie pouvait se poursuivre jusqu’à une période proche de la copie du manuscrit (16e s.). Loin des échos de la chanson de geste5, on a là un énoncé brut de succession de générations, qui s’interrompt à la mort de Didier, localisée à Lyon. Quelques phrases pour illustrer ceci : “Tite, filz de Flavia Domitilla et de Flavius Clement, confesseurs de Jesus Christ, naquit a Rome l’an du Seigneur LXXXIII. (…) Tite print femme a Lyon et illec engendra Fauste (…) De Fauste, nai du tempz que Trajan regnoit, naqui ung seul filz nommé Simphorien, et cil fut nai a Autun (…) Didier filz Didier naquit l’en DCCXL et fut fait roy en Lombardie en apres son pere, mais en la parfin en fut debouté par Charlemaigne qui d’illec l’emmena a Lyon ou avint qu’illec mourut.”

 

 

Haut de page

 

 

Corrections et compléments

Philadelphia, Free Library, Lewis EM 42:22 (Source : Philadelphia Digital Collections)

Merci à Stefano Asperti (corrections sur plusieurs manuscrits de romans), Guillaume Berthon (identification du lucidaire de Cod.Gall.913), Andrew Dunning (corrections sur des cotes de la Bodleian Library), Marielle de Franchis (compléments bibliographiques sur Jonas texte 4031), Gavino Scala (importants compléments à la liste des témoins du Livre du gouvernement des rois et des princes d’Henri de Gauchy)6,  Sławomir Szyller (correction de cote sur les feuillets détachés d’un ms des Grandes chroniques), Marie-Hélène Tesnière (sur une copie démembrée du Miroir historial).

Sur le site Arlima, Laurent Brun signale un fragment de Perceforest à Philadelphia. La notice de ce feuillet liminaire m’a permis de le mettre en relation avec l’exemplaire de Copenhague. De ce dernier, Edith Brayer avait inscrit dans ses notes : “Sur la feuille de garde, notes du XVIIIe s. ou début du XIXe siècle, en français, en néerlandais, faisant mention de la miniature et d’un lion.” Ce même manuscrit porte à la fin la signature de Marie de Luxembourg. Il fut acheté  Londres en 1923. Tout ceci correspond magnifiquement au feuillet de Philadelphia, qui porte les armes de Marie de Luxembourg, et fut acheté par John Frederik Lewis en 1923 à Londres (voir notice en ligne). Dimensions, mise en page, correspondent également en tous points avec l’exemplaire de Copenhague. Le raccord textuel se fait sans difficulté.

Membra disjecta encore :

Modena, Biblioteca Estense e universitaria, est. 39 (alfa.L.9.30) figurait par erreur comme témoin de la Mort Artu. La notice a été corrigée.

L’insertion du lien vers la notice du fragment de Sion, Archives de l’Etat du Valais, litt. 10/1,  a été l’occasion de compléter la fiche de la Chanson de la Reine Sebile : liste des mss, bibliographie.

Grâce à leur numérisation, j’ai pu travailler sur l’histoire de Marie et de Jésus que j’avais brièvement signalée dans les gardes de München, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 10142. En dépit de variantes nombreuses, le fragment s’insère dans la tradition manuscrite de l’histoire de Marie et de Jésus en laisses monorimes étudiée en 1887 par Paul Meyer7. Une reprise de l’étude des cinq témoins permettrait de clarifier leurs relations et les divers états du texte.

L’examen de London, BL, Add MS 19965 a permis d’entrer le ms comme témoin du traité de Jean d’Auffay sur les droits de Marie de Bourgogne. On y lit aussi le petit texte sur les Quatre Marguerite (Marguerite, fille de Philippe le Long, Marguerite de Brabant, Marguerite de Flandre, Marguerite de Bavière) signalé jusqu’alors dans Jonas avec trois copies seulement.  

Outre les corrections de cotes suggérées par Andrew Dunning et Sławomir Szyller, j’ai rectifié celle d’un des témoins de l’Arbre de vie, signalé jusqu’alors sous la cote Add MS 28697 ; en réalité c’est dans Add MS 20697 qu’on peut lire cette traduction du Lignum Vitae.

La copie de l’Arbre des batailles Lille, God. 130, était datée 16e s. Les premiers feuillets, qui contiennent une notice sur le texte, sont effectivement modernes. Mais le bloc de texte m’a semblé d’une écriture du 15e s. ; j’ai modifié en ce sens la notice.

 

Haut de page

 

Pour les fins limiers

En 2003, F. Lemerle publiait dans les Etudes aveyronnaises (“Guillaume Philandrier et la bibliothèque du cardinal Georges d’Armagnac” pp. 219-244) l’inventaire dressé en 1561 de la bibliothèque de Georges d’Armagnac. Les Livres volguaires en langue françoise y occupent une section dédiée, que le lecteur trouvera éditée à la p. 241 de cet article. Il s’y trouve de façon certaine des imprimés ; dans certains cas, la nature du livre n’est pas précisée. Sur l’indice (à prendre avec précaution) d’un support de parchemin, ou sur la précision escrit (que le libraire différencie visiblement d’imprimé), on peut faire l’hypothèse que des manuscrits médiévaux8 se “cachent” sous les intitulés suivants : 

  • Pour le premier, les Fables d’Esope avec une histoire laquelle faict mention de la creation d’Adam et de la fondation d’anciennes villes en Italie et particulierement de Pavie, escrit en parchemin, in folio, ouvrage coté K1. Je n’ai reconnu sous ce double contenu aucun des manuscrits de Jonas. Les lecteurs de ces lignes auront peut-être quelque idée.
  • Histoire en langue françoise de Lancelot du lac en parchemin in fol., ouvrage coté K2. Pour ce volume et les suivants, l’espoir d’identification est vain, sauf présence sur le volume de la cote K2 ou marque explicite d’appartenance à Georges d’Armagnac. 
  • Livre et histoire antique traictant de la fameuse table ronde d’Artus de Bretagne et escrit en parchemin in fol., cote K3.
  • Rythmes galliques antiques escrittes en parchemin in folio, cote K6.
  • Rythmes françoises antiques de Maistre Jeham Regnier baillifs d’Ausserre, escriptes en papir in fol., cote K7. Il s’agit vraisemblablement des Fortunes et adversités, dont on ne conserve a priori pas de manuscrit complet.
  • Avec cet intitulé, la Moral doctrina colida de diverses actes per un home de la ylla de Mallorques en langue provençale, escrit en papir in fol. , cote K8, est sans doute un exemplaire de la Doctrina moral de Nicolau Pachs, en catalan donc.
  • Liber de imagine mundi in vulgari gallico manu scriptus in membranis in folio, cote K9.
  • Chanson antiques de Maistre Adam d’Arras escrittes en parcemin in folio, cote K10. Paris, BnF, fr. 25566 ferait un assez bon candidat.
  • Rythmes galliques antiques escrittes en parcemin in 4°, cote K11.
  • Historia anglica en langue françoise escritte en papir in 4°, cote K13.
  • Livre d’algorisme escrit en langue françoise en papir in 4°, cote K14.

Les indices sont minces, mais je glisse ici ces éléments en espérant que l’un ou l’autre spécialiste des textes ici évoqués aura croisé une cote ou une marque permettant de retrouver de petits bouts de cette belle bibliothèque.

Bonne enquête !

P.S. : Si vous souhaitez être informé des prochaines livraisons de ces Nouvelles, vous pouvez demander à être inscrit sur notre liste de diffusion en m’envoyant un simple courriel.

Haut de page

  1. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10036764k/f246.item.zoom []
  2. Tout ceci vient également de Fragmentarium. []
  3. Problème sur lequel il faudra que je me penche lors d’une prochaine livraison, cette attribution étant incompatible avec la datation de certains manuscrits, dont le présent. Une étude de la tradition du texte, envisageant également le Lai de ND de Boulogne, sera nécessaire. []
  4. Andrea Improta et Fabio Zinelli, Frammenti di una nuova Bibbia napoletana, con alcune riflessioni sul ms fr. 688 della Bibliothèque nationale de France, in Boccaccio e Napoli. Nuovi materiali per la storia culturale di Napoli nel Trecento, Firenze, 2015, pp. 81-106 []
  5. Sur lesquels voir notamment G. Maroni, “La memoria di Desiderio e Adelchi nella tradizione medioevale”, in Aevum 2011, pp. 567-611. []
  6. Occasion pour moi de rappeler l’existence d’un inventaire des travaux d’édition en cours, où figure en bonne place le projet de Gavino Scala : https://romane.hypotheses.org/travaux-dedition-en-cours. []
  7. Paul Meyer, “Fragments d’une ancienne histoire de Marie et de Jésus en laisses monorimes”, Romania, 16, 1887, pp. 248-262 []
  8. J’exclus de mon relevé les manuscrits manifestement modernes : lettre de Victor Brodeau, controverses religieuses, etc. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search