Nouvelles de Jonas, novembre 2021

Chers utilisateurs de Jonas, 

La livraison de novembre des “Nouvelles de Jonas” est placée sous le signe de la variété, et de la non-exhaustivité. L’explication en sera trouvée à la rubrique “Chantiers en cours”. 

Pas d’énigme ce mois-ci, mais des remerciements à Anne Rochebouet qui a résolu celle du mois passé. Dans les quelques lignes du fragment de chronique universelle de Périgueux, Archives départementales de la Dordogne, E Dépôt Périgueux 5085, notre collègue a reconnu un passage de la Chronique dite de Baudouin d’Avesnes

Comme d’habitude, si vous voulez signaler une référence bibliographique, une correction à apporter à Jonas, une nouveauté, ou si vous souhaitez être averti des parutions des Nouvelles de Jonas, il suffit de m’écrire.

En lumière

Nouveaux manuscrits 

Nouvelles œuvres

Compléments et corrections

Chantiers en cours

En lumière

Voici quelques années, mes collègues Maria Careri et Christine de Saint-Pol ont exploré le fonds des Archives départementales des Bouches-du-Rhône dans le cadre de leurs travaux sur les manuscrits du XIIe s. Maria Careri présentera ce 1er décembre quelques fragments occitans exhumés à cette occasion ; nous réservons à ses auditeurs la primeur de la belle découverte d’un texte inconnu de la littérature provençale.

Mais la moisson fut particulièrement riche, car le fonds cache aussi ce qui semble être un unicum en langue d’oïl, fragment d’un roman en octosyllabes inconnu de la philologie . En avant-première d’une prochaine publication intégrale du fragment, Christine de Saint-Pol a accepté de nous en faire cette présentation : 

Il existe aux Archives départementales de Marseille, sous la cote 1J1 une boîte contenant des fragments de manuscrits médiévaux, latins et vernaculaires (oc et oïl), ayant très certainement servi comme renforts de reliures.
Citons, pour l’oïl : 
–       Un feuillet d’un texte « scientifique » (à identifier), provenant des Dominicaines de Notre-Dame de Nazareth d’Aix-en-Provence (fin XIVes. ?). Parchemin, feuillet folioté 63, 367×270 mm, réglure à la mine de plomb, 2 colonnes, justification : 26/288/54×40/81/20/81/48, UR 7, première ligne de réglure non écrite, écriture de gros module.
–       Un feuillet du Roman de la Rose.
–       Un feuillet des Faits des Romains (fin XIVe-début XVes.), parchemin, feuillet folioté 62, 292×210, 2 colonnes, justification assez lâche : 21/216/52×16/78/10/76/40.
Il existe également dans cette boîte un bi-feuillet en parchemin d’un roman en vers octosyllabiques sur 2 colonnes et de coloration picarde, qui, sauf erreur de ma part, n’est pas connu. Il pourrait dater du milieu du XIIIe siècle. Il y est question de deux personnages, Archemolus et Faraon, de leur mère duchesse de Bourgogne, et d’autres personnages (Marsent, Estémien) et, entre autres, d’un épisode de magie. 
Le texte, lui, semble être du XIIesiècle. Dans reondecreanterent, les voyelles en hiatus sont conservées ; crueus au féminin est du XIIe siècle. Le compte des syllabes est juste, de même que les rimes. Le vers « tant come il dure a la reonde » après monde se retrouve chez Chrétien de Troyes (Yvain, v. 6280). Par ailleurs, une rivière cruelle qui ne daigne accepter le passage des bateaux semble assez peu usuelle.
Il subsiste une lettrine champie rose et bleue (trace d’or), sur 2 UR. L’écriture et le décor font penser à Paris, BnF, fr. 837 ou Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, 2200 (on notera cependant l’ajout de boucles tout à fait factices sur les hastes).
Le fragment porte la mention de Ginasservis (arr. Brignoles, canton de Saint-Maximin-La Sainte-Baume), du XVIIes. L’histoire (bien connue) de Ginasservis commence vers 1240 quand ce territoire revient à l’ordre des chevaliers hospitaliers d’Aix. En 1038, l’abbaye de Saint-Victor de Marseille reçoit des terres à Maximin-La sainte-Baume. Elle possédait une importante bibliothèque connue grâce à un règlement de 1198 et à un inventaire de 1374. Elle contenait de nombreux ouvrages de théologie et de liturgie, mais aussi de droit, d’histoire, de littérature ancienne, de médecine et de sciences. Un fragment du Codi provençal, faisant partie de la même boîte, provient de Saint-Victor (cf. article d’A. Gouron).
Je remercie bien vivement Ian Short pour ses conseils et son attentive relecture des cent premiers vers de ce fragment, que voici. Le fragment commence pendant un long récit à la première personne :
///Se avoec li ne remanoit
A toz les iors mais de sa vie.
Et cil qui avoit grant envie
D’avec ma dame demorer
Li dist tantost sanz arester
Que volentiers demoeroit 
Et mult estoit liés s’il trovoit
U esprover son hardement.
Et elle dist isnellement
Que mar de çou s’esmaieroit
Q’assez chevalier troveroit
U bien se poroit esprover.
Dont l’en mena sanz demorer
A la cité qui siue estoit.
En le vile en cel point avoit
Encanteors qui m’aprenoient
Qui si durement sage estoient
Qu’i n’estoit cose tant fust grief
Dont ne venissent tot a cief
Por  tant qui le vaussisent faire
Et ciaus descovrir lor affaire.
Ma dame qui mult les amoit
Puis lor dist qu’i lor convenroit 
Que por li tant s’entremeïssent
Que une tel cose feïssent
Et en tel liu par lor savoir
U bataille peüst avoir
Ses amis qui el ne desire.
Et li maistre prisent a dire
Que por li tel cose feroient
Et en tel liu le poseroient
Que s’il le puet garder .ii. ans
Sans mort u estre recreans
Il ert uns des plus preus dou monde
Tant com il dure a la reonde. 
Ma dame ensi le creanterent
Et puis tout maintenant alerent
Chi devant a une riviere
Qui mult par est crueus et fiere
Que ne daigne porter navie
Par art et par encanterie
I fisent .i. pont mervelleus
Que tant forment est perilleus
Qu’i n’est nus hom s’il i pasoit
Se sires dou castiel n’estoit
Qu’i ne fust noiés erranment ; 
Mais li sires seürement
Puet aler aval et amont.
Par tel engien fisent le pont
Que l’iaue par deseur trespase
Que quant li sires outre passe
Il samble l’iaue le soustiegne.
Il n’est nus hom qui de la viegne
Qui puist aperchevoir le pont
Tant regart aval et amont.
Et quant il orent achievé
Et il furent tot apresté
Si virent la forest entiere
(Que une grant liue pleniere
Duroit de lonc en toz assens
Outre le jornee Marsens)
Qui mult ert rice et plentureuse
Et de toz biens ert abondeuse.
A mervelle ert de gent peuplee.
Quant virent la forest ramee
Qui clooit toute la prlle
Qui tant durement estoit bele
Si dirent que trové avoient
A sozhaidier çou qu’il queroient.
Dont fisent par encantement
De fin marbre assis a ciment
I mur trestout entor la pree,
Si que de la forest ramee
Ne pooit entrer riens vivant
Fors par .ii. lius tant seulement
U li cemins batus estoit
Qui dou païs Marsent venoit    
S’aloit en une autre contree.    
Dont firent a cascune entree               
.iii. coulonbes totes d’un grant 1
De blanc yvore reluisant
De lonc ot une lance u plus.
Aps assises2 par desus
Ymages de fin or estoient.
Les .ii. qui par deseur s’estoient
Avoient forme de pucele
Et cele enmi qui molt ert bele
Forme et sanblance d’ome avoit ; 
.I. cor a sa bouce tenoit.
(…)

L’édition et l’étude du fragment (notamment quant à la postérité du roman à la fin du Moyen Âge) donneront bientôt lieu à un article. Pour ma part, je promets pour la prochaine livraison des Nouvelles de Jonas quelques lignes supplémentaires sur les autres fragments français de la liasse, et notamment sur le texte scientifique.

Haut de page

Nouveaux manuscrits dans Jonas

Un nouveau roman en vers, un nouveau texte occitan (cfr. supra) également en vers… et bien sûr, vous aurez tous lu la nouvelle de la découverte par notre collègue Tamara Atkin d’un fragment de la chanson qu’on pensait perdue du Siège d’Orange et du Tristan de Béroul. Pour l’entrée de ces deux dernières pépites dans Jonas, il faudra attendre encore un peu que les chercheurs aient pu publier plus d’informations : cotes des fragments, édition des vers conservés. 

En tout, quatre stars qui ne peuvent que faire un peu d’ombre à d’autres manuscrits fraîchement entrés dans Jonas, et dans notre panorama philologique. Les “seconds rôles” apparaîtront ci-dessous dans un ordre globalement chronologique.

Un fragment conséquent de roman en prose m’avait été signalé à la Bibliothèque nationale de France par Francesco Siri. Dans les défets de reliure du manuscrit Paris, BnF, latin 16733, on reconnaît sans peine la Mort Artu. Il s’agit d’une copie du 13e s., sur 2 colonnes de 35 lignes. Sont conservés des bouts de 3 cahiers :

  1. Deux bandes découpées dans le  bifeuillet externe d’un cahier, contenant, avec de nombreuses variantes textuelles par rapport à l’édition Frappier, les § 93,45 à 96, 2 (lacunes en bas de feuillets) et 110, 39 à 111, 61.
  2. Trois des quatre bifeuillets du cahier suivant (il manque le 2e), contenant les § 111, 66 à 113 ; 115, 60 à 122, 4 et 128 à 131.
  3. Le bifeuillet externe du cahier suivant, contenant la fin du § 131 et les § 132 à 136, 43 puis les § 150 à 154, 17.

A peine plus jeune, le manuscrit suivant est une copie complète de la Somme le Roi, datable de la fin du 13e ou du début du 14e s. Son passage en vente nous a été signalé par Hanno Wijsman. Réalisée jeudi, la vente s’est conclue à plus de deux fois l’estimation des vendeurs ! La Somme le Roi y est suivie d’une longue méditation / exhortation pieuse, qui semble construite comme une paraphrase du Planctus Mariae. Ce texte ne me semble pas connu par ailleurs. La notice de vente permet d’en lire le premier feuillet, et ce qui doit en être le dernier, mais c’est trop peu pour étudier les liens possibles avec des traductions connues du texte d’Ogier de Locedio. En voici les premiers mots, suffisants pour observer la transition du Planctus à la prière personnelle : Ha, dit il, qui donrat a mon chief confort et aiue, et a mes eus fontainne de larmes que je puisse plourer pour jour et pour nuit tant que Nostrez dous Sirez veulle avoir merci de son serjant ; la fin à coup sûr ne saurait être placée dans la bouche de la Vierge : Sire, qui m’avez fait vostre creature si digne et si honorable com a vostre figure, et tout soulement pour douce amour, non pas pour preu que je vous tiengne, donés moi grace de vous servir si que mez servises vous plaise. Et gouvernés moi au salut de m’arme, tout ausi com miex vous plaira. Et prenés lez amendes de tous mez meffais en ceste presente vie, tout a la vostre douce volentei, si que aprés ma mort n’i remagne riens a essordre. Amen. 

A peu près contemporain de cette copie de la Somme le roi, un fragment de vie de sainte Marguerite en vers est passé en vente à Bruxelles, chez Arenberg. En dépit de la largeur de feuille (165 mm), on peut se demander s’il ne s’agit pas d’un fragment de rouleau de parturiente.

Arenberg Auctions, lot 1145

Avançons dans le 14e s. avec un manuscrit présent depuis longtemps en bibliothèque publique, London, BL, Add. MS 6158. La notice du catalogue électronique de la British Library signale aux 92v-93 des “French Verses on Law”. Lors d’une mission à Londres dans les années 50, Édith Brayer avait identifié ces vers comme les strophes XLVII et XLVIII du roman de Carité du Reclus de Molliens, mais l’information n’avait pas été répercutée dans les fichiers ; c’est chose faite. 

Pour le 15e s., je signale deux livres d’heures à la University Library de Londres. Pour l’un d’eux, MS 601, les pièces françaises sont sans surprise les Quinze joies et les Sept requêtes. Pour le second, MS 519, en l’absence de numérisation, je ne peux pour l’instant préciser ce que recouvrent “some prayers” et “additions” de la notice en ligne. Quiconque pourra contribuer à la mise à jour de Jonas en sera remercié ! J’en profite pour rappeler que je tiens à jour sur le Grant livraire des fiches pour chacune des villes pour lesquelles des dépouillements systématiques ont été faits. Sur la plupart de ces fiches, je signale ce qui reste à voir sur place, entendez, ce que vous pouvez m’aider à voir sur place si l’occasion vous est donnée de fréquenter tel ou tel fonds. La fiche de Londres est en cours de rédaction, mais d’autres sont déjà disponibles. Voyez les liens actifs sur cette page !

Revenons à nos nouveautés du mois… Aux Archives départementales de l’Indre et Loire, la lecture de Yves Le Sage de La Haye, Feuillets et fragments de livres manuscrits avec et sans notation musicale (IXe-XVIe siècles). Répertoire numérique de la série I, Tours 2001, m’a permis de repérer deux fragments intéressant Jonas :

  • Tours, Archives départementales, I (2) 1, fragment du livre 18 (chapitres 12-14, 22-27, 34-37, 88-98) du Livre des Propriétés des Choses dans la traduction de Jean Corbechon (15e s.)
  • Tours, Archives départementales, I (2) 3, fragment de Sidrac, § 211-218, 259-260, 274-278 (même date).

Enfin, et ce n’est pas le plus banal, un manuscrit connu comme appartenant aux Soeurs de l’Instruction Chrétienne de Saint-Gildas des Bois est entré dans Jonas, par les hasards de mes recherches sur la poésie mariale. C’est en effet un article de Soeur Marie Brisson3 qui m’a fait découvrir ce volume, m’apprenant du même coup qu’il était porté disparu.4 Petite consolation, le livre peut nous être connu par la photographie argentique qu’en ont faite les photographes de l’IRHT en 1977 et par quelques photographies couleur jointes à l’article de Marie Brisson.  

Le volume est manifestement hétérogène. J’y distingue deux blocs principaux datables du début du 16e s., le second farci de deux pièces tout à fait adventices, l’une du 16e s., l’autre du 15e s. 

  1. Le premier bloc, ff. 2v-56r, contient un unique texte en vers dans la tradition des Dits des philosophes. Des citations d’auteurs antiques y sont traduites et glosées en vers français. Exemple : 

Seneca, epistula lxviaAma rationem, huius te amor contra durissima armabit

Aymes raison et l’amour d’elle / Que trouveras tres doulce et belle / Te armera contre plusieurs choses / En grant adversité encloses / Tant que pourras follye vaincre / Et dure adversité convaincre. 

J’ai compté 174 de ces sentences, parmi lesquelles Sénèque tient une place prédominante. Le dernier feuillet porte un rondeau en guise d’épilogue, qui a inspiré le titre noté au début du manuscrit de Jardin de Sapience. On y lit : 

Roys, princes et nobles seigneurs / Se acquerir vous voullez honneurs / Ses motz susdictz vous fault comprandre. / Mectez peine de les apprandre. / Venuz sont de bons enseigneurs. / C’est ung jardin ou maintes fleurs / Verrez de diverses couleurs / Que pourrez bien cuillir et prandre / Roys, princes… / Des fleurs sentent les grans odeurs / De tres haultes vertus. Plusieurs / Recreent l’ame sans mesprandre. / Pour ce doyvent bien entreprandre / De les cuillir sans deshonneurs / Roys, princes…

2. Le deuxième bloc est celui des douze prières, essentiellement mariales, transcrites jadis par Marie Brisson. La plupart sont connues par ailleurs ; toutes sont d’une très belle qualité littéraire.

3. Au milieu des prières s’est glissé un feuillet qui dut servir de frontispice à un manuscrit de dédicace, ou qui du moins avait cette vocation. Son recto est occupé par une miniature pleine page ; son verso donne un titre et une devise. L’ensemble se laisse identifier sans peine comme la première page d’une copie de la Belle Dame sans Mercy en quatrains d’Anne de Graville. Ici la dédicataire n’en est pas, comme dans la copie de la BnF, Claude de France, mais Louise de Savoie. Notre consoeur, Elizabeth L’Estrange, qui avait eu connaissance de cette page par le même article de Marie Brisson, publiera bientôt le résultat de son enquête dans le cadre d’un ouvrage sur Anne de Graville et les livres. 

4. C’est sur la seconde pièce adventice que la médiéviste pourra quant à elle apporter quelque information neuve. Comme précédemment, c’est sans doute la miniature qui explique la découpe du feuillet. On y voit une âme en prière devant une Pietà. Le texte qui suit est mutilé de la fin. Il se présente avec titre et lettrine au début, ce qui a pu faire penser qu’il s’agissait d’un texte autonome. Il s’agit pourtant d’un extrait de la Mendicité spirituelle, dont le titre ici correspond à celui du même chapitre dans une partie de la tradition manuscrite, “Méditation de l’âme selon les deux états où elle se trouve”. 

 

 

 

Haut de page

 

 

Nouvelles œuvres dans Jonas

Outre le Jardin de Sapience du manuscrit de Saint-Gildas, je sélectionne quatorze nouvelles fiches oeuvres (on verra plus loin pourquoi ce sont en tout plus d’une centaine d’oeuvres qui ont fait leur entrée dans la base ces deux derniers mois). 

Ce sont d’abord des prières, présentes dans les suppléments apportés par K.V. Sinclair au répertoire de J. Sonet, insérées à la suite de la lecture de l’article d’Édith Brayer sur les livres d’heures5

  • Cinq joies Nostre Dame (traduction du Gaude Virgo mater Christi), en 6 quatrains d’octosyllabes aabb, Inc. : Resjoui te Vierge Marie / Mere de Dieu qui par l’ouye
  • Prière à la Vierge  acéphale. Inc. : ///Sens nulle courple, sens pechié”
  • Prière à la Trinité, Inc. : Dieu touz puissans et honnorables / Qui a tes subgez serviablez
  • Prière à sainte Anne (un neuvain) absente des Prières aux saints de P. Rézeau, Inc. : Je vous salue de fin cuer encline / A tous tant digne sainte Anne renommee
  • Prière pour la communion  ; Inc. O Dieu tres puissant plein de misericorde, je viens comme ta pouvre creature et indigne servante au precieux sacrement
  • Protestation de foi des Heures de Philippe Bouton, Inc. : O mon Dieu createur et redempteur Jhesucrist, je congnois et confesse que par vostre puissance avez creé mon ame
  • Sept douleurs de la Vierge en 9 huitains d’octosyllabes ababbcbc, Inc. : O Marie qui tant marie / Et tant plaine d’afliction
  • Heures de la Croix en prose, Inc. Biau Sire Dieux Jhesucrist qui a heure de minuit fuz priz, liez, batuz

Plus curieux, Wien, ÖNB, 1969 contient aussi quatre séries de courts textes destinés à la liturgie (antienne, verset et oraison) pour les fêtes de la Présentation au Temple, de sainte Anne, de Marie-Madeleine, de sainte Catherine.

Le même manuscrit aurait pu enfin donner l’occasion d’une rubrique “Énigme du mois”. Édith Brayer y nomme Memento de la messe un texte acéphale (146 octosyllabes en couplets), Inc . : ///Est de les toi remander / Combien que bien pou amander / Puissent par euvre ne par signes / De mes oroisons tres dignez / Remembre toi, Dieu, de mon ame. Mes tentatives de comparaison avec d’autres textes du même type n’ont pour l’heure pas montré de rapprochement convaincant. Le texte est donc peut-être un unicum

 

Compléments et corrections

  • Comme je le disais en introduction, merci à Anne Rochebouet d’avoir résolu l’énigme du mois dernier. La Chronique dite de Baudouin d’Avesnes compte désormais un nouveau témoin. 
  • Remerciements encore à Muriel Ott, qui a attiré mon attention sur le fragment Paris, Bibliothèque Mazarine, 4314 et sur les erreurs de la bibliographie à son sujet. Ce fragment d’une  centaine de vers provient de Renaut de Montauban, et non d’Ogier le Danois (voir Muriel Ott, “Un nouveau fragment de Renaut de Montauban”, in Uns clers ait dit que chanson en ferait. Mélanges de langue, d’histoire et de littérature offerts à Jean-Charles Herbin, Valenciennes, 2019, pp. 609-628). 
  • Merci enfin à Eduard Frunzeanu qui, en préparant l’intégration de Jonas au portail Biblissima, a repéré plusieurs erreurs de cotes, en cours de correction. Cela concerne pour ces derniers jours Jonas ms 78187 (Paris, BnF, naf. 1510) et Jonas ms 76182 (Paris, Archives nationales, M 0877B). 

Le reste provient de mes furetages, lectures et projets divers… 

  • Pour reprendre le fil d’une ancienne discussion, revoici les Sept Sages. On se souvient qu’à la suite de ma publication sur les miniatures du Victoria & Albert Museum, Peter Kidd avait signalé d’autres découpes d’un manuscrit cyclique à la Bodleian Library. Depuis, le Musée des Beaux-Arts de Reims a mis en ligne la numérisation des quatre miniatures de MarquesLaurin et Kanor qu’il conserve. Le style de l’artiste, les dimensions, l’écriture visible au verso, tout autorise à les réunir aux miniatures du Victoria & Albert Museum et de la Bodleian Library. Ces petits bouts ne permettront pas hélas de situer le manuscrit dont ils sont les vestiges dans la tradition manuscrite des Sept Sages, mais ils laissent deviner l’existence d’un nouveau manuscrit cyclique. Ils me donnent l’occasion d’inviter les lecteurs à suivre de près le projet “Canoniser les Sept Sages” porté par Yasmina Foehr-Janssens et Simone Ventura.

  • En relisant des Navigations de saint Brendan, je me suis aperçue qu’une fiche Jonas mêlait deux rédactions certes proches, mais nettement distinctes, et qui d’ailleurs avaient chacune fait l’objet d’éditions propres. La rédaction propre à Paris, BnF, fr. 1553, éditée par A. Jubinal puis K. Wahlund, a désormais une fiche ad hoc. 
  • Encore sur le corpus hagiographique, j’ai fait quelques interventions sur la vie de saint Grégoire, Jonas texte 1983 : outre des corrections de coquilles, j’ai proposé comme auteur traduit Paul Diacre. Bien entendu, seule une étude plus approfondie permettra de savoir quelle branche de la tradition textuelle de la Vita Gregorii a été utilisée par l’auteur vernaculaire. 

 

  • Il m’a semblé opportun de séparer plusieurs rédactions des ventes d’amour que la base considérait conjointement. Vous trouverez donc une fiche pour les Ventes d’Amour de Chantilly, BC, 654 et Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, 2873 ; une autre pour  celles de Wien, ÖNB, 2602. 
  • Je me suis aperçue que le fragment de traité relatif à la chasteté de l’Album paléographique de Pierre-Camille Le Moine était un fragment de la Somme le Roi. L’Album, qui se trouvait dans la collection Schoyen lorsque Marvin Colker en avait fait la notice en 1993, a été vendu chez Christie’s en 2019. Sa localisation actuelle ne m’est pas connue. En l’absence de photo, je ne peux dire si le manuscrit duquel le feuillet a été détaché est conservé par ailleurs.

Plusieurs fiches de manuscrits déjà présentes dans la base ont été amendées : 

  • La lecture de l’article d’Édith Brayer mentionné supra m’a permis de compléter la liste des prières conservées dans  Wien, ÖNB, 1105, 1840, 1853, 1855, 1881, 1910, 1922, 1929, 1934, 1951, 1954, 2656, s.n.2614, s.n. 2615, s.n. 13237, s.n. 13238.
  • Sur la fiche de Wien, ÖNB,  1857, j’ai ajouté le Miracle de l’hostie sanglante et sur celle de Wien, ÖNB, 1883, les Douze âges de l’homme. Quant à Wien, ÖNB, 2003, il a rejoint la liste des témoins du texte sur la mesure de la plaie du côté du Christ. 
  • Je termine par deux petites interventions sur des fiches de manuscrits londoniens : la réparation d’une curieuse omission, celle des Dits moraux des philosophes de Guillaume de Tignonville dans la notice de London, BL, Royal 19.B.IV ; et des ajouts au contenu de London, BL, Add. MS 18850, Heures de Bedford, avec le triptyque habituel de prières en français, mais aussi la prière à sainte Anne signalée supra, et un chant royal sur les fleurs de lis, que Thomas Platter, à la fin du 16e s., vit aussi sur une tapisserie du château de Windsor6 , et dont voici la première strophe : Pour plus tenir foy crestienne estable / Et des pervers dampner l’iniquité / Fu roy Clovys esleu connestable / ou hault conseil de sainte Trinité. / Pour anoncier laquelle elleccion / Cest angle par digne affeccion / Au lieu c’on dit Joyenval  descendi / A cest hermite et du divin tresor / Pour roy Clovis convertir lui tendy / Sur champ asur ces trois fleurs de lis d’or  7 .

Haut de page

 

Chantiers en cours

Ces quelques nouvelles ne rendent pas compte de l’ensemble des interventions sur Jonas au cours des deux derniers mois. Comme annoncé en introduction, je termine avec de courtes informations sur les chantiers en cours : 

  1. L’exploration systématique des fonds se termine pour Münich, mais commence pour les fonds londoniens. Le chantier sera long… mais à n’en pas douter fructueux. De nombreuses cotes ont été saisies dans Jonas, mais les notices ne sont pas encore bouclées. 
  2. Parmi les fichiers papier de la section romane, il reste à verser dans Jonas l’incipitaire et l’explicitaire. En théorie, ce devrait être surtout une opération de contrôle, une grande partie des textes se trouvant déjà dans la base. Mais c’est l’occasion de micro-compléments sur des fiches anciennes (incipit complémentaires, corrections orthographiques, etc.) que je ne signalerai pas systématiquement. 
  3. Je poursuis la saisie de la documentation sur les prières.
  4. Enfin, nous préparons la mise en accès libre du moteur de recherche avancée de Jonas. Dans cette perspective, j’ai entrepris de renseigner a minima le champ “mot clé” de l’ensemble des fiches d’oeuvres, ce qui permettra notamment de limiter la recherche à des types de textes (e.g. “roman”, “rondeau”, “théâtre religieux”). Je procède par ordre numérique des fiches ; ce sont des modifications “mineures” dont il ne sera plus question désormais dans cette lettre. Une refonte du thesaurus est prévue pour 2022. 

Il me reste à vous donner rendez-vous fin janvier. Il sera question, encore, de fragments, mais aussi de plantes… D’ici là, bonnes fêtes de fin d’année ! 

Haut de page

 

  1. Les colonnes sont en réalité quatre ; l’édition définitive corrigera le chiffre. []
  2. ms. assisent []
  3. Marie Brisson, Oraisons à Notre Dame d’après un manuscrit du XVe-XVIe siècles, Marian Library Studies, 25, 1996, p. 177-208 []
  4. Merci à Véronique Trémault, Hanno Wijsman, Jérémy Delmulle (et par leur intermédiaire Hélène Loyau) grâce à qui j’ai pu rassembler les bribes d’informations sur ce volume. []
  5. Livres d’heures contenant des textes en français, Bulletin d’information de l’Institut de Recherche et d’Histoire des textes, 12, 1963. La saisie exhaustive des suppléments de Sinclair est prévue pour les prochains mois. []
  6. Voir E. Le Roy Ladurie et F.-D. Liechtenhan, L’Europe de Thomas Platter : France, Angleterre, Pays-Bas 1599-1600, Fayard, 2006. []
  7.  Sur la miniature qui accompagne ce poème, voir P. Stirnemann, “Les Très riches Heures et les Heures Bedford”, in Revista de Historia da Arte, 7 (2009), pp. 139-151, et pour tout savoir sur Joyenval, allez écouter la conférence de Gillette Labory : https://www.canal-u.tv/video/cnrs_ups2259/gillette_labory_cnrs_irht_l_abbaye_de_joyenval_et_saint_denis_histoire_d_une_rivalite.37263 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search