Le cœur sur la main ou sur la manche

L’expression « avoir le cœur sur la main » est réputée remonter au xviiiesiècle et traduire une nature généreuse, si l’on suit les premières informations qu’Internet nous offre1. La sixième édition du Dictionnaire de l’Académieen 1835 indique plutôt : « Fig. et fam., Avoir le cœur sur la main, Être ouvert, franc, sans dissimulation ».  Emile Littré rajoutera en 1872-1877 : « On a dit aussi : avoir le cœur dans la main » et citant un vers des Satiresde Mathurin Régnier, il fait remonter l’usage de l’expression au moins au xviiesiècle (pièce 12, v. 5-8) :

Or c’estoit du bon temps que la hayne et l’envie

Par crimes supposez n’attentoient à la vie ;

Que le vray du propos estoit cousin-germain,

Et qu’un chacun parloit le cœur dedens la main.

Il est vrai que les exemples littéraires du siècle suivant vont avoir tendance à faire basculer l’expression de la sincérité vers la générosité, comme à mêler les deux motivations. Ainsi chez Jacques Cazotte (Ollivier, éd. 1763) : « Jarniguienne, s’il n’étoit pas mort, je baillerois tout mon sang pour lui. Ecoutez-nous bien, monsieur le soldat, nous avons le cœur sur la main ».

Quel que soit le sentiment ou la vertu qui habite l’organe censé figurément les contenir, la locution en manifeste l’extériorisation, l’affichage ou la révélation : le cœur sort du corps pour s’offrir au regard d’autrui. Pareille extraction permet à René d’Anjou au xvesiècle d’imaginer une quête amoureuse dans laquelle il projette non pas son moi, mais son cœur enflammé du désir amoureux, le transformant en personnage (Livre du Coeur d’amour épris, v. 37-42, éd. et trad. F. Bouchet)  :

                        

Car moictié lors par fantasie,                             Alors, à moitié en imagination,

Moictié dormant en resverie,                               A moitié égaré dans le sommeil,

Ou que fust vision ou songe,                                Vision ou songe,

Advis m’estoit, et sans mensonge,                        Il me sembla, sans mentir,

Qu’Amours hors du corps mon cuer mist              Qu’Amour me retirait le cœur du corpsEt que a Desir il le soumist                               Et qu’il le confiait à Désir

Peinture de Barthélemy d’Eyck dans le manuscrit de Vienne, ÖNB 2597, f. 2

            Dans Peril at End Housed’Agatha Christie, en 1932,  Poirot et Hasting s’interrogent sur les motifs possibles des tentatives de meurtre sur la personne de Mademoiselle Buckley. Après le gain, ils évoquent le « crime passionnel » :

‘Well, there again we have the word of the observant Madame Croft that both Charles Vyse and Commander Challenger are in love with the young lady.’

‘I think we can say that we have observed the latter phenomenon for ourselves,’ I remarked, with a smile.

‘Yes – he tends to wear his heart on his sleeve, the honest sailor.’

La traduction française de 1991 pour les éditions du Masque rend la dernière phrase par « Oui, ce brave marin ne cache pas ses sentiments », faisant disparaître une image qui témoigne pourtant de la qualité de l’anglais du détective belge. S’il prétend lors de cette même enquête, quelques pages plus loin, que : ‘I am more English when I write than when I speak’, l’usage qu’il fait de la locution dans sa réplique est bien idiomatique puisqu’elle n’a pas d’équivalent direct en français moderne. L’expression de la sincérité est, en effet, passée du côté du geste symbolique de « la main sur le cœur » tandis que la locution ancienne « le cœur sur la main » s’est trouvée réservée à l’altruisme. Cette évolution est perceptible dans les traductions successives d’un passage de la scène d’ouverture d’Othello, réputée conserver la première attestation d’une expression reprise par Poirot comme par bien d’autres dont l’ancien Beatles, Ringo Starr dans une chanson solo. Contrairement aux figures d’amoureux déclarés de ces contextes récents, Iago fait dans ces vers sa profession de foi d’hypocrite :

For when my outward action doth demonstrate

The native act and figure of my heart
In compliment extern, ’tis not long after
But I will wear my heart upon my sleeve

For daws to peck at: I am not what I am.

Pierre Le Tourneur traduit ainsi en 1776 : « Allez, quand mon action visible sera l’image naive de ma pensee, quand mon extérieur fera voir le fond de mon ame, attendez-vous à me voir aussi porter mon cœur nud sur ma main, pour l’offrir en proie aux yeux des méchants & des sots. Non, non, je ne suis point ce que je parois être. » Au début du xixes., François Guizot repart de cette traduction pour proposer : « attendez-vous à me voir bientôt porter mon coeur sur la main, pour le donner à becqueter aux corneilles. » En 1882 encore, dans une version en alexandrins de Jean Aicard, on lit :

Lorsque je ferai, moi, cette chose insensée,

Messire, de trahir le fond de ma pensée,

Vous me verrez offrir moi-même sur ma main

Mon cœur vivanten proie aux corbeaux du chemin !

Enfin en 2016, Daniel Loayza traduit :

Car le jour où mon attitude fera voir au-dehors

Sous forme manifeste et en toute franchise

L’aspect naturel de mon cœur, alors le moment sera proche

j’aurai le cœur sur la main

Pour en nourrir les pigeons : je ne suis pas ce que je suis.

Seul, semble-t-il, François-Victor Hugo dans une entreprise de l’exil à Jersey, travail colossal d’historien, de philologue et de traducteur pour un nouveau Shakespeare en français, publie un Othelloen 1860, où il décalque la locution anglaise, sans note : « Si jamais mon action visible révèle l’acte et l’idée intime de mon âme par une démonstration extérieure, le jour ne sera pas loin où je porterai mon cœur sur ma manche, pour le faire becqueter aux corneilles »

Quelques tentatives d’explication de l’expression anglaise mettent en avant la coutume médiévale pour un chevalier de porter en tournoi une manche donnée par la femme aimée. Afficher ainsi, aux yeux de tous ou de l’unique, ses sentiments est un motif littéraire présent dès le Roman de Thèbesau milieu du xiiesiècle : Ysmène reconnaît son amant Atys « a la manche du syglaton / que il avoit par connoissance / lacié el soumet de sa lance » (à la manche du précieux manteau qu’il avait attaché en signe de reconnaissance au sommet de sa lance, v. 4680-4682) et elle le fait remarquer à sa sœur Antigone. Comme cependant le motif permettait de substituer à la manche une autre pièce de vêtement – la guimpe ou voile de tête en particulier -, il faut certainement mettre plutôt en avant d’autres expressions où intervient le mot et l’objet manche. Ainsi de celles qui rappellent son usage en lieu et place des poches qui apparaîtront auxviesiècle : « avoir ou tenir quelque chose dans sa manche » signifie ‘être assuré de, disposer’ (voir la première édition du Dictionnaire de l’Académiede 1694 ou celui de Littré). Un seul exemple, tiré de la nouvelle 63 de l’Heptaméronde Marguerite de Navarre : « Le sage a tousjours une maladie ou un voyage en sa manche, pour s’en aider à sa necessité » (éd. de 1559). Et pour échapper à une action qu’il réprouve, le héros de ce récit prétextera être malade.

            La manche permet de donc garder, mettre en réserve mais aussi de cacher. Christine de Pizan dans le 17ede ses Jeux à vendreutilise l’expression avec le mot cœur, pour combattre la dissimulation des sentiments véritables et sincères :

Je vous vens la fleur de parvanche.                Je vous vends la fleur de pervenche.

– N’aiez pas le cuer en la manche,                  – N’aiez pas votre cœur en votre manche,

Amans de bone volenté,                                Amants de bonne volonté,

Hardiement joye et santé                               Avec hardiesse joie et santé

Requerez, mais loiaulz soiez                          Réclamez, pourvu que loyaux soyez

En quelque lieu que vous soiez,                     En quelque lieu que vous soyez,

Car se fausseté en vous maint                        Car si fausseté est en vous

Des biens d’amours y perdrez maint.             Vous perdrez maint des biens d’amour.

La locution d’Othello inverse la place du cœur au regard de la manche : de l’intérieur, il passe à l’extérieur ; elle en retourne aussi le sens. La transformation est peut-être le fait de l’écrivain. Elle a pu être influencée par la mode qui s’est développée à la fin du Moyen Âge des « talking garments » qu’a étudiés Susan Crane : pourpoints, houppelandes décorées d’images choisies et de devises, plus ou moins énigmatiques (The Performance of Self. Ritual, Clothing, and Identity During the Hundred Years War, 2002, chap. 1). On relève en particulier le travail réalisé sur une seule manche, souvent celle de gauche, ou bien sur la paire de manches comme dans l’exemple célèbre de la commande réglée en 1414 par Charles d’Orléans : le texte d’une chanson, « Madame je suis plus joyeulx », a été brodé pour lui avec la musique dont les notes furent faites de perles.

            Littéralement, il fut loisible d’avoir le cœur sur sa manche, sous forme d’une image-rébus intégrée à une phrase. Un manuscrit du Décaméronde Boccace, traduit en français par Laurent de Premierfait en 1413 et copié par Guillebert de Mets au milieu du xvesiècle (Arsenal 5070, f. 116), en porte témoignage.

La nouvelle 26 se déroule entre Richard, un Napolitain amoureux, et Catella, une femme qui le repousse car elle n’a de sentiments que pour son mari. Feignant alors de faire la cour à une autre femme, Richard va faire tomber Catella dans un piège, grâce à la folle jalousie qu’il a découverte. Une des premières scènes a lieu au bord de la mer, entre groupes d’hommes et de femmes. L’enlumineur flamand a reçu, lui, instruction de représenter deux couples, au bord d’une rivière. Un des hommes porte cette devise brodée sur sa manche : « mon (cœur) espoire ». Le détail est inventé au regard du récit, mais il manifeste la qualité d’amoureux du héros, reconnue par tous, même si l’objet qui occupe ses pensées n’est pas celui que l’on croit.

Cet affichage des sentiments se rencontre dans les documents d’archives comme dans la peinture et la littérature du temps. Ainsi, dans un autre texte, un amant malheureux décide de se retirer comme moine à l’Observance d’Amours. Avant de l’y recevoir, le prieur l’interroge sur la vie qu’il a menée tant qu’il a espéré (Amant rendu cordelier à l’Observance d’amour, éd. Montaiglon, str. 62v. 489-492) :

N’aviés vous point lors, pour devise,                     N’aviez-vous pas alors comme devise

Sur vostre habit quelque verdure                          Sur votre vêtement quelque verdure

Ou un cueur, emprès la chemise,                         Ou bien un cœur, touchant votre chemise,

Ou son nom fut en escripture ?                           Inscrit de son nom ?

Vert de l’espoir porté par un végétal, nom aimé et image du cœur deviennent synonymes dans ce nouveau système de la mode de la fin du Moyen Âge : un langage à arborer.

  1. Ce billet a été rédigé par Sylvie Lefèvre en avril 2020 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search