Nouvelles de Jonas, mars 2022

En lumière

Manuscrits français et occitans de la Vaticane (1)

Nouveaux manuscrits

Nouvelles œuvres

Corrections et compléments

Énigme du mois

 

Chers lecteurs,

Avant de vous parler de Jonas, je commence cette lettre par une information d’importance pour l’organisation des travaux de maints d’entre vous : toutes les salles et départements de la BnF du site Richelieu seront inaccessibles du 19 juin au 18 septembre 2022 inclus.

En lumière

Fragment de Garin le Lorrain, aujourd’hui à la Bibl. univ. de Gent.

Coup de chapeau à Jean-Baptiste Camps qui a reconnu un fragment de Garin le Lorrain derrière la mince bande de parchemin sortie de la reliure d’un ms de Gand ! Le feuillet conservait les vv. 12339 sqq. de la version non vulgate. 

La tradition manuscrite de Garin s’est donc bien accrue ce mois-ci, puisque Jonas a également intégré d’une part le fragment exhumé à l’Archivio di Stato di Bologna et présenté dans l’article dédié en 20191 par Maria Careri et Paolo Rinoldi à Jean-Charles Herbin ; d’autre part le fragment employé en gardes de Troyes, BM, 2057 présenté dans le même volume par Thomas Falmagne (voir ci-dessous). Dans l’article de M. Careri et P. Rinoldi, un rapprochement est fait entre deux fragments de Cambridge, désormais réunis dans Jonas sous l’identifiant 78629

 

C’est encore Maria Careri qui a reconnu le lien entre deux fragments anciens (début du XIIIe s.) d’un commentaire des psaumes. L’un des fragments est parvenu à ma connaissance voici quelques années grâce au Catalogue des manuscrits français de la bibliothèque Parker (Parker Library). Corpus Christi College Cambridge  publié par Nigel Wilkins en 1993. Maria Careri n’a pas tardé à reconnaître là un frère des gardes de fin de Lambeth Palace Library, 73. Le commentaire n’a rien d’original quant à son contenu : il est la traduction du commentaire de Pierre Lombard. On peut pour s’en convaincre lire les premières lignes de commentaire du psaume XVII (dans le fragment de Corpus Christi College) 

Diligam te, Domine, fortitudo mea. Dominus firmamentum meum et refugium meum et liberator meus. Ci vers viaut dire : « O tu sire je t’amerai. Tu es force. Tu es mon firmament. Tu es mon defendement e tu es mes delivreres ». Li titles de cist saumes en la fin est a David por les paroles que il chaunta en ce saume a Nostre Signor el jor que Deus le delivra de la main de ces ennemis e de la main de Saul. Car l’on lit ou livre de Reis que li felons rois Saul querroie le soé David e debonaire ; e quant Saul fu mort, David fu delivrés e regna en pais e por ceste fraunchise chaunta David ce saulme a Nostre Signor. 

et les confronter avec le texte de Pierre Lombard : 

Titulus in finem puero Domini David, quae locutus est Domino ; verba cantici hujus, in die qua eripuit eum Dominus de manu inimicorum ejus, et de manu Saul, et dixit. Legitur in libro Regum quod rex iniquus Saul persecutus est David mitem et mansuetum. Quo mortuo David liberatus est, et in pace regnavit. Pro hac liberatione videtur David hunc psalmum cantasse Domino

Ces deux fragments réunis, on a encore bien peu du commentaire du psautier : les versets 13-16 du psaume XVI, 1-16 du psaume XVII,  12-22 du psaume XXIV et 1-3 du psaume XXV. 

Nous donnerons prochainement l’édition de ce texte.

 

 

Haut de page

 

Manuscrits français et occitans de la Vaticane (1)

BAV, Barb. lat. 613, f. 23v, détail (Source : digivatlib.it)

Alors que le catalogue des manuscrits français et occitans de la Biblioteca Apostolica Vaticana entre dans sa dernière étape, j’ouvre une série de points sur le corpus dans Jonas, série qui devrait courir sur l’ensemble de 2022.

Ce mois-ci ont été insérées de façon systématique les données sur les manuscrits du fonds “Barberini”. La liste en est donnée infra, en commençant par les manuscrits dans lesquels le français ou l’occitan se taillent la part sinon exclusive, du moins majoritaire : 

  • Barb. lat. 613, Bible historiale dite de Niccolò d’Este, Ferrara, entre 1431 et 1434 (notice brève chez Langlois2 sous la cote Barberini XIII, 22)
  • Barb. lat. 3503, Mors pour les mal embouchés, France (Sud ?), vers 1460-1480 (notice chez Langlois, sous la cote Barberini XLIII, 51)
  • Barb. lat. 3528, Livere de reis d’Engletere, Angleterre, entre 1326 et 1349 (brève notice chez Langlois, sous la cote Barb. XLIII,7)
  • Barb. lat. 3536, Tristan en prose, Italie du Nord, fin 13e-début 14e s.
  • Barb. lat. 3574, f. 84, fragment occitan de la Lettre d’Aristote à Alexandre, Italie du Nord, 3e quart du 14e s.
  • Barb. lat. 3589, recueil de magie astrologique, occitan et latin, France du Sud, début du 15e s.

S’y ajoutent des manuscrits essentiellement latins :

  • Barb. lat. 12, recueil de textes techniques dont des recettes et un court traité hippiatrique en français, Angleterre ou Normandie, fin du 13e s.
  • Barb. lat. 311, recueil de textes d’hygiène et de diététique, latin et occitan, Italie du Sud, 2e quart du 15e s.
  • Barb. lat. 387, livre d’heures avec calendrier et rubriques en français, Paris, 2e moitié du 15e s.
  • Barb. lat. 443, livre d’heures avec prières en français, Paris ou Rouen, premières années du 16e s.
  • Barb. lat. 1862, pièces poétiques gasconnes ajoutées à la fin d’un recueil de lettres d’Aeneas Silvius Piccolomini
  • Barb. lat. 3953, une pièce de Guilhem de Montanhagol et une lettre extraite du Tristan en prose au sein du chansonnier italien Q

Le catalogue papier contiendra également des notices sur des copies d’érudits modernes conservées dans ce fonds et non inventoriées ici.

Haut de page

Nouveaux manuscrits

Morgan Library and Museum, MS 133, f. 11v, détail (Source : The Morgan.org)

Une manne de nouveaux témoins3 provient ce mois-ci de l’article de Thomas Falmagne, “Documenter la philologie romane par des manuscrits : le choix de fragments utiles par le bibliothécaire troyen Auguste Harmand au milieu du XIXe siècle”4. Outre le fragment de Garin mentionné plus haut, ce sont : 

  • Troyes, BM, 830, dont les gardes contiennent un fragment de la Liste des empereurs d’Auguste à Frédéric II qui fait suite aux Faits des Romains dans une dizaine de manuscrits ; 
  • Troyes, BM, 1759, qui a en garde un fragment d’un sermon sur la Nativité. L’entrée en matière est parfaitement parallèle à celle d’un autre sermon français d’un manuscrit de Troyes coté 1853. Je n’ai pas eu la possibilité, au moment d’écrire ces lignes, aux images qui m’auraient permis d’en savoir plus sur la parenté ou non des deux textes ;
  • Troyes, BM, 1911, qui emprunte ses gardes à un fragment du Jugement du roi de Bohême de Machaut ; 
  • Troyes, BM, 2139, fragment de l’Art d’aimer de Jacques d’Amiens ; 
  • Troyes, BM, ebe 2470, manuscrit relié avec un imprimé et qui conserve une règle de saint Augustin et des Constitutions de soeurs dominicaines en français. 

Les autres intégrations des dernières semaines viennent de mes propres pointages systématiques, et en particulier d’un rattrapage sur les fonds de Princeton :

  • Princeton University Library, ms 106,  fragment de Merlin, 2e moitié du 13e s.
  • Princeton University Library, ms 153, dernier quart du 15e s. : Chronique de Noël de Fribois ; Audite celi de Jean Juvénal des Ursins ; Testament de Jean de MeunDits et proverbes des philosophes et la compilation du Roman de la Rose mentionnée infra
  • Princeton University Library, ms 164, fragment d’un manuscrit des oeuvres de Robert de Blois (à rapprocher de Paris, Arsenal, 5201)
  • Princeton University Library, ms 171, Pronostics, 15e s. 
  • Princeton University Library, ms 182, ancien Phillipps, Livre de Bonne vie de Jean Dupin
  • Princeton University LIbrary, ms 201Misère de l’homme (Innocent III), MoralitésDialogues de saint Grégoire
  • Princeton University Library, ms 233, ancien ms Jeanson, Trésor de Brunet Latin, fin du 15e s. 
  • Princeton University Library, Kane ms 20, copie de l’Information des princes de Jean Golein, datée du milieu du 15e s. 
  • Princeton, Scheide Library, 84.14, daté par le catalogue 1310-1320, contient des statuts d’Angleterre. En l’absence de reproduction du ms, je n’ai pas pu faire une notice textuelle détaillée. 

Manquait à Jonas un classique, l’Apocalypse de Berry, New York, Morgan Library and Museum, M.133.

Enfin, on doit à Pierandrea Martina la notice de Bruxelles, KBR, IV 824, nn. 46 et 47, deux morceaux d’un bifeuillet de Gerbert de Metz. 

Haut de page

Nouvelles oeuvres

London, BL, Add MS 15224, f. 1

Jonas compte 450 fiches d’oeuvres supplémentaires par rapport aux Nouvelles de janvier. Impossible d’en donner le détail. Le travail avance à grands pas sur le corpus Mellin de Saint-Gelais ; et sur le front de la lyrique médiévale, j’ai ajouté quelque 200 ballades, rondeaux et virelais en finissant la notice textuelle de London, BL, Add MS 15224.

Je l’évoquais plus haut, on lit à la fin de Princeton ms 153 une compilation, sur 10 feuillets, d’extraits du Roman de la Rose, annoncée comme telle par le copiste : “Aucuns petis extraictz du Romant de la Rose”. Les autres nouveautés les plus “littéraires” tiennent à peu de choses : une fiche propre à la version Z de l’Ovide moralisé a été créée à l’occasion de la parution de l’étude de Prunelle Deleville (Métamorphose des Métamorphoses : la réécriture de la version Z de l’Ovide moralisé, Paris, 2022). Par ailleurs, plongée dans la notice London, BL, Add MS 15229, j’ai ouvert une fiche à chacune des 18 premières branches du Roman de Renart. Ces fiches cependant sont encore en chantier : celles qui étaient pertinentes ont seulement été associées au manuscrit londonien.

Sur le front des textes historiques, la lecture de Paris, BnF, fr. 20048 a mis sous mes yeux le texte français de la Forma Pacis de 1222, édité d’après des pièces d’archives5, et dont je ne crois pas la présence dans un manuscrit plus littéraire courante. 

 

Haut de page

Corrections et compléments

Début de la vie de saint Félix, Chantilly, Bibl. du Château, 734 (Source IRHT-BVMM)

C’est une bien belle découverte que celle d’un fragment d’une copie ancienne de la Vie d’Isabelle de France d’Agnès d’Harcourt au dernier verso de Chantilly, Bibl. du Château, 477 ; l’oeuvre n’était jusqu’alors connue que par une copie moderne. Même lacunaire, ce nouveau témoin conforte l’idée d’une circulation large de la Vie. L’article de Laura Ingallinella6 qui en fait la présentation analyse tous les indices, et fourmille également d’informations sur l’Image du monde.

Le texte référencé sous le n° 2083 était entré comme Vie des saints Félix et Adaucte. Sa relecture nous a conduites, Anne-Françoise Leurquin et moi, à corriger cette information : il s’agit d’une vie de saint Félix de Nole, traduite d’ailleurs de façon assez littérale du texte donné à la date du 14 janvier par les Acta sanctorum. La confusion venait de l’entrée en matière expliquant que ce jeune Félix était le frère d’un autre Félix ; mais contrairement à Félix dit Adaucte (pour le différencier de son frère Félix “tout court”), le héros de notre récit coule des jours bien tranquilles et meurt de sa belle mort, sans martyre. 

J’ai scindé en deux de la liste des copies de la vie des Macchabées enregistrée sous le numéro 2131 ; la fiche 27268 est désormais consacrée à la rédaction la plus ancienne.

A l’inverse, quelques fiches d’oeuvres ont été supprimées de Jonas :

  • Sous le n° 4664 figuraient les miracles de Notre Dame qui ouvrent Paris, BnF, fr. 1782. A la lecture des récits, il est apparu que nous avions là la fin du sermon pour l’Assomption traduit de Jean de Mailly, ce qui est cohérent avec la suite du volume. La fiche 4664 a donc été supprimée. 
  • La fiche de prière 4738 cachait un doublon de 6197 (Sept requêtes, Sonet 504) ; Lille, BM, 57 a été ajouté à la liste des copies de cette dernière prière, ce qui porte à 386 le nombre des témoins de cette prière dans Jonas. Le même manuscrit, dans lequel nous signalions déjà les Quinze joies de la Vierge, contient aussi la prière à la croix Sonet 1876. Dans Lille, BM, 60, cette dernière prière était passée inaperçue lors du catalogage, placée comme toujours dans la continuité des Sept requêtes ; omission réparée.
  • Priscilla Orieulx de La Porte, qui prépare un mémoire sur le rôle du père dans l’éducation des enfants, m’a signalé que le texte de la fiche 21199 était en réalité celui des Enseignements de saint Louis (copie Paris, Arsenal, 5366). 

L’édition et traduction en français moderne, par Annette Brasseur, de quelques strophes de Carité du Reclus de Molliens7 a attiré mon attention sur l’absence, dans la liste des témoins, de Paris, BnF, fr. 1763. Omission réparée. 

Carité se lit aussi dans Paris, BnF, fr. 20048, que j’ai ouvert pour un tout autre projet. J’en ai profité pour compléter la notice de Jonas qui était très lacunaire : il y manquait, outre Carité, la mention d’un extrait des Etablissements de saint Louis et du Livre des métiers d’Etienne Boileau. Une notice codicologique a été faite sur original par la même occasion.

La liste des copies des Chroniques de Jean Froissart a été révisée d’après les publications récentes de G. Croenen.

 

Sur les fiches de manuscrits, les petits et grands nettoyages de la période furent : 

  • La suppression de quelques fiches de manuscrits de la BM de Lille intégrés automatiquement dans Jonas lors de la création de la base mais rédigés intégralement en latin.
  • La mise en ordre de la notice textuelle de London, BL, Add MS 12215 qui contient divers textes d’enseignement spirituel (Gerson, Simon de Courcy, Molinet, etc.).
  • La saisie des 13 pièces en langue française dans le ms Porto, Bibl. mun., 714 (dont plusieurs de Guillaume du Fay). Les informations proviennent de DIAMM, Digital Image Archive of Medieval Music, ressource à laquelle c’est l’occasion de rendre hommage. DIAMM est bien plus que ne l’indique son titre et l’on y trouve des notices codicologiques et textuelles, ainsi que de la bibliographie, pour un nombre considérable de manuscrits musicaux. Les notices de Jonas n’ont pas vocation à faire concurrence à DIAMM, mais bien plutôt à inciter nos utilisateurs à consulter cet outil aussi simple que riche.

 

Haut de page

Énigme du mois

Provins, Bibl. mun., 25, f. 4r (détail) (Source : IRHT-BVMM)

 

 

Certains lecteurs se sont plaints de l’absence d’énigme dans les Nouvelles du mois de janvier ; il n’en fallait pas plus pour m’inciter à la paresse, autre nom de l’appel que je lance à la communauté cette fois encore. 

Provins, Bibl. mun., 25 est un petit cahier de 9 feuillets, contenant une confession générale en prose, suivie d’un épilogue versifié.

La confession suit un plan classique : confession des fautes des cinq sens, énumération des sept péchés, fautes contre les dix commandements, contre les sept oeuvres de miséricorde spirituelle et les sept oeuvres de miséricorde corporelle, contre les douze articles de la foi, contre les sept sacrements. Le texte cependant ne semble pas correspondre à une autre version connue, celle d’Olivier Maillard par exemple. A titre d’échantillon, je transcris le passage sur la gourmandise, qui donne une attestation du mot peu courant castrimargie8 :

(4v) En aprés je me rens confés a Dieu et a vous du pechié de gloutonnie ou j’ay pechié en toutes les branches qui en descendent. Premierement par attrait, folle leesce, lescherie, fol parler, yvresce, castrimargie.

Premierement, par fol attrait, car j’ay attrait les uns et les autres a boire et mengier plus que raison et suffisance ne requeroit.

Par folle leesce car je me suy esleescié en boires et en mengiers en chante chançons et nottes par folle plaisance pour demourer plus a table.

Par lescherie, car j’ay quis delicieuses viandes pour (5r) acomplir les aises de ma bouche, et le vin plus delicieux.

Par fol parler car j’ay dit fables, chançons et motés pour tenir plus a table.

Par yvresce car j’ay beu et mengié plus que a moy ne appartenoit et oultre mesure.

Par castrimargie car j’ay aucunes fois prins tant de bonnes viandes et de boires que vomite s’en ensuivoit si que le cuer et la teste m’en douloit a l’andemain.

Et si ay pechié en ce pechié en buvant et mengent trop appetissaument, desideraument, ardaument et en prevenant  heure deue et en moult d’autres circonstances et manieres dont il ne me souvient et remembre mye.

L’épilogue, en 18 octosyllabes à rimes plates, donne un indice quant au nom de l’auteur, mais sous forme d’initiales seules. Le nombre de syllabes composant le nom est faible (4) : Ceste confession fu faicte / Et par R. de B. extraicte / Sans nul exemple et sans registre…

J’attends vos idées, et vous donne rendez-vous fin mai !

Haut de page



Citer ce billet
Marie-Laure Savoye (2022, 4 avril). Nouvelles de Jonas, mars 2022. « Ou grant livraire ». Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts17

  1. Maria Careri et Paolo Rinoldi, Incognita, disiecta,inedita. Nuovi frammenti della Geste des Loherains, Uns clers ait dit que chanson en ferait. mélanges de langue, d’histoire et de littérature offerts à Jean-Charles Herbin, Presses Universitaires de Valenciennes, 2019, pp. 141-173 []
  2. Ernest Langlois, Notices des manuscrits français et provençaux de Rome antérieurs au XVIe siècle, Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, 33/2, 1889 []
  3. La plupart des cotes étaient déjà présentes dans Jonas mais n’étaient pas renseignées. []
  4. in Uns clers ait dit que chanson en ferait. mélanges de langue, d’histoire et de littérature offerts à Jean-Charles Herbin, Presses Universitaires de Valenciennes, 2019, pp. 253-284 []
  5. A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris. La genèse de la rive droite jusqu’en 1223, Paris, CNRS Editions, 1985 []
  6. Laura Ingallinella, “Lost and bound. A thirteenth-century manuscript of the Vie d’Isabelle de France by Agnes of Harcourt”, Revue Mabillon, 32, 2021, pp. 133-155. Merci à son auteur de m’avoir fait connaître cette publication. []
  7. Annette Brasseur, La mission sacerdotale durant la première moitié du XIIIe siècle. Edition et mise en français moderne de quelques strophes du Roman de Carité du Reclus de Molliens, Uns clers ait dit que chanson en ferait. mélanges de langue, d’histoire et de littérature offerts à Jean-Charles Herbin, Presses Universitaires de Valenciennes, 2019, pp. 103-122 []
  8. La fiche du ms dans Jonas donne accès à la numérisation pour qui voudra en lire davantage. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search