Découverte et édition du role de L’Homme Pecheur (Paris, BnF, n.a.f. 6514)

Au cours de ses recherches pour la rédaction d’un Essai sur les jeux moraux en moyen français (1430-1560), Estelle Doudet a découvert un role (texte d’un acteur) conservé intact dans un manuscrit des nouvelles acquisitions françaises de la BnF. Elle nous a autorisés à publier les informations ci-dessous, sans attendre l’achèvement de son Essai.

 

Le manuscrit n.a.f. 6514 est entré dans les collections de la Bibliothèque nationale de France vers 1893. Avant de donner une cote au volume, Léopold Delisle l’a signalé à Émile Picot qui le mentionne dans son fichier (Paris, BnF, n.a.f. 12648, f. 187-208). Les deux savants ne décèlent alors ni la nature particulière de ce codex, ni le texte qu’il contient. C’est donc Estelle Doudet qui l’a identifié comme un role, c’est-à-dire un outil de pratique scénique utilisé par un acteur pour mémoriser et répéter son texte. Un role contient seulement la partie des dialogues incombant au comédien qui le reçoit.

Ce témoin est le plus étendu des outils de pratique qui ait été retrouvé pour le théâtre d’expression française, bien qu’il soit incomplet : il compte environ 3500 vers et Estelle Doudet l’a identifié comme celui de l’Homme dans une version de L’Homme Pecheur, pièce de 22 000 vers environ publiée pour la première fois pendant la dernière décennie du XVe siècle.

La transcription complète du role et son étude détaillée ont été confiées à Édouard Bénichou-Samson dans le cadre de sa thèse des Chartes, sous la direction d’Estelle Doudet et de Frédéric Duval. Son édition en ligne accompagnera, dans le Recueil général de moralités, celle de l’imprimé Vérard.

 

Prière à Notre-Dame « O lumiere incomparable / Agreable / Vision resplandissant / O fleur de lis delictable »

Connue à ce jour par une unique copie sur une page de garde du manuscrit 3 des Archives hospitalières de Beaune, le lai marial « O lumiere incomparable / Agreable / Vision resplandissant / O fleur de lis delictable » (Sonet, Répertoire d’incipit…, n° 1075) se lit aussi dans un bréviaire du XVe s. conservé à Albi (Bibl. mun., 53), aux ff. 122-127v.

Dans ce manuscrit, qui donne un texte en quinze douzains, la prière suit immédiatement le Lai à Notre-Dame de Boulogne de George Chastellain (la référence à Boulogne y a été soigneusement grattée).

 

Un légendier extrait du Miroir historial

Le dépouillement du corpus hagiographique dans la base Jonas (http://jonas.irht.cnrs.fr) a permis d’identifier la source d’un fragment de légendier contenu dans le ms Paris, BnF, fr. 964, f. 150 à 163. La partie conservée était sans doute intégrée dans un recueil beaucoup plus volumineux, à en croire la foliotation ancienne qui la numérote de 458 à 481. L’extrait qui nous est parvenu est constitué de 20 légendes extraites du Miroir historial de Vincent de Beauvais, dans la traduction qu’en a faite Jean de Vignay. Le rédacteur du recueil semble avoir pioché sans méthode dans la grande histoire du monde de Vincent de Beauvais : les saints choisis, des martyrs romains aux confesseurs du XIe siècle, sont peu connus, sauf exception, et la plupart font même ici leur seule apparition dans le paysage hagiographique français médiéval. Aucun des critères habituels aux légendiers hagiographiques (organisation méthodique ou liturgique, volume établi pour les dévotions d’un ordre religieux, d’une maison particulière ou d’une région) ne semble avoir présidé au choix. L’utilisation du Miroir historial comme source est un cas unique dans l’hagiographie française et, à notre connaissance, dans l’hagiographie latine, malgré l’immense diffusion du Speculum historiale latin. L’étude du volume est en cours