Nouvelles de Jonas, septembre 2021

Chers lecteurs, 

Voici les nouvelles de deux mois de travail dans Jonas ; la récolte est assez variée, avec à la fois l’intégration dans Jonas de textes ou manuscrits déjà bien connus de la critique, la « redécouverte » de publications anciennes mal exploitées, quelques ventes intéressantes, et un nombre conséquent de documents exhumés de catalogues plus ou moins anciens. 

Mais avant toute chose, on ne le dira jamais assez : l’alimentation de Jonas repose à ce jour sur un très petit nombre de personnes. Or le corpus est ample et la bibliographie sans cesse plus abondante. Chacun peut contribuer : en envoyant une référence bibliographique accompagnée d’un résumé permettant de comprendre l’apport à Jonas1, en nous faisant parvenir un tiré à part, en suggérant des corrections, etc.2 Il suffit de m’écrire

La consigne est la même si vous souhaitez être averti des parutions des nouvelles Nouvelles de Jonas

 N’hésitez pas non plus à participer à la résolution de nos « énigmes du mois »…

 

En lumière

Nouveaux manuscrits 

Nouvelles œuvres

Compléments et corrections

Chantiers en cours

Enigme du mois

En lumière

Jonas fait mention depuis le mois d’août du fragment d’Yvain glissé dans la collection de papyri de l’Österreichische Nationalbibliothek, passé inaperçu dans les recensements de Tiziano Dorandi, et mis en lumière par Serena Ammirati. De facture égyptienne vraisemblable, ce morceau de papier est un témoignage émouvant de la « circulation » de l’œuvre de Chrétien de Troyes. Depuis la publication de Serena Ammirati, une discussion s’est engagée pour évaluer au mieux le milieu de production de cette copie du roman3. L’origine cairote du fragment fait naître le rêve de nouvelles trouvailles dans les années à venir. 

Haut de page

Nouveaux manuscrits dans Jonas

Paris, BnF, Res. Yg 63 (Source : BnF-Gallica).

A côté de cette vedette, ce sont 27 nouveaux manuscrits qui ont rejoint la base. Certains paraîtront banals quant à leur contenu textuel ; d’autres ont davantage enthousiasmé la rédactrice de cette lettre, qui espère leur attirer quelques nouveaux lecteurs.

  • Je commence par le lot habituel de livres d’heures contenant les Quinze joies et les Sept requêtes, et notamment, pour les toutes premières années du 15e s., par les Heures de Johannette Ravenelle,  les Heures de Philippe de la Fontaine, les Heures de Louis-Alexandre Barbet.
  • D’une génération plus jeune, des Heures à l’usage de Paris de provenance inconnue, des Heures d’usage incertain enluminées par le Maître de Talbot et des Heures à l’usage de Troyes. D’après les images que j’ai pu voir de ces dernières dans Parchment and gold: 25 years of Dr. Jörn Günther Rare Book (Stalden, 2015), elles contiendraient aussi des suffrages en français.
  • La notice d’Heures à l’usage de Paris enluminées par le Maître des Heures de Troyes (vers 1410) n’a pas pu être tout à fait complétée, faute des éléments nécessaires aux identifications. Outre le corpus courant, elles contiennent une litanie en français (identifiée provisoirement avec Sonet 1003, la plus répandue et dont l’usage liturgique concorde avec celui du manuscrit), une prière rimée à Jean Baptiste (identifiée provisoirement avec Sonet 1833, en raison de sa longueur). La prière mariale qui clôt le manuscrit n’est pas connue par ailleurs (cfr. Nouvelles œuvres).
  • Une riche collecte en la matière nous vient de mon dépouillement des fonds de la Bayerische Staatsbibliothek. Je ne m’attarde pas sur le contenu « ordinaire » de München, BSB, Clm 17425. J’attire davantage l’attention sur  München, BSB, Clm 10097, livre d’heures  l’usage de Rouen, vers 1500, qui contient calendrier et rubriques en français, mais surtout, une copie des Pronostics d’Ezéchiel non signalée par le catalogue, ainsi que de courts textes sur les jours fastes et néfastes que le lecteur retrouvera dans cette lettre à la rubrique « Nouveaux textes ». Les vers des Pronostics d’Ezéchiel sont copiés à longues lignes, mais avec marquage par point des sauts de vers.
  • München, BSB, Clm 10103, Livre d’heures de Jacques Cœur, contient un petit texte de comput et plusieurs prières en français.
  • München, BSB, Clm 10141, important livre de prière bilingue. La notice n’a pas pu en être tout à fait terminée, faute – temporairement – d’images permettant d’affiner l’identification des textes. Outre quelques oraisons inconnues pour l’heure des répertoires, on notera la présence de la Maniere de bien vivre de Jean Quentin, et du petit traité des Six maîtres parlant de tribulation.
  • München, BSB, Clm 10142, livre de prière. La notice en est inachevée, pour les mêmes raisons que précédemment.
  • Le recueil à l’intention des curés qui figure sous le numéro 30 de Parchment and gold: 25 years of Dr. Jörn Günther Rare Book est repassé en vente le 3 juillet 2018 chez Sotheby’s. Aucun des catalogues ne permet d’identifier l’exemplum en français du f. 163 ; c’est donc en attendant d’avoir plus d’informations que j’ai associé l’exemplum sur les litanies de la Vierge à ce volume, qui a appartenu aux Célestins de Marcoussis. 
  • Sous le numéro 40 du même catalogue, figure une copie en codex de la Chronique anonyme universelleenluminée en Poitou ou Berry dans les dernières années du 15e s. 
  • Un exemplaire de belle qualité – et hélas assez mutilé – des Grandes Chroniques de France est sorti pour la première fois d’une collection privée pour être mis en vente, à Drouot, fin juin4. Le volume est datable des dernières années du 14e s., et pourrait avoir été fait pour un grand prince ou son entourage.
  • Le catalogue en ligne de la Free Library de Philadelphia signale, sous la cote LC 14.13 une copie du Livre sur la justice de Jean Britton. La date n’en est pas précisée et je n’ai pas pu contrôler le contenu complet du manuscrit.
  • A la fin de München, BSB, Clm 665, une main contemporaine de la copie primitive (Pharetra du Pseudo-Bonaventure, 2e moitié du 13e s.) a copié la Prière à Notre-Dame qui dans plusieurs copies est attribuée à Thibaut d’Amiens  (Raynaud-Spanke 695)
  • München, BSB, Clm 11340 contient de courtes notes annalistiques ajoutées à la fin du 15e s.
  • München, BSB, Clm 14954 contient de nombreux proverbes français dans des sermons latins (sanctoral).
  • Parmi les curieuses omissions de l’érudition, on retiendra un article injustement mal exploité de Charles Samaran, publié en 1925 dans Romania et intitulé « Fragments de manuscrits latins et français du moyen-âge ». Charles Samaran y donnait la liste de fragments littéraires utilisés pour la plupart en chemises dans les chartriers de Serrant et Thouars. Le chartrier de Thouars a été depuis versé aux Archives nationales, et les fragments décrits par Samaran sont bien connus, « redécouverts » d’une certaine façon aux AN, ou pour certains à la « BnF ». Mais le chartrier de Serrant n’a pas été versé aux AN. A l’heure où j’écris ce billet, je ne sais s’il se trouve encore au château de Serrant ou s’il est déposé aux Archives Départementales à Angers5. Or, ce chartrier contenait en 1925 six feuillets des Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coincy (fragment du 13e s.) et un fragment de Lancelot en prose (Enfances de Lancelot) du 14e s.
  • Ch. Samaran signalait également un cahier de papier portant 30 rondeaux anonymes ou attribués à Jean Picart, Jean Marot, Octovien de Saint-Gelais ; en tirant cette ficelle-là, je suis tombée sur l’article de Marta Albala Pelegrin qui éditait en 2009 les rondeaux ajoutés à la main à la fin d’une édition de Calisto y Melibea. Pour ces deux vraies nouveautés, j’ai passé le relai à Pascal Joubaud et Claire Sicard, dont la connaissance du corpus des rondeaux dits de transition a permis de donner dans Jonas des identifications précises de pièces. 
  • Nos collègues ont fait dans Jonas la description du manuscrit Paris, BnF, fr. 2369. Manuscrit richement enluminé et offert à une princesse royale, probablement Marguerite de Navarre, il donne à lire le Temple de Cupido, l’une des premières œuvres de Clément Marot. 
  • Paris, BnF, fr. 25445 contient la traduction française de l’épître dédicatoire de Guillaume Budé à François Ier qui accompagne ses Commentarii linguae graecae. L’épître est suivie de trois pièces poétiques souvent attribuées (probablement à tort) à Guillaume Budé.
  • Enfin, Paris, BnF, fr. 1678,  manuscrit richement enluminé probablement offert à François Ier, contient notamment l’Epître de Cleriende à Reginus par Macé de Villebresme qui est précédée d’un Chant royal et d’un rondeau à la gloire du roi. Les six témoins manuscrits de cette épître sont désormais décrits dans Jonas.

Cela ne fait que 26 manuscrits me direz-vous… c’est que les textes du 27e occuperont la première place dans la rubrique suivante !

Haut de page

 

Nouvelles œuvres dans Jonas

  • Au chapitre sur saint Philippe, Pierre Rézeau ne relevait dans ses Prières aux saints6 qu’un suffrage assez bref. Le manuscrit Paris, BnF, lat. 13279 (Livre de prières de Lorette d’Herbeviller, après 1466) offre trois prières successives à un saint Philippe, avec quelque ambiguïté quant à l’identité du saint, tantôt l’apôtre Philippe, tantôt un prêtre et confesseur, peut-être Philippe d’Argira7  ; ces trois prières portent dans Jonas les numéros 26456, 26457, 26458. Ce livre de prières contient par ailleurs Sonet 1538, 1568 et 1957. La dévotion particulière à saint Philippe n’est sans doute pas étrangère au prénom choisi pour le filleul de Lorette d’Herbeviller, un certain Philippe de Vigneules.
  • Poursuivons avec les prières. On l’annonçait supra, une Prière à Notre-Dame, concluant des Heures à l’usage de Paris, semble un unicum. Inc. Tres humblement te require et prie douce dame sainte Marie, royne de misericorde (ms. vers 1410)
  • Au début de Périgueux, BM, 4 (Livre d’heures, 15e s.), un possesseur du début du 16e s. a inséré tout un cahier de prières, 12 en français, une (pour le roi) en latin. Parmi ces prières, quatre figurent dans le répertoire de Sonet (n° 902, 1517, 1554 et 1927). Les autres ne semblent pas connues par ailleurs. On relèvera notamment un cycle de trois prières de belle ampleur à dire avant, pendant et après la communion ; une prière à l’ange gardien, une pour les âmes des fidèles trépassés, et une pour « impetrer sapience » (voir photo en regard).
    Périgueux, BM, 4 (Source : http://petrocoria-num.perigueux.fr).
    Voici, dans leur ordre de copie sur ces feuillets, les incipit de ces nouvelles prières : La moitié de nostre vie nous somes mors (…) Dieu qui eslis plustost avoir misericorde des esperans en toy (…) Que feray je o Seigneur tous puissant, et comment suis je sy temeraire (…) Je t’adore, o vray pain des anges, Dieu de la vie (…) Mon Dieu, mon Pere et mon Sauveur, quelles graces te pourrai je rendre de tant de biens (…) Je te salue Marie, tres sainte mere de Dieu, reine du monde (…) Dieu de nos peres et seigneur de misericorde, de ta parolle as fait toutes choses (…) Ayés repos ames fidelles sont les corps gisent en pouldre (…).  Outre le calendrier en français, le livre d’heures primitif offre aussi une copie du triptyque si fréquent (Quinze Joies, Sept Requêtes et prière à la Croix). Enfin, sur les derniers feuillets, les dix premières des quinze effusions du sang de Jésus Christ (Sonet 920).
  • A l’occasion du dépouillement du dernier tome du Repertorium fontium Historiae Medii Aevi ont été ajoutés le Voyage en Terre Sainte, au Mont Sinaï et au couvent de Sainte-Catherine (1461-1522) du ms Rennes, BM, 261, ainsi que les Voyages et pardons de Terre Sainte du ms Lille, BM, 518.
  • Les Chronogrammes de Martin de Mons (occitans) avaient échappé à la campagne de saisie de la documentation occitane des mois passés. 
  • Après les Pronostics d’Ezéchiel relevés plus haut dans Münich, BSB, Clm 10097, se lit un court texte sur le régime des saignées selon les mois de l’année. Il ne me semble identique à aucun des textes de ce type déjà connus. J’en donne ici des extraits, à fin de comparaison  : En janvier ne doit on pas seigner ne prendre potions, mais user de sauge. En fevrier doit on seigner de la voyne du cuer et user de aigremoyne. En mars se doit on baigner souvent et soy garder de viande qui face trop aler en chambre. En avril doit on menger porees de toutes herbes et saigner de ventouse. En may doibt on saigner la voyne du foye et user de persin a jeun. En juing fait bon boire eaue froide a jeun et au soir menger lectuves au vinaigre. Et y fait bon saigner entour la sainct Jehan Paptiste (sic). En juillet ne en aoust ne doit l’en baigner ne estuver pour le temps qui est vain et chault, et ne doit on pas seigner ne prendre potions mais user vetoigne.  (…) En novembre et decembre ne doit on pas baigner ne estuver mais il fait bon saigner.
  • Tout aussi original, le texte qui suit, sur les trente jours périlleux de l’an, dans une rédaction différente par exemple de celle qui occupe les feuillets de garde d’Aix-en-Provence, BM, 192.
  •  Des sermons latins dans un manuscrit de Münich (BSB, Clm 3590) voient le français apparaître ponctuellement, soit en citation, soit même pour énoncer la structure du propos. 
  • Un peu aux marges du corpus de Jonas, un texte en français de rétractation « en blanc » de Bernard Alamand, évêque de Condom, par lequel l’évêque se soumet aux jugements de la postérité sur le contenu de ses traités sur le Schisme.
  • Enfin, viennent d’être vendues chez Günther des Vies de Romulus et Caton d’Utique traduites de Pétrarque. Le manuscrit est de 1508 ; la traduction sans doute à peu près de la même date ou de peu antérieure. Le catalogue les présente comme une partie de la traduction de Simon Bourgoin, mais ces deux vies ne font pas partie du corpus habituel attribué à cet auteur. Le catalogue ne permet pas de lire des extraits des textes, mais la présentation vidéo disponible sur le site de Günther a confirmé mon intuition qu’il s’agissait de la traduction jadis connue de Blignières et considérée par lui comme anonyme : du moins la page de titre telle que j’ai pu l’apercevoir porte telle exactement le même texte que la source de Blignières8 

Haut de page

Compléments et corrections

  • Pour ce qui est des corrections sur des fiches d’œuvres, importantes modifications de la fiche du Livre des Oraisons (dit de Gaston Phébus) et des prières qu’il contient9.
  • Trois témoins ont été ajoutés à la fiche des Quatrains sur les douze âges de l’homme (Inc. Les six premiers ans que vit l’homme au monde), début du 16e s. :  Paris, Arsenal, 1175 ; BnF, naf. 11679 et New York, Morgan Library, M. 813.
  • Compléments aux incipit et explicit des prières des psautiers mosans, d’après l’édition qu’en a donnée Peter Ricketts in The Feast of Corpus Christi, Pennsylvania State University Press, 2006.
  • Le travail de mise à jour des données sur l’œuvre de Nicaise Ladam se poursuit, grâce aux informations communiquées par Benedetta Salvati. 
  • Côté poésie du 16e s., la base Jonas a été enrichie des informations données en note de Clément Marot, Les Épîtres, édition Monferran / Berthon, Gallimard, 2021, sur la tradition manuscrite des épîtres de Clément Marot. 
New York, Morgan Library and Museum, ms M.813, f. 2v (Source : Themorgan.org)
  • Quant aux manuscrits, je signale la réunion sous une même fiche des manuscrits 77617 et 82077, doublons pour une unique copie des Cas des nobles hommes dans la traduction de Laurent de Premierfait. La fiche 77617 correspondait à l’époque où le manuscrit se trouvait dans la collection Martin Schoyen, sous le numéro 268. Le volume est ensuite passé chez Jörn Günther. 
  • Les Heures de Jean de Labarthe figurent pour l’heure dans la base d’après leur référence chez Günther. Elles contiennent des prières en français et une en occitan. 
  • Les rondeaux appellent les rondeaux… Claire Sicard et Pascal Joubaud ont établi dans Jonas la notice complète du manuscrit Paris, Arsenal, 5110 , qui nous transmet  120 rondeaux du début du XVIe siècle suivis d’un texte en prose de François Ier. Ce manuscrit faisait l’objet d’une notice dactylographiée de l’IRHT qui a été intégralement reportée dans Jonas.
  • De son côté, dans le cadre de ses travaux sur l’Aiguillon d’amour divin, Géraldine Veysseyre a rédigé la notice de Paris, BnF, fr. 927 où le texte de Simon de Courcy est suivi de 34 prières, dont un certain nombre d’unica.

 

Haut de page

Chantiers en cours

En matière de prières, l’intégration des répertoires de prières se poursuit piano piano ; celle de K.V. Sinclair, Prières en ancien français. Additions et corrections…. (Townsville, 1987) est bien engagée. 

Pour le Corpus Mellin de Saint-Gelais, deux chantiers en cours  : 

  • Description du manuscrit Lausanne M1016 (Manuscrit Grenet) ; chantier à peu près à mi-parcours. Lien : http://jonas.irht.cnrs.fr/manuscrit/82140
  • Le numéro 37 des Cahiers V.-L. Saulnier parue en 2021 est consacré au manuscrit littéraire à la Renaissance. Les informations sur les manuscrits, les œuvres et les auteurs mentionnés dans cet ouvrage sont progressivement versées dans la base.

L’année universitaire promet d’être aussi celle de petites et grandes métamorphoses techniques de Jonas. Un point complet sera fait dans une prochaine lettre. Pour aujourd’hui, je signale simplement l’apparition sur les fiches de manuscrits d’une zone dédiée aux liens vers d’autres bases de données, vers des ressources en ligne et vers les numérisations. La plupart des liens présents actuellement étaient déjà affichés, mais pas assez visibles. 

Ils figurent désormais en-dessous du cadre d’Identification, comme sur cette photo de la notice de Paris, BnF, fr. 927 : 

 

Haut de page

L’énigme du mois

En 2015, Thomas Falmagne10 signalait un fragment de Chronique universelle coté E Dépôt Périgueux 5085 aux Archives départementales de la Dordogne. J’ai ré-examiné le texte, mais ne parviens pas à le rattacher à une œuvre connue.

Voici le relevé donné par notre collègue, tronqué et ponctué par mes soins :

//oit sa deserte esse dist /// voulentiers lors em/// fant moult siee et quant(…) le homme lui dist qu’il l’esprouvit en telle maniere qu’il fist mettre en ung bacin pierres precieuses /// et joyaux d’or et ung autre de charbons plein bien embrasez et puis li abandonnast a l’enfant l’un bascin et l’autre et s’il courroit pour l’or ou pour les pierres prendre, dont pourroit il bien savoir qu’il avoit fait par malice, et s’il cou[roit] aux charbons, si pourroit il aussi savoir qu’il l’avoit fait par enfance. Et ainsi le roy l’octroia et fist faire ainsi comme il l’avoit devisé. (…) En ce temps regnoit Thessalus le premier roy en Thessale quant se commença le royaume d’Athenes.

Par Chicrop se commença le royaume d’Athenes (…) qu’ilz estoient a chois de mettre nom a leur cité : or Athes est l’onneur de Minerve, qui estoit signifiee par l’olivier, ou Nothon qui estoit apparu en la signifiance des eaues (…)

Il avint en ce temps mesmez que les Ethiopiens portoient leurs marchandises en Egipte et rapporterent de celle de Egipte en leur pais (…)

Cy parle comment Moyse fu duc des Egiptiens (…) Jusques a la cité de Sabba qui estoit la plus forte du pais car d’une part courroit le fleuve du Nil et d’autre part deux autres fleuves moult perfons dont li un a non Eschaus et l’autre Escaboras (…)

J’ai d’abord pensé au livre XVIII de la Cité de Dieu, qui suit une trame identique. Mais le texte semble abrégé par rapport au récit d’Augustin. Les autres pistes de Chroniques ou Histoires universelles sont pour l’heure restées infructueuses.

Qui a une idée ? 

Je compte sur vos nombreuses, et fructueuses, réponses !

Haut de page

 

 

  1. On prendra garde toutefois que la bibliographie n’a pas vocation à recenser toute la littérature critique, mais avant tout celle qui porte sur la tradition du texte, ses témoins, son histoire éditoriale. []
  2. Toute suggestion de correction ou de complément fait l’objet d’une mention en pied de page ; les créations de fiches ou les modifications substantielles de fiches existantes peuvent, si le contributeur le souhaite, conduire à la mention explicite du chercheur dans « Comment citer cette fiche ? » []
  3. Voir Carla Rossi, « Remarks concerning the ‘Egyptian’ paper fragment of Yvain preserved in Vienna », in Theory and Criticism of Literature and Arts 4, 2019. []
  4. Il a fait l’objet d’une remarquable notice pour l’occasion : https://cdn.drouot.com/d/catalogue?path=443/110704/delon23juin2021bd.pdf []
  5. Les recherches sont engagées pour clarifier ce point. []
  6. Pierre Rézeau, Les prières aux saints en français à la fin du Moyen Age. T. 1 Les prières à plusieurs saints, 1982, T. 2 Prières à un saint particulier et aux anges, Genève, 1983 []
  7. Ce sont les constats et les hypothèses des auteurs du catalogue des Manuscrits enluminés d’origine germanique. Tome 2: XVe siècle, Turnhout, 2020, Laure Rioust, Marie-Blanche Cousseau, François Avril et Claudia Rabel []
  8. Auguste de Blignières, Essai sur Amyot et les traducteurs français au XVIe siècle, Paris, 1851, p. 177. []
  9. D’après l’article de Geneviève Hasenohr, « Réflexions sur la genèse du Livre des oraisons », in Froissart à la cour de Béarn : l’écrivain, les arts et le pouvoir, Turnhout,  2009, pp. 223-247. []
  10. Thomas Falmagne, « Après avoir suffisamment savouré la poussière de Cadouin, renifler les fragments médiévaux à Périgueux », Revue des Archives Départementales de la Dordogne, Novembre 2015. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.