Paraphrase d’Eructavit

En 1994, Gerhardt Powitz1 décrivait brièvement le fragment aujourd’hui coté Fragm.lat. II 21 à la Stadt-und Universitätsbibliothek de Frankfurt am Main, indiquant comme contenu Moraltheologisches Lehrgedicht. 

Grâce à la numérisation disponible  sur le site de l’Université, j’ai pu l’identifier comme un fragment de la paraphrase en vers du psaume Eructavit ; sauf erreur de ma part, il ne s’apparente à aucun des fragments déjà connus.

Ce qui apparaît sur le site comme deux bouts de parchemin constitue en réalité un seul bifeuillet, copié à une colonne.

La transcription ci-dessous indique l’ordre de lecture. 

 

(image 2b)

De teil leu nous ai appellei

Damedex qui ai revelei

son Fil le roi esperitauble

qui nos trait des mains au diauble. 

Bien sont merci Deu avanciees

les saietes qu’il ai lanciees. 

Bien ai fait ce que il vout faire : 

vers nous les trait pour nous attraire. 

Si lor donai li larges Sires

A touz corone de martire.

Lor cors livrerent a bandon. 

(image 4b)

Ne lor chaloit ; bien se vendoient

a la joie qu’il atendoient;

N’i out celui qui eust cure

de joie qui gaires ne dure

que cil qui les fasoit entendre

pooit bien l’atendue rendre. 

(rub) Sedes tua Deus in secula seculorum

Des saietes vous ai contei

grant partie de lor bontei. 

Or entendeis que cist vers dist

(image 1a)

(du ric)he trone ou li rois sist

(et du)u ceptre que il tenoit

(s)i bel com a lui avenoit. 

Li thrones sist sor IIII piés

et fut si hars et attachiés

que riens ne le peust movoir

pour poinne ne pour estovoir ;

se ciels et terre et meirs tremblast,

ja li sieges ne se crolast

(tant) fermement estoit assis

ou plus biau ((dub)) leu de paradis. 

Quatre baron de grant valour

(image 3, a)

qui bien furent de lor Signour. 

Furent sous le throne atiriei.

S’en embrassai chascuns un piei. 

Cil portent le roi et sostienent ; 

partot vont avoc lui et vienent. 

S’en ai chascuns teil chasement

qu’il ne faut a riens qu’il demant.

Uns des chaseis fut Ysayes

et li autres sains Jeremies. 

Li tiers avoit (a non) Daniel

(image 1b)

et li quars fut Ezech(iel).

Quatre bestes qui ailes ont

furent as iiii cors amont. 

Et selonc sa senefiance

out chascune vis et senblance.

Se sont li quatre euvangeliste, 

et tenoit chascuns d’aus son tiste. 

A saus desous font grant aide : 

Saint Matheus fut sor Ysaie. 

Si out d’ome vis et figure

pour ce qu’en l’umainne nature

que li rois prist en la pucele

(image 3b)

dont Ysaies dist novele.

Grant piece avant qu’il avenist

vit sains Matheus et si l’escrit. 

Ysaies vit en la flour

l’avenement Nostre Signour. 

Sains Matheus en out le deduit

qui de la flour coilli le fruit. 

Si en vit la flour espannie

en ma dame sainte Marie.

Cil dui l’un des que pous porterent

(image 2a)

(…)corderent

(…)eritei

(…)te nativitei

(…)utre part a l’autre cor

Fut une semblance de tor : 

Sains Luques sor saint Jeremie :

((il manque ici un vers))

quant en la viés loi avenoit

que tous li pueples mesprenoit

que par bruit et par aventure

fasoit aucune mespresure2.

Faire l’en covenoit l’amende : 

si amenoit en l’offerande 

(image 4a)

au temple Deu en sacrefice

un bel tor, un3 bele genice

et par le tor sacrefiei

estoient quite li pechiei. 

Sains Jeremies venoit lors ; 

se lor disoit bien que cil tors

ou il avoient teil fiance

n’estoit c’une senefiance

et lor annonsai proprement 

le verai sacrefiement.

 

 

  1. Mittelalterliche Handschriftenfragmente der Stadt- und Universitätsbibliothek Frankfurt am Main []
  2. dub []
  3. dub []