Claire Sicard

 Je suis seiziémiste de formation, et c’est l’étude de la diffusion de la poésie de Mellin de Saint-Gelais (1491 ?-1558), qui m’a menée en 2016 à toquer à la porte de la section romane de l’IRHT afin de collaborer à la base Jonas. Cette question passionnante mais épineuse de la circulation des pièces poétiques d’un auteur très renommé sous les règnes de François Ier et de Henri II mais qui n’a jamais figé le monument de sa production par l’édition collective imprimée de ses œuvres, a commencé à m’occuper à la fin de la thèse que j’ai soutenue en 2013 sous la direction de Jean Vignes et qui était consacrée plus généralement à l’étude de la poésie et des rapports sociaux autour de la Cour de France entre 1538 et 1560. Avec Pascal Joubaud, ingénieur de formation, nous avions entrepris de recenser dans un simple tableur toutes les attestations des poèmes de Saint-Gelais en vue d’établir une édition (à paraître) des œuvres poétiques de cet auteur auquel je consacrais déjà depuis 2011 le carnet de recherche « Démêler Mellin ».

Il est rapidement apparu que la démarche que nous avions adoptée et qui nous conduisait à décrire par le menu le contenu de ce corpus d’une cinquantaine de manuscrits afin de mieux cerner les modalités de la diffusion des vers de notre poète – et parfois de mieux dater ces textes – s’apparentait à celle qui était depuis longtemps déjà aux fondements de la base Jonas. Tout en ayant conscience que le corpus que nous proposions était un peu tardif pour un répertoire des textes et des manuscrits médiévaux, nous avons tout de même contacté Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye pour leur présenter notre travail et voir avec elles s’il était opportun de l’intégrer à la base Jonas. C’est ainsi que le corpus Mellin de Saint-Gelais a vu le jour, au début de 2017.

Depuis lors, nous nous employons à verser progressivement toutes nos pièces recensées dans la base. Cette opération est aussi l’occasion d’un enrichissement de la description des poèmes à un niveau fin qui va jusqu’au catalogage de leurs caractéristiques formelles : nombre et type de vers, schéma de rimes, présence ou non de l’alternance des rimes masculines et féminines, par exemple. En suivant les textes de Saint-Gelais, copiés parmi des milliers de poèmes peu ou pas connus par ailleurs dont les auteurs ne sont pas toujours identifiés, nous contribuons également à exhumer un énorme gisement de textes poétiques, notamment épigrammatiques, qui circulent dans les mêmes recueils, en particulier dans les années 1530-1540. En outre, les données que nous mettons progressivement en ligne nourrissent les travaux de chercheurs en littérature mais aussi en musicologie, pour les textes qui ont également connu des mises en musique. En retour, les échanges que nous pouvons avoir avec ces collègues nous conduisent à compléter nos données ou à affiner nos descripteurs. Ainsi, loin d’être un travail austère et solitaire de catalogage bibliographique, notre collaboration à la base Jonas nous est rapidement apparue comme un maillon important d’une recherche collective, vivante, en train de se faire.

La tâche est loin d’être encore achevée et nous savons qu’elle nous occupera encore quelques années. Pour autant je pense déjà aux prolongements qu’elle pourrait connaître. Depuis 2019, je suis maître de conférences en Littérature française des XVe et XVIsiècles au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance1 et je participe également aux programmes Bibliothèques Virtuelles Humanistes  et Ricercar  de mon laboratoire. Le projet PoMONE (Poésie Manuscrite Oubliée, Nouvellement Exposée) que je me propose d’y mener visera à terme à articuler le travail de catalogage entrepris pour Jonas à un travail éditorial cohérent avec ce qui y est déjà proposé aux BVH pour les imprimés dans le cadre d’Epistémon . L’originalité du projet tient à ce qu’il permettra non seulement d’accéder au co ntenu textuel de chaque recueil, mais aussi de pouvoir comparer entre elles plusieurs attestations de la même pièce présente dans des témoins distincts et de circuler, à partir de cette unité textuelle, vers d’autres programmes d’humanités numériques, bases de données ou éditions, qui fournissent à son sujet des informations complémentaires utiles : la base Jonas au premier chef, bien sûr, mais aussi, d’autres entités des BVH (manuscrits et imprimés déjà en ligne, au sein même d’Epistémon, fiches des bases Scripta Manent ou Bibliothèques françaises de La Croix du Maine), de Ricercar (Catalogue de la Chanson française à la Renaissance) ou encore avec des projets cousins, comme Joyeuses inventions , porté par Anne Réach-Ngô.

Ainsi la ronde de ces poèmes, que la base Jonas permet à la fois de cataloguer avec la rigueur nécessaire et de porter à la connaissance de tous ceux qui s’intéressent à ces textes, n’a pas fini de tourner.

  1. CESR -UMR 7323 CNRS) / Université de Tours []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.