Nouvelles de Jonas, mai 2021

En lumière

Un discours du Christ en croix

Des feuilletons médiévaux : usage des marges des Livres d’heures

Nouvelles oeuvres dans Jonas

Nouveaux manuscrits dans Jonas

Compléments et corrections

L’énigme du mois

 

Depuis plusieurs années, Ou grant livraire accueille de petits billets mettant en lumière l’une ou l’autre de nos trouvailles à l’occasion de l’enrichissement de la base Jonas. Nous avons décidé de changer de formule et de proposer à nos lecteurs une lettre mensuelle faisant le point sur quelques chantiers récents. Tous bien sûr n’auront pas apporté la même quantité ni la même originalité d’informations. Mais il nous a semblé utile de vous tenir au courant de ce qui change, un peu chaque jour, dans la base de données.

Au seuil de cette première lettre d’information, il n’est pas inutile de rappeler comment s’accroît aujourd’hui l’information dans Jonas :

  • Le principal canal d’enrichissement est à ce jour la veille bibliographique. Elle accuse toujours (hélas…) un décalage par rapport à l’actualité, mais s’est poursuivie sans interruption majeure quelles que soient les ressources de la section romane de l’IRHT. Elle porte sur environ 150 titres de périodiques et 300 monographies ou recueils collectifs chaque année. Pas question de vous infliger pour autant la liste exhaustive des dépouillements bibliographiques. Ce qui en est dit sur ce carnet changera d’ailleurs bientôt de présentation, pour une meilleure visibilité. 
  • Par ailleurs, les fonds de bibliothèques continuent à être explorés par la lecture des catalogues récents, l’interrogation des sites web, les campagnes de photographie de l’IRHT et le travail de veille sur les numérisations mises en ligne (grâce à l’aide de Véronique Trémault). 
  • Les projets de l’équipe (Catalogue des manuscrits d’oc et d’oïl de la Biblioteca Apostolica Vaticana) et de ses membres apportent leur part de compléments. Nos principaux collaborateurs extérieurs, Claire Sicard et Pascal Joubaud1, ont ouvert largement la base de données au XVIe siècle. 
  • Enfin, on trouve toujours au fond d’un tiroir de fiche, dans une boîte d’archive, et parfois dans de « vieilles » publications, des informations qui pour n’être pas tout à fait neuves n’en manquaient pas moins à Jonas. 

Voici pour l’entrée en matière. J’en viens à l’actualité du mois. 

En lumière

Ma sélection du mois porte sur deux oeuvres, l’une déjà bien connue, l’autre « toute fraîche ». 

Un discours du Christ en croix

BnF, lat. 1169, f. 15v, détail.
Source : Bibliothèque nationale de France, Gallica

La première a failli figurer ici sous le titre d’énigme du mois, jusqu’à ce qu’un des fichiers papier de la Section Romane ne donne la réponse au problème. Elle se lit dans Paris, BnF, lat. 11692. Au début de ce livre d’heures à l’usage de Besançon (XVe s.), entre le calendrier et les Heures de la Vierge, sont glissés cinq feuillets portant sur leur recto un portrait de saint, sur leur verso un fragment de texte. François Avril, dans la fiche qu’il a consacrée à ce manuscrit, précise que ces feuillets sont des « xylographes coloriés à la main ». Victor Leroquais (Les livres d’heures manuscrits de la Bibliothèque nationale, Paris, 1927) avait relevé, au f. 14v un fragment des Quinze Joies Nostre Dame ; personne n’avait signalé, au f. 15v, sur le verso d’une image de Marie-Madeleine, la fin d’un autre texte français, dont voici la transcription : […] se tu ne m’aime de cueur pur / Et de toute ta volenté. / Et se tu es en tel auctorité / De moy amer d’arme et de cueur (sic, pour cors), / Je te seray misericors. / Se ainssy le fais proprement / Et recognoistre entierement / Des pechez que as commis, / Je te seray pere et amis. / Et se tu as contricion, / Je te feray remission. / Or vueille remembrer souvent / La griefve doleur et le torment / Que je seuffre en ceste croix / Ou je suys myz sy destroit. / Vueille sentir ma passion / En ton corps par compassion. / Et se tu n’as pitié de moy, / A mains aye pitié de toy. 

L’explicitaire papier de la Section Romane identifie cet explicit comme celui de la Passion d’Autun.  Ce sont effectivement les derniers vers de Paris, BnF, naf. 4085. Mais ce n’est pas que cela : ces vers de la Passion d’Autun sont fortement apparentés avec le texte n° 2107 de Sonet (« Toy qui passe par devant moy / Regarde ça, arreste toy ») et sa variante le n° 3773 de Keith Sinclair (French devotional texts of the Middle Ages. A bibliographic Manuscript Guide, London 1979).  L’étude des différentes rédactions de ce texte, appelée de ses voeux par Edith Brayer en 1964 (« Livres d’heures contenant des textes en français », in Revue d’Histoire des Textes 12, pp. 31-102, part. p. 78) reste à faire. Elle seule dirait notamment si cette rédaction spécifique est antérieure à la Passion d’Autun ou en est extraite((Je n’ai pas pu hélas faire de contrôle systématique sur les témoins de la prière)). La typologie codicologique du fragment lat. 1169 inviterait à privilégier un rapprochement avec la courte pièce de vers telle qu’insérée dans les livres d’heures (option retenue pour l’instant dans Jonas), plutôt qu’un lien avec la Passion d’Autun. Cependant, la proximité textuelle est bien plus grande avec la rédaction insérée dans la Passion qu’avec les quelques copies que j’ai pu contrôler. La recherche devra décider si l’auteur de la Passion a pu insérer dans son oeuvre la prière déjà modifiée, ou si le fragment de la BnF, détaché de et inséré dans un livre d’heures, témoigne d’une postérité autonome de vers de la Passion.

Haut de page

 

Des feuilletons médiévaux : usage des marges des Livres d’heures

Isopet-Avionnet, Paris, BnF, lat. 1175
Paris, BnF, lat. 1175, f. 84r. Source Bibliothèque nationale de France-Gallica

La seconde nouveauté que j’ai choisi de mettre en lumière est elle bien signalée par V. Leroquais ; mais étrangère à la dévotion stricto sensu, elle n’avait pas jusqu’alors attiré l’attention. Elle se trouve dans les marges inférieures de Paris, BnF, lat. 1175 (Heures à l’usage de Paris, XVe s.3). Dans le calendrier déjà, de courtes phrases en français, écrites en bleu, accompagnent les signes du zodiaque. Ceci est presque banal. Ce qui l’est moins, c’est que sur chaque double page ouverte du manuscrit se lit, à  partir du f. 12v, un couplet d’octosyllabes servant de légende à une petite miniature. Le premier de ces couplets, qui introduit « l’auteur » est « Joie devons bien maintenir / Puis que nous voions paix en France ». Puis viennent des sentences générales. Après une parenthèse latine, où le texte est une pétition du Pater associée au portrait d’un apôtre, on découvre une série consacrée à l’Antéchrist (35v-49r). Puis les oeuvres de miséricorde (ff. 49v-56r), les quinze signes du Jugement dernier (ff. 56v-76r). Enfin, ce qui attira d’abord mon attention, un isopet (ff. 76v à fin), soit 75 fables   extraites de l’Isopet-Avionnet. Le texte du couplet rencontre parfois celui du texte complet tel qu’édité Julia Bastin. Une indexation complète des sujets est faite dans la base Mandragore. 

Le procédé n’est pas inconnu des historiens de l’art. En 1985, J-P. Aniel avait attiré l’attention sur une série de proverbes en français illustrés dans les marges de Paris, BnF, nal. 31344. La littérature trouve aussi quelque écho dans les médaillons marginaux de New-York, Morgan Library, 359 et Paris, Institut de France, 547 ; voyez la fiche consacrée à ces volumes dans la base Initiale

Aux spécialistes des fables de nous en dire plus sur la place de ce volume dans la tradition de l’Isopet-Avionnet. 

Haut de page

 

Nouvelles oeuvres dans Jonas

Paris, BnF, lat. 1369, p. 456
Paris, BnF, lat. 1369, p. 456. Source : Bibliothèque nationale de France-Gallica.

De nouveau, on ne lira ci-dessous qu’une sélection, qui omet notamment toutes les oeuvres du XVIe s. entrées dans Jonas dans le cadre du projet Mellin de Saint-Gelais, qui omet aussi les recettes, les courts textes (rubriques en français dans des manuscrits latins, etc.) et les fiches encore embryonnaires faute de documentation suffisante. 

Certains de ces textes sont bien connus ; mais ils manquaient dans la base de données. D’autres n’ont pas encore été étudiés à ma connaissance. Je les signale d’un astérisque. Le classement est par ordre alphabétique du titre, le plus souvent moderne, donné au texte dans Jonas. 

  • *Dix commandements des Heures de Louis de Laval (fiche 25856) ; le texte diffère des versions inventoriées jusqu’alors. 
  • Dans des Heures de la fin du XVe s., Paris, BnF, lat. 1426A, se lisent des *Enseignements de Salomon, Inc. « Beaulx seigneurs, ces paroles sont escriptes du plus sage homme qui oncques fu aprés Dieu ». Le lien avec les textes de même typologie des manuscrits de Metz et Catania est à étudier.  Fiche 25887.
  • La *traduction de l’Epistola de cura rei familiaris ad Raymundum dominum Castri Ambruosii contenue dans Paris, BnF, lat. 1179 semble distincte de toutes celles connues jusqu’alors. Une enquête sur les filiations entre les diverses traductions de ce texte de Bernard de Clairvaux serait cependant utile. Fiche 25871.
  • On lit dans Paris, BnF, lat. 920 (XVe s.5) une *traduction de l’Epître de saint Paul aux Corinthiens (fiche 25858), des extraits des évangiles de Matthieu (Evangile de la fin des temps, fiche 25860) et Luc (Transfiguration, fiche 25861).
  • La Généalogie d’Anne de Bretagne de Disarvoez Penguern, 1510 manquait dans Jonas (fiche 25854).
  • Paris, BnF, lat. 13285 (1ère moitié du XVe s.6) propose une mise en vers de la *légende du chanoine Ernoul, sans doute d’origine insulaire. Fiche 25902.
  • J’ai donné le titre très indicatif de *Manière d’entendre messe à un ensemble de rubriques précédant les prières latines de l’office et indiquant au fidèle l’attitude à adopter, la gestuelle attendue, etc. (Paris, BnF, lat. 132897, 2e moitié du XVe s. ; Fiche oeuvre 25904).
  • Je ne crois pas connue par ailleurs la *Méditation des heures de la Passion qui dans le manuscrit Paris, BnF, lat. 180268 commence par « O fille de Dieu, o amie de Dieu, o tabernacle de Dieu » (fiche 25915).
  • Plus courtes que le texte précédent, des *méditations des mêmes heures de la Passion servent de rubrique à chacune des heures de la Vierge. Le texte est écrit pour une moniale. Ces rubriques ont été signalées par V. Leroquais dans Paris, BnF, lat. 1073A (1ère moitié du 13e s.((Notice Archives et Manuscrits : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc58992n))). Fiche 25863.  
  • Une *prière à la Vierge en vers, à rimes annexées, Inc. « Tres haulte dame et humble ancelle », a échappé à la vigilance de Sonet. Fiche 25903
  • Paris, BnF, lat. 9472 (2e moitié du XVe s.((Notice Archives et Manuscrits : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc77495k))) offre un important ensemble de *Prescriptions liturgiques en français. Une interrogation de la base Jonas avec le titre « Prescriptions liturgiques » fournira une amorce de corpus ; l’enrichissement est en cours. Fiche 25891
  • Un texte sur les *propriétés du frêne s’est glissé dans des Heures à l’usage de Rome de la 2e moitié du XVe s. Inc. « Ung notable homme nommé Iohannicius escript a Galien, souverain en medecine, en ceste maniere « .
  • L’image en tête de ce paragraphe est celle de l’ajout à la fin des heures d’Isabeau d’Ecosse, d’une main non professionnelle, d’un *récit de la mort de Marguerite d’Ecosse le 16 août 1444. Fiche 25879.
  • Enfin, le livre d’heures Paris, BnF, lat. 1159((Notice Archives et Manuscrits : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc59090r)), garde le souvenir de *voeux faits par le duc de Bretagne Pierre II, fiche 25864 .

Sur tous ces textes, si vous souhaitez faire bénéficier Jonas de corrections, d’informations complémentaires, de références bibliographiques, écrivez-moi ou utilisez le bouton de contact qui figure sur chacune des fiches de Jonas. 

 

Haut de page

Nouveaux manuscrits dans Jonas

München, SB, Gall. 48
München, SB, Gall. 48. Reproduction extraite de Ulrike Bauer-Eberhardt, Die illuminierten Handschriften französischer Herkunft in der Bayerischen Staatsbibliothek, Wiesbaden, 2019.

La lecture des paragraphes antérieurs aura sans doute averti le lecteur qu’ayant constaté une curieuse lacune dans la bibliographie ancienne de la section romane, j’avais consacré quelques journées à une lecture attentive de Victor Leroquais, Les Livres d’heures. Ceci explique la thématique dominante dans la liste des nouvelles oeuvres.

Pour ce qui est des nouveaux manuscrits, la conséquence de cette lecture est l’intégration dans Jonas de quelque 80 livres d’heures ou livres de prières des fonds latins de la BnF. Encore n’ont été retenus que les manuscrits ayant au moins un court texte en français ou occitan (des rubriques par exemple) et non le seul calendrier. Leur absence s’explique par le fait qu’à ce jour, seul le répertoire de prières de Sonet (Répertoire d’incipit de prières en ancien français, Genève, 1956) a été intégralement saisi dans la base afin de faciliter les interactions avec le projet HORAE porté par Dominique Stutzmann. Or, pour les plus fréquentes des prières françaises dans les livres d’heures, les Quinze joies Notre-Dame, les Sept requêtes et la prière à la croix qui ferme souvent la série, Jean Sonet renvoie tout simplement… à la liste de V. Leroquais. La saisie des compléments de K.V. Sinclair et P. Rézeau est planifiée pour les prochains mois. Dès maintenant, Jonas recense 403 copies de la première, 321 de la deuxième, 146 de la troisième de ces prières. 

Outre quelques témoins parisiens de ces trois textes, la lecture de V. Leroquais a permis d’ajouter les manuscrits suivants : 

  • Paris, BnF, lat. 13299 : il conservait sans doute une copie de Jonas texte 18971 (Prière dite du Sépulcre de la Vierge) ; il n’en reste hélas que la rubrique. 
  • Paris, BnF, lat. 136910 : il donne un second témoin des Douze articles de la foi (associés aux noms des apôtres) commençant par « Cy aprés nous est expousee / Nostre foy et nostre creance » (Jonas texte 14268). Comme le manuscrit Angers, BM, 218, il contient aussi la courte prière Sonet 971 (Jonas texte 14269).
  • Paris, BnF, lat. 1375, lat. 13268, lat. 14829 et lat. 18021 : témoins des quatrains mnémoniques (Cisiojanus) commençant par « En janvier que les roys venus sont »11, Jonas texte 9846.
  • Paris, BnF, lat. 139312 : compléments à la tradition des Quinze oraisons révélées à sainte Brigitte. 
  • Paris, BnF, lat. 1426A13 : témoin passé inaperçu des Pronostics d’Ezéchiel en prose.
  • Paris, BnF, lat. 1426B14 : témoin du Grand Coutumier de Normandie.
  • Paris, BnF, lat. 1054515 : copie de la prière à sainte Avoye (Sonet 778).
  • Paris, BnF, lat. 13291 (Notice : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc74339q/cd0e1019)) : témoin de la prière Sonet  2107.
  • Paris, BnF, lat. 13303 : témoin de la Vie de sainte Marguerite en vers. 

Deux autres ajouts importants viennent ce mois-ci de la lecture de Ulrike Bauer-Eberhardt, Die illuminierten Handschriften französischer Herkunft in der Bayerischen Staatsbibliothek, Katalog der illuminierten Handschriften der Bayerischen Staatsbibliothek in München, 7, Wiesbaden, 2019 : 

  • Un fragment du Roman de Troie (vv. 9475-9523, 9529-9578), München, Bayerische Staatsbibliothek, gall. 44 (vers 1200). 
  • Un fragment qui semblerait également précoce du Pèlerinage de Jésus-Christ de Guillaume de Digulleville, vv. 5783-5860 et 5939-6016 : München, Bayerische Staatsbibliothek, gall. 48 (2e moitié du XIVe s.). Outre l’intérêt textuel du témoin, mon attention a été attirée par les lettrines de couleurs ornées de rinceaux dorés. Ces rinceaux ont-ils été ajoutés ? Ils sont d’une typologie rare pour la période de production du manuscrit (Voyez l’image en tête de cette section). On notera aussi les dimensions assez importantes du fragment (justification 285 x 180) par rapport à celles données pour d’autres témoins de la même période dans Jonas. Ce fragment ne m’a semblé concorder avec aucun autre témoin recensé à ce jour. 

Haut de page

 

 

Compléments et corrections aux fiches déjà existantes

Au fil des ans, des erreurs ont pu se glisser dans Jonas, par la faute de Titivillus, par lacune bibliographique, ou tout simplement parce que tout n’a pas encore pu être basculé au format informatique… 

Comme dans les autres rubriques, voici les principales modifications du mois.

  • Corrections et compléments à la fiche du Livre de l’Espérance d’Alain Chartier, d’après la liste des manuscrits donnée par Marta Marfany, « Le Livre de l’Espérance nommé Curial »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 33 | 2017
  • Compléments sur les notices des Faits et Dits mémorables, grâce à la lecture de l’ouvrage d’Anne Dubois, Valère Maxime en francais à la fin du Moyen Age: Images et tradition, Manuscripta Illuminata, Turnhout, Brepols, 2016. On notera en particulier l’ajout de Boston, Public Library, Med. pb. 98 à la liste des bribes d’un manuscrit démembré.
  • Reprise complète de la notice textuelle de Paris, BnF, fr. 13092 (Psaumes et Cantiques, 14e s.), lat. 10561, lat. 13310, lat. 18014 (avec des prières connues de Sonet mais omises dans son relevé de ce manuscrit, mais aussi les Enseignements de saint Louis à son fils, et un long récit et contemplation de la Passion). 
Paris, BnF, lat. 18014, f. 15v
Paris, BnF, lat. 18014, f. 15v. Source : Bibliothèque nationale de France – Gallica

 

Pour ce qui est des fiches d’oeuvres :

  • Réunion sous une même entrée des fiches 5050 et 25845, qui correspondaient à une seule traduction de la vie de Pierre de Vérone d’après la Legenda aurea ; il s’agit de la version D de l’édition Tylus 201816 (fondée sur le témoin Douai, BM, 869)
  • Correction de l’incipit des Lamentations de Charles VII de Simon Gréban, victime visiblement d’une erreur de saisie. 

Haut de page

L’énigme du mois

Au f. 167 de Paris, BnF, lat. 13289, Victor Leroquais signalait une prière à Notre-Dame acéphale, se terminant par « A luy serai serviteur deshormais. / A s’amender mieulx vaut tart que jamais ». 

Je n’ai pas pu consulter encore le manuscrit en question. L’un de vous a-t-il quelque idée d’identification de cette pièce ?

Haut de page

 

A dans un mois ! Mais d’ici là, n’hésitez pas à m’écrire pour tout commentaire ou correction. 

  1. Voir leur carnet, Demêler Mellin de Saint-Gelais, https://demelermellin.hypotheses.org ; la présentation de leur corpus dans Jonas https://jonas.irht.cnrs.fr/corpus/accueil_corpus.php et le site personnel de Claire Sicard, https://clairesicard.com. []
  2. Voir la notice en ligne : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc591019 []
  3. Notice Archives et Manuscrits : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc591080 []
  4. « Un manuscrit normand du XVe siècle. Oraison savante et pensée populaire », in Connaissance de l’Eure, 56, 1985. Merci à Claudia Rabel de m’avoir fait connaître cette publication et ce manuscrit, qui vient lui aussi de trouver la place qui lui est due dans Jonas. []
  5. Notice Archives et Manuscrits : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc624833 []
  6. Notice Archives et Manuscrits : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc74339q []
  7. Notice Archives et Manuscrits : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc74339q/cd0e975 []
  8. Notice Archives et Manuscrits : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc68982j []
  9. Notice Archives et Manuscrits : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc59280w []
  10. Notice Archives et Manuscrits : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc593268 []
  11. Cfr. Denis Hüe, « Lire dans le ciel : les Pronostications », in Le Soleil, la lune et les étoiles au Moyen Âge, Senefiance n° 13 (1983), https://books.openedition.org/pup/2903. []
  12. Notice Archives et Manuscrits : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc593535 []
  13. Notice Archives et Manuscrits : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc59391h []
  14. Notice : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc953459 []
  15. Notice : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc72263f []
  16. Piotr Tylus, Un inquisiteur non sanguinaire : les vies inédites de saint Pierre martyr en français médiéval, Textes vernaculaires du Moyen Age, Turnhout, Brepols Publishers, 2018 []

Une réflexion sur « Nouvelles de Jonas, mai 2021 »

  1. Quelle jolie miniature de la fable du Loup et la Grue ! Et quelle belle découverte que ces illustrations et distiques de l’Isopet I – Avionnet dans les marges d’un livre d’heures ! Elle va permettre, c’est sûr, d’écrire une nouvelle page de l’histoire de la tradition manuscrite (complexe) du recueil.
    Merci pour tout cela… et pour la newsletter,
    Jeanne-Marie Boivin (Université Paris-Est Créteil)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.