Nouvelles de Jonas, juillet 2022

Chers lecteurs, 

Les grands chantiers se poursuivent, et les contributions affluent. Ce qui donne au coeur de l’été une lettre plus riche, pour tout dire, que je ne le pensais initialement. Parmi les entreprises en cours, l’une avance à grands pas tout en restant pour l’heure invisible : l’alignement de Jonas avec les autres bases de données de l’IRHT, qui permettra d’enrichir considérablement l’offre de liens entre les fiches manuscrits et des ressources comme Bibale, Initiale, les notices en ligne, les numérisations. En attendant, je suivrai le plan auquel vous êtes désormais habitués. 

En lumière

Nouveaux manuscrits

Nouveaux textes

Corrections et compléments

Énigme du mois

En lumière

Paris, BnF, lat. 16238, f. 166r (détail) (Source : Gallica)

Il fallait bien choisir à qui donner la vedette… J’ai retenu un manuscrit inséré dans Jonas par Pierandrea Martina et dont la singularité méritait à coup sûr plus qu’une simple mention. C’est le dépouillement du volume XII du Catalogus Translationum et Commentariorum (Toronto 2022) dédié aux Métamorphoses d’Ovide qui l’a porté à la connaissance de Pierandrea. Le manuscrit se trouve dans le fonds latin de la BnF, sous la cote lat. 16238. Toutes les informations dont on dispose proviennent du colophon dont vous voyez la reproduction ci-dessus. En 1348, tandis que « gentes moriebantur per totum mondum », un certain Jehan Bolent glose les Métamorphoses en insérant dans la structure latine de son commentaire des traductions systématiques du texte ovidien. F. T. Coulson, dans l’ouvrage cité, écrit : « Outside of this single reference, nothing else is known about the author of the commentary. The commentary, aimed probably at the introductory student, is in the main a prose paraphrase of the poem, but one that is rendered nearly unique by its adroit use of Latin and the vernacular in explicating the text. Unusual mythological references are often explained, and complex syntax is reworded more simply » (p. 344). Une étude sur le texte est actuellement en cours. Le ms. semblerait autographe.

Haut de page

 

Nouveaux manuscrits

Paris, BnF, nal 2381, f. 45 (Source : Gallica)

Avec ce commentaire bilingue, ce sont 55 manuscrits qui ont fait leur entrée dans la base. Pour certains, je n’ai pour l’heure pu ajouter que la cote, car la description nécessitera un séjour à la British Library, ou l’aide d’un collègue de passage à Londres. N’oubliez pas nos billets “ville par ville”, qui, après la liste pour mémoire des dépouillements faits, comportent très souvent une rubrique “A faire” pour laquelle toutes les aides seront bienvenues1. Une partie de la manne de ces deux derniers mois provient du dépouillement du précieux inventaire des livres de raisons mis en ligne par les Archives nationales ; je n’en reproduis pas la liste ici. Les lecteurs peuvent consulter cette référence bibliographique dans Jonas et voir par ce biais la liste des documents que j’ai retenus. 

Fin juin, Ian Short m’a fait part de la découverte par Rodney Thomson d’un fragment de manuscrit du 12e s. dans la reliure d’une Bible latine imprimée, aujourd’hui à la Cathedral Library de Bury St Edmunds, sous la cote 130. Ian Short y a reconnu une copie du psautier bilingue Dean-Boulton 445. Un petit complément supplémentaire à la liste des manuscrits français du 12e s.

Voici quelques mois, Iolanda Ventura m’avait signalé que nous devions insérer dans Jonas un important recueil médical latin-français du 14e s., Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Ashburnham 1187. Ayant pu consulter le manuscrit, notre collègue m’en a envoyé une notice textuelle détaillée, qui permet de reconnaître dans ce volume la Lettre d’Hippocrate à César (Traité des urines et réceptaire), le Réceptaire dit de Jean Pitart, et le Traité contre l’épidémie de Jean Alabarbe. Les textes français se trouvent groupés dans le manuscrit, où ils sont suivis notamment des œuvres latines suivantes : Alexander de Villa Dei, Massa compoti ; Johannes Garlandus (Iohannes de Pulchro Rivo), Computus Garlandi (Computus ecclesiasticus) ; Ps.-Albertus Magnus, De plantatione arborum ; Anon., De aqua ardenti.

C’est une autre flânerie dans les réceptaires qui a mis sous mes yeux un recueil de fragments décrit jadis à la fois très bien et trop sommairement par H. Omont.2 Le recueil se trouve à la Bibliothèque nationale de France, sous la cote nal 2381. Paul Meyer s’était occupé peu de temps après la publication de l’article d’H. Omont des ff. 39-40, précisément un réceptaire. On y trouve également deux feuillets de Boèce de confort, connus des spécialistes. Mais la liasse contenait d’autres fragments français restés dans l’ombre… dont je vais essayer de les sortir.

  • Le f. 36 (début 13e s.) contient un fragment de la Chanson de la première croisade. J’en donne les correspondances dans la copie du texte aujourd’hui à Londres. Il faut lire 36v en premier ; on y retrouve des vers du f. 82va de Londres, ll. 11sqq. Les 25 vers du recto correspondent à la laisse du f. 83rb de Londres, ll. 11 sqq. (avec quelques variantes sur les mots à la rime dans les derniers vers). Ce qui, sans grand effort de calcul, laisse penser que le fragment de la BnF provient d’un manuscrit à la mise en page comparable au manuscrit de Londres, avec un décalage de 11 vers entre les deux manuscrits. Malgré la rognure du fragment de Paris, on aurait donc la colonne complète de texte, mais bien entendu un demi-feuillet uniquement.
  • Les ff. 37-38 ne conservent en revanche plus qu’une mince bande de parchemin (5 vers) d’une copie de Garin de Monglane. Je donne les correspondances avec Paris, BnF, fr. 24403, même si les textes sont assez variants. Le  f. 37r correspond aux ll. 16-20 du f. 30v de fr. 24403 ; le f. 37v correspond aux ll. 6-10 du f. 31ra ; le f. 38r  l’essentiel des ll. 14-18 du f. 31rb ; le f. 38v les deux dernières lignes de 30ra et les trois premières de 30rb. 
  • Les ff. 41-44 avaient été identifiés par H. Omont comme un fragment du Tournoiement Antechrist de Huon de Méry ; l’information n’avait pas été répercutée dans les fichiers de la section romane.3
  • Les ff. 45-46 donnent un fragment de la Chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier, vv. 1807-1993 (f. 46) et 2360-2439 (f. 45). Un examen rapide, grâce à des fichiers de collation transmis par Dominique Stutzmann, incite à rapprocher ce fragment du ms 3141 de l’Arsenal. Entre les deux feuillets manqueraient plus ou moins 368 vers, ce qui ne va ni très bien ni très mal avec une moyenne de 80 vers par page : soit on avait deux bifeuillets avec un texte plus court que celui de l’édition, soit trois avec des miniatures. La première hypothèse semble la plus vraisemblable. Ce qui intrigue surtout, c’est l’allure du f. 45 qui étonne par son titre rubriqué rejeté en marge de tête, comme si ce fragment devait effectivement être autonome (voir la photo ci-dessus). Un examen minutieux de l’original par un paléographe aguerri serait nécessaire pour établir la date de ce titre, peut-être bien plus récent que la copie, voire postérieur à l’amputation du manuscrit, et qu’un titre d’attente ou une indication pour l’enlumineur aurait inspiré. 

Suite des nouvelles épiques, le fragment du Siège d’Orange dont il était question dans la lettre de Novembre 2021 a pu être signalé sous sa cote actuelle, Oxford, Bodleian Library, Broxbourne MS 28.17.  

Enfin, Thomas Falmagne m’a généreusement envoyé pour Jonas quelques-unes de ses récentes découvertes, dont un bifeuillet (fin 13e-début 14e) contenant deux passages conséquents de Bueve de Hantone, Clervaux, Bibl. abbatiale, Ms 268/2.

Notre collègue me signale aussi un fragment (fin 13e) du miracle de l’impératrice de Gautier de Coinci, Namur, Bibliothèque universitaire Moretus Plantin – Réserve précieuse, R XV B 19, fragment 2

Julie Métois poursuit la saisie dans Jonas des notices dactylographiées de la section romane. Plusieurs des descriptions faites, sans doute par Edith Brayer, aux Archives Nationales, n’avaient pas été répertoriées dans le répertoire papier de la section romane, et manquaient donc dans Jonas. Ainsi de deux fragments du Lancelot en prose, l’un de la fin du 13e s. (AB XIX 1734, Dossier Nièvre), l’autre légèrement plus récent (AB XIX 1733, Dossier Meuse). Sous la cote AB XIX 1733, Dossier Morbihan, se lisent des fragments de la Somme le Roi et d’une série de Proverbes des sages. Dans le même dossier, une traduction de l’Epître aux Corinthiens ; la transcription du texte est fournie dans la notice dactylographiée, numérisée et attachée à la fiche Jonas (rubrique Bibliographie). Que les spécialistes des traductions bibliques n’hésitent pas à nous en dire plus en commentaire sur la place de cette traduction dans la tradition française du texte. 

Parmi les ventes de cette dernière période, François Bougard a relevé pour Jonas :

J’y ajoute des Heures à l’usage de Paris vendues à Monaco le 2 juillet.

A l’occasion de mon travail sur London, BL, Addit MS 17446, je me suis aperçue que le manuscrit TM54 des Enluminures était passé en vente à une époque où les manuscrits “non cotés” ne figuraient pas dans la base. J’ai procédé à un rattrapage, sans savoir toutefois où se trouve actuellement le volume. Le manuscrit, daté de 1537, est un recueil à tonalité morale, Art de bien vivre et de bien mourirEnseignements de Christine de Pizan, dits, etc. 

Un peu en désordre, je signale encore :

  • Manchester, John Rylands Library, English MS 288 : recueil de droit, avec une copie des Tenures de Thomas  de Littleton (oeuvre également créée dans Jonas, mais sans l’ensemble de ses copies).
  • London, BL, Add MS 26656Coutumier de Normandie et Charte aux normands.
  • London, BL, Add MS 32087, recueil de cas juridiques classés thématiquement. Le catalogue de la BL date le ms du 15e s. mais les cas sont du 14e. Add MS 32088 a le même type de contenu. 
  • Un fragment de quatre feuillets du Livre des Quatre Dames d’Alain Chartier, passé en vente à Liège en 2011.
  • Une copie de l’Aiguillon d’amour divin de Simon de Courcy vendue à Bruxelles en 2016.
  • Trois copies de l’oeuvre d’Henri de Ferrières : Paris, BnF, fr. 1303 (Songe de pestilence), fr. 19113 (Livre des deduis et Songe de pestilence) ; New Haven, Yale Center for British Art, Rare Books and Manuscripts, SK25.F47 L58 1420+ Oversize (Livre des deduis). Ces dernières ont été rattrapées à l’occasion d’une mise en ordre des fiches des œuvres d’Henri de Ferrières, faisant le départ entre les copies complètes de l’ensemble du diptyque, et celles qui ne transmettent qu’un des deux volets. 

 

Haut de page

 

Nouveaux textes

La collecte de nouveaux textes paraîtra moins abondante si je glisse rapidement sur une petite centaine de chants royaux de Paris, BnF, fr. 19184 ; le relevé n’est pas achevé à la date de rédaction de ces Nouvelles. 

Rodez, Archives diocésaines, 1, f. 282v, détail (Source : BVMM-IRHT)

Vous voyez ci-contre la première page de la traduction occitane, par Hugues de Villaret, de la Bulle du 13 avril 1343. Le texte avait été utilisé par L. Constans dans son étude du dialecte de Rouergue ; il a été réédité en ligne par J. Delmas. Le manuscrit se trouve aujourd’hui aux Archives diocésaine de Rodez. C’est l’occasion de rendre hommage au travail de préparation des campagnes photographiques de l’IRHT : c’est par le feuilletage de la base Medium que j’ai eu connaissance de ce complément au corpus occitan, pourtant bien étudié par le passé. 

Par le même biais, j’ai repéré pour Jonas des Coutumes du Castel de Lille, et, après les Mémoires d’Olivier de La Marche dans le ms 541 de Lille une curieuse liste de saints liés à la maison de Bourgogne : Thierry, Germain d’Auxerre, Hugues de Cluny, Théodore, Anthide, Nicaise, Clotilde, Léonille (tante du suivant), Symphorien d’Autun, Maur, Trophime, Léger, Bernard de Clairvaus , “Oyocus” dit fondateur de Vézelay, Girart de Roussillon (qui parfit l’oeuvre du précédent), Vorles, “Rosjees” (Roger ?). Deux noms posent problème, même à Anne-Françoise Leurquin consultée pour l’occasion : Oyocus, d’une part, supposé être le véritable fondateur de Vézelay ! Faut-il y voir une déformation de Drogon, père de Girart ? Quant au Roger de la fin de la liste, voici ce qu’en dit le texte : Rosiees, duc de Bourgogne et d’Arles, fonda l’eglise de Vienne en l’honneur de Saint Mauris l’an mil et xxxv ans, et trespassa sans hoirs de son corps. Adonc Guido Gras, l’un de ses capitaines, usurpa le Dalphiné et Provance, et Hubertus Blanchiis manibus usurpa Savoye, Piedmont et Millan. Il faudrait que ce soit Robert 1er, mais ni les quelques lignes biographiques ni la présence du personnage dans une liste de saints ne corroborent l’hypothèse.  La liste est suivie des Chroniques abrégées des rois et ducs de Bourgogne (Jonas 11673).

Je termine cette rubrique avec la fiche du dit Contre les excès du boire et du manger, dont les premiers vers parodient la traduction des Institutes de Richard d’Annebaut. Je connais trois copies de ce texte (ma liste est certainement incomplète) : Paris, BnF, fr. 2307, London, BL, Add MS 17446 et un manuscrit passé en vente chez Les Enluminures. Ce n’est pas, loin s’en faut, le seul point commun entre ces trois manuscrits.

 

Énigme du mois

L’énigme du mois est proposée par François Bougard. Il s’agit pour nos lecteurs d’aider Jonas à identifier un roman mentionné dans l’inventaire des livres de Charles III de Croÿ, duc d’Arschot (1560-1612), publié en 1614 en vue de la vente publique de la bibliothèque, à Bruxelles. Cet inventaire a fait l’objet d’une édition en facsimilé en 2017 et d’un volume d’études.4 Il contient environ 160 manuscrits médiévaux et modernes, soit environ 5 % de la collection, dont 95 en français. Parmi eux, plusieurs romans, dont les titres reprennent les indications qui étaient portées sur des étiquettes (« billets de titulation ») placées sur le plat des volumes. Et, parmi les romans (Octavien, Merlin, Jean de Saintré, Histoire des seigneurs de Gavre, Olivier de Castille) celui-ci : « Histoire du Roy Bruyant combattu par deux Empereurs ». etc.

L’œuvre, voire le manuscrit, sont-ils présents dans Jonas sous un autre titre ? N’hésitez pas à nous faire part de vos idées !

 

Haut de page

 

 :

 



Citer ce billet
Marie-Laure Savoye (2022, 10 août). Nouvelles de Jonas, juillet 2022. « Ou grant livraire ». Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts1a

  1. Pour Londres, c’est ici. []
  2. Henri Omont, “Nouvelles acquisitions du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale pendant les années 1896-1897”, in Bibliothèque de l’école des chartes 59 (1898), pp. 81-135 ; consultable sur Persee. []
  3. Le témoin est pris en compte dans l’édition en cours d’achèvement par N. Bergk Pinto. []
  4. François Bougard et Françoise Fery-Hue, « Les manuscrits de Charles III de Croÿ : une enquête en cours », dans Lectures princières et commerce du livre au xviie siècle. La bibliothèque de Charles III de Croÿ et sa mise en vente (1614), 2 : Études, éd. Pierre Delsaerdt et Yann Sordet, Paris, Éditions des Cendres, 2017, p. 101-132. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search