Des fiches cartonnées à PHP MySQL

Avant l’informatique

C’est en 1941 qu’Edith Brayer, jeune archiviste paléographe, reçut la mission de mettre en place, au sein de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, une équipe travaillant sur les textes et manuscrits « romans »1.

L’organisation de la documentation découlait assez naturellement du sujet  à traiter : 

  1. Des tiroirs de fiches recensant des textes ;
  2. Un inventaire sous forme de fiches également des manuscrits contenant français ou occitan, et la bibliographie s’y rapportant (parfois ils n’étaient connus que de la bibliographie, parfois l’IRHT en détenait une reproduction photographique, également mentionnée ici);
  3. Un incipitaire et un explicitaire, encore aujourd’hui fort utiles lorsqu’on trébuche sur l’identification d’un texte;
  4. Des dossiers suspendus de notices manuscrites ou dactylographiées : en lien avec les campagnes photographiques françaises pour lesquelles l’IRHT avait été mandaté, un grand nombre des manuscrits français et occitans des bibliothèques municipales furent décrits au fil des générations ; par ailleurs, la section romane prit rapidement l’habitude d’organiser des campagnes de descriptions systématiques dans des bibliothèques étrangères.

2001-2002. Tâtonnements

A la fin de l’année 2001, la Section romane vient de publier l’Album des Manuscrits français du 13e s. La responsable, Sylvie Lefèvre, lance immédiatement l’idée d’un nouveau projet collectif : c’est le projet alors très audacieux d’informatisation de l’ensemble de la documentation papier décrite ci-dessus.

Elle confie à Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye la tâche de choisir un logiciel adapté, et de mettre en place le nouvel outil. A cette date, PHP MySQL est pratiquement inconnu en France, et le choix se fait entre Access et Filemaker. Il apparaît très vite qu’Access offre le plus de possibilités de conception d’une base de données relationnelle. A.-F. Leurquin et M.-L. Savoye font un premier développement.

Le prototype n’est pas totalement bancal : il parvient à convaincre l’équipe et la direction du laboratoire qu’il vaut la peine de poursuivre l’aventure. Il n’est pas totalement convaincant toutefois, aucune des deux personnes impliquées n’ayant reçu de formation informatique poussée. Un marché est lancé pour le développement, par un professionnel, d’une base Access perfectionnée.

2003. Jonas rencontre Michel Grech

C’est Michel Grech, pour la société Infotique, qui décroche le marché. C’est lui qui change définitivement la vie et la physionomie de Jonas.

Il explique à ses interlocutrices que leur erreur fondamentale est d’avoir projeté dans Access la structure de la documentation papier, quand toute conception de base de données devait s’appuyer moins sur le projet que sur la structure de l’objet d’étude. Avec lui, elles dissèquent les manuscrits et les textes médiévaux, pour en arriver à la modélisation qui garantira qu’alors comme à l’avenir, la base puisse répondre à toutes les questions qu’on posera à l’objet.

Il met également en place un système de gestion des descriptions (qu’elles portent sur des textes ou des livres) parfaitement évolutif, sans l’intervention d’un développeur. L’idée est là encore que nul ne peut prédire quelles données traqueront les projets futurs et qu’il faut s’assurer que l’outil sera toujours prêt à répondre.

Et bien sûr, Michel Grech développe la base Access qu’on lui avait commandée. Elle tournera trois ans, en accès local uniquement, mais en multiposte.

2008-2010. La migration vers PHP MySQL

Les pratiques de travail ont évolué. Internet a définitivement rendu caduque la consultation locale des bases de données. La direction de l’IRHT soutient dès 2008 la migration de Jonas vers PHP MySQL, pour une alimentation et une consultation par le web.

Ce sont alors les équipes du Pôle numérique de l’IRHT qui prennent le relai, et surtout Olivier Marlet, Cyril Masset et Henri Seng. L’essentiel des fonctionnalités est en place fin 2010 ; les développements se poursuivent encore jusqu’à aujourd’hui, au coup par coup.

En 2011, un marché a été passé par ailleurs avec GFI pour le développement d’un moteur de recherche complexe, non visible pour l’heure des internautes, car d’accès restreint aux personnes habilitées à modifier les données de Jonas.

Pour en savoir plus sur ce que vous trouverez dans la base, rendez-vous à la rubrique « Alimentation« .

 

 

 

 

 

  1. Si dans l’histoire de la section romane, il y a toujours eu une petite place pour les langues romanes étrangères au territoire de l’actuelle France, l’essentiel de la documentation et des projets a toujours concerné ancien et moyen français, et dans une moindre mesure occitan. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *