Recueil de textes de spiritualité de l’abbaye de Saint-Maurice

Dans le dernier fascicule des Etudes franciscaines (9/2, 2016), Paul-Bernard Hodel porte à notre connaissance un important recueil de textes de spiritualité en français. L’essentiel de l’article porte sur l’histoire du volume et sur quatre lettres d’Henri de Baume qu’il renferme et qui sont ici éditées. Suit une notice textuelle déjà riche, que j’ai essayé très ponctuellement compléter. Il m’a paru nécessaire de faire quelque « publicité » à ce manuscrit1 auprès des spécialistes de littérature française et des utilisateurs de la base Jonas.

Le volume, qui porte la cote DIV 3/0/39 aux archives de l’abbaye de Saint-Maurice, commence par une traduction en prose du Lignum Vitae de saint Bonaventure. Le texte est acéphale. Il s’agit d’une traduction distincte de celle contenue dans Paris, BnF, fr. 19548.

Aux ff. 42r-62r se trouvent des Heures de la Croix, identiques à celles du ms Tilander fr. 4 de Stockholm.

Ce que j’avais identifié comme un sermon pour le jeudi saint (d’après la rubrique) est en réalité une compilation des quatre évangiles sur la Cène et l’annonce de sa Passion par le Christ (ff. 63r-75r).

Suit une méditation qui pourrait être d’Henri de Baume (on la trouve également dans le manuscrit 257 de Besançon, qui transmet plusieurs textes d’attribution certaine), et une vie de la Vierge en trente points. On lit ensuite le Livre du Palmier.

Le texte des ff 91-124v est d’un intérêt particulier pour l’analyse d’ensemble des manuscrits contenant l’oeuvre d’Henri de Baume. Présenté comme un traité sur la béatitude des élus, c’est en réalité le chapitre 11 de l’Horloge de Sapience d’Henri Suso, dans la traduction française largement diffusée. Or, dans le manuscrit de Besançon, on croise de même un extrait de l’Horloge de Sapience que nous identifions sur ce carnet il y a un an (chapitres 3 et 15).

Vient ensuite une traduction partielle de la Regula novitiorum de Bonaventure, à ma connaissance inconnue jusqu’alors.

Pour un court texte du f. 112, Paul-Bernard Hodel donne comme incipit « Apres la resurrection NS, ly ame devote est de luy visiter et reconforter ». Avec beaucoup de prudence, je suggère de comparer ce texte avec la « Visite de Jésus-Christ à l’âme dévote » du ms 9272-9276 de Bruxelles (Incipit : « Aprez que la sainte et devote ame a contemplé, medité et plouré la mort et passion honteuse et crueuse de son tres bon et tres leal amy JC, ceste ame est de lui visitee et reconfortee »). Je ne dispose pas hélas de la reproduction du ms de Bruxelles, qui me permettrait une première vérification de cette hypothèse.

D’après son incipit, l’instruction sur la vie solitaire pourrait être une traduction de l’Epistula de vita solitaria pseudo-bernardine (contrôle encore à faire par la consultation de l’article de J. Leclercq, « Deux opuscules médiévaux… » in Studia monastica 4 (1962).

Aux ff. 128-133, un texte en vers  mutilé du début devra être rapproché du Sermon sur les plaies en alexandrins déjà connu par trois autres copies (Mons et Paris).

Le sermon sur Marie-Madeleine aux ff. 134-150 est traduit d’Anselme de Cantorbéry, mais la rubrique, sous un texte corrompu, garde le souvenir d’une attribution de la source à Origène : « Cy est l’omelie originelez a la louhange de ma dame saincte Marie Magdeleine » ; on en connaissait déjà deux copies.

Pour le Jardin amoureux de l’âme, on préférera l’attribution à Pierre d’Ailly (voir P.-Y. Badel, « Pierre d’Ailly auteur du Jardin amoureux« , dans Romania, 97 (1976), pp. 369-381).

Le poème que nous avons provisoirement appelé les Vertus et l’Enfant Jésus du f. 167r n’a rien à voir avec le texte du même titre dans le ms de Besançon déjà plusieurs fois cité.

Je ne suis pas parvenue à identifier la doctrine de vie des ff. 168v-169v et la liste des pardons du pèlerinage à Rome du f. 170r diffère pour son début de celles déjà connues.

Une Plainte de la Vierge se trouve aux ff. 170v-171r.

Le bref incipit donné pour le groupe de texte suivant (Pater, Ave Maria, Credo, Dix commandements, Commandements de l’Eglise) ne me permet pas d’avancer avec assurance des identifications. A partir cependant des « Commandements de l’Eglise » je propose à titre provisoire une série de textes qu’on retrouve dans plusieurs recueils pieux des 14e et 15e s.

On lit ensuite les quatre lettres d’Henri de Baume éditées par P.-B. Hodel.

Je ne crois pas qu’on connaisse une autre copie de la traduction du sermon 41 de diversis de saint Bernard (sur les degrés de l’obéissance), mais il faudrait faire une comparaison minutieuse avec les collections de sermons de Bernard traduites en français (e.g. Berlin, SB, Phillipps 1925).

J.-B. Hodel a bien vu que l’enseignement sur les 12 degrés d’humilité était traduit de Bernard de Clairvaux, mais en réalité, il est indissociable des degrés d’orgueil qui font l’objet d’une entrée séparée dans la notice des Etudes franciscaines. Ensemble, degrés d’humilité et degrés d’orgueil sont la traduction du De gradibus humilitatis et superbiae de saint Bernard.

Je ne parviens pas à identifier le texte sur les voeux des religieuses, pourtant de quelque ampleur. Mais l’incipit, qui s’en tient à l’adresse de la lettre, ne donne guère de point d’accroche. Je ne me souviens pas avoir lu cela exactement chez Henri de Baume, mais un contrôle avec l’ensemble du manuscrit 257 de Besançon apporterait peut-être un démenti.

Le groupe de quatre textes des ff. 204r-220v  n’est sûrement pas inconnu, mais je ne parviens pas à le retrouver, ni en français ni en latin. Il s’agit d’un exposé sur quatre voies de la vie chrétienne : « voie illuminative » (Denis), « voie comparative » (Ambroise), « voie peregrinative » (Jérôme), « voie affective » (Bernard).

L’absence de rubrique pour les courts textes suivants rend également compliquée l’identification : il semble être question de la préparation des prêtres à la célébration de la messe, des luminaires de la messe.

Les prières peuvent être originales. En revanche, j’appelle à l’aide pour la méditation de quelque ampleur des ff. 227r-237r.

Le manuscrit se termine sur trois Noël.

Un rapprochement méthodique avec le manuscrit de Besançon serait sans nul doute fécond. Au-delà des lettres d’Henri de Baume, le volume de Saint-Maurice semble d’un intérêt majeur pour la recherche sur la littérature de spiritualité et l’on ne peut que remercier P.-B. Hodel de l’avoir décrit aussi précisément.

Je publierai prochainement une étude détaillée de ce manuscrit, témoin essentiel de la spiritualité du 15e s.

 

  1. J’avais proposé en avril 2017 une notice provisoire d’après les incipit donnés par P.-B. Hodel. J’ai depuis pu consulter la numérisation du manuscrit, et le billet tel qu’il se lit à compter du 4 novembre 2017 a été amendé. []

Un manuscrit d’Alexandre Petau à Copenhague

A l’occasion d’un travail sur la provenance des manuscrits français de la Bibliothèque Vaticane, nous nous sommes plongées dans l’inventaire des manuscrits d’Alexandre Petau, inventaire classé par nom d’auteur et non par cote.  Pour chaque entrée, après une brève indication de contenu figure une (ou plusieurs) cote(s) dans la collection de Petau.

Un même numéro (579) associe l’Estrif de Fortune et le Lai de confession de Robert Regnault, « grand bedeau de l’Université d’Angers ».

On peut selon toute vraisemblance reconnaître sous ce numéro le manuscrit Thott 0311 8° de la Bibliothèque royale de Copenhague. Il y a fort à parier que le volume a d’abord transité, comme une majeure partie des manuscrits d’Alexandre Petau, par la bibliothèque royale de Suède. En revanche, il n’aura pas rejoint les caisses de Christine de Suède lors de l’abdication de la reine et de son départ pour Rome.

Miracles de Notre-Dame, encore un fragment

A la recherche de tout autre chose, j’ai repéré il y a quelque temps la mention de miracles de la Vierge en français dans la notice d’un cartulaire de l’abbaye de Westminster, aujourd’hui London, College of arms, Young 72. Les photos viennent de m’en parvenir… ce n’était pas ce que j’espérais, mais tout de même : sur deux colonnes de 46 lignes, d’une écriture appliquée du début du 14e s., sans décor (lettrines non réalisées), c’est un nouveau fragment des Miracles de Notre-Dame de Gautier de Coinci.

Le premier feuillet contient la fin de I Mir 31 (Sacristain visité), depuis le v. 232 ; suivie comme attendu de I Mir 32 (Image du sarrasin), vers 1 à 129.

Le second feuillet est plus curieux. Il commence par II Mir 12 (Siège de Constantinople), sans la « queue » (l’épilogue des miracles de Gautier de Coinci), soit du v. 1 au v. 206. La lacune est le fait du copiste et n’est nullement due à un accident matériel. Le témoin se poursuit avec les six premiers vers de I Mir 23.

La destructuration précoce (début du 14e s.) du recueil de Gautier est le principal intérêt de ce nouveau témoin, que pour cette raison, et par l’écriture, on rapprochera de Neuchâtel, Bibliothèque publique, 4816 (AF A3).

Le fragment a appartenu à Brent Reynell Spiller († 1736), de Shepperton (dans le Middlesex), d’après une mention portée en haut du second feuillet (identification avec l’aide d’Anne-Françoise Leurquin).

 

 

Ci nous dit

Le manuscrit 257 de Besançon n’a pas fini de nous réserver des surprises. Après l’extrait de l’Horloge de Sapience auquel nous avons consacré un bref billet il y a quelques jours, nous voici face à une collection d’exempla de nouveau importante pour la réception des grands classiques de la littérature de spiritualité. Ce sont en tout plus de 70 récits que fournit le compilateur, et une écrasante majorité d’entre eux sont extraits du Ci nous dit. Gérard Blangez, éditeur du Ci nous dit, ne donnait aucun exemple de copie partielle. Ici, non seulement le copiste a opéré une sélection, mais il a réordonné (ou déclassé) la matière, se l’appropriant par l’agencement sinon par la modification de la lettre (les variantes par rapport à l’édition Blangez sont minimes). Trois exempla sont par ailleurs inconnus à ce jour (du moins n’en avons nous pas trouvé mention dans la base Thema).

On lit d’abord les exempla 338, 342, 345, 346, 337, 423, 433, 440-442, 452, 455, 456, 458-60, 465, 467, 470-72, 474, 477, 491, 563, 200, 233, 236, 237, 240 et 580 du Ci nous dit.

Ici (ff. 234v-235v), trois exempla « inconnus » par ailleurs : 1) (234v-235r) Un clerc, fils d’un riche bourgeois, demande à saint Bernard que faire pour être sauvé. Bernard lui répond qu’il faut être comme l’âne, obéissant, humble et sobre ; 2) (235r) Variante de l’exemplum recensé par Thema sur la patience de saint Bernard : un chanoine demande à entrer à Cîteaux. Bernard le renvoie dans son ordre. Le chanoine menace Bernard de déchirer ses livres sur la perfection. Bernard répond qu’il a écrit sur la correction des moeurs et non le  « muement des lieux » ; 3) (235v) Version française d’un troisième récit cistercien, sur l’abstinence.

On reprend le Ci nous dit, avec les récits n° 349, 356, 362, 395b, 396, 399, 402, 403, 415a, 422.

Aux feuillets 241r-243v, se lit un récit de quelque ampleur, dont nous n’avons trouvé aucune autre version. Ayant entendu un prédicateur condamner la danse, une jeune fille y renonce. Des danseurs demandent à la mère de la jeune fille de lui ordonner d’aller à la danse ; en vain. Le chapelain de la ville passant par là se mêle de la querelle et reproche à la jeune fille de ne pas obéir à sa mère. La jeune fille rejoint donc la danse. Deux gens se la disputent ; l’un tue l’autre. Le meurtrier est pendu. La danseuse se suicide. Se sentant coupables, la mère puis le chapelain se suicident également. Un homme entendit les diables mener grand fête ; les diables lui expliquèrent avoir gagné cinq âmes un jour de fête.

Viennent ensuite les récits 243, 241, 255, 274-76, 71, 217, 291, 294, 313, 314, 318, 329, 332, 511, 561, 568, 570, 576, 577, 579, 581, 567, 583, 585, 586, 588, 693.

Le manuscrit a perdu un feuillet entre les ff. 265 et 266. Nous n’avons pu identifier le récit qui se termine en 266 sur une analogie avec le roi Nabuchodonosor vivant parmi les bêtes. La collection exemplaire se termine avec le n° 700 du Ci nous dit.

Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye