Chanson de geste ? Ou pas chanson de geste ?

Le 8 août, en dépouillant le tout récent catalogue de manuscrits de Peterhouse College (Cambridge),  je suis tombée sur la mention d’un fragment français du 12e s. Illico, j’ai fait appel à nos spécialistes de la période, Christine Ruby et Maria Careri.

Grâce au dynamisme de Maria et à la générosité de la bibliothécaire de Peterhouse College, nous avions quelques jours plus tard les photos. Deux bandes de parchemin… avec des bouts de vers, en strophes monorimes de longueurs variables (laisses ?).

Christine Ruby vient d’avoir l’idée de réunir les deux bandes en en inversant le sens, et nous voici avec des vers presque complets ! Ce qui ne nous permet toujours pas hélas d’identifier le texte. Parmi les indices qui mettront l’un ou l’autre de nos lecteurs sur une piste, des mots rares ou dans un sens rare (caitivage, garantage, ambage), et une comparaison avec l’empereur “Maxent”.

Voici ce qu’on peut lire des 28 lignes conservées :

///it faire com en sen ///

///ment sa force e sa vigor

///heom lui or ravom nostre hono[r]

///os conquist Jesus le raineor (dub)

///edurable e d’anfernal tristor

///cius en le grant resplendor

///mais non (dub) li peccheor

///t croire ne lui porter amor

///orones plus bien olans que flor

///imens espece ne licor

///ter Maxent l’empereor

///stre fait il com traitor

///t deables ne pensa a nul jor

///arbrin sus el plus haut estage

///lez del pais le barnage

///iez ki fu de grant age

///enu le chef e le visage

///t il tot soit voir o ambage

///n e formast a sa ymage

///e nasqui si vaillant ne si sage

///e mist en caitivage

///ar ke tot son lignage

/// sens avoir garantage

///ais nis (dub) el derrer eage (dub)

///ort ço par est si salvage

///e cil sunt plain de rage

///aploient lor corage

///ent cil ki unt esc///

L’attribution au 12e s. n’est pas improbable, mais la copie serait sans doute plutôt de la fin du siècle. A ajouter donc au catalogue de nos trois collègues.

Quant au texte, s’agit-il d’une chanson de geste ? A nos lecteurs de nous aider…

Dès maintenant, nous ne pouvons que remercier très sincèrement M. Thomson d’avoir signalé le fragment et Mme Celmare de Peterhouse College de son aide précieuse.

 


2 réflexions sur « Chanson de geste ? Ou pas chanson de geste ? »

  1. Une chose est claire, il s’agit ici de laisses (décasyllabiques ou en alexandrins) monorimes, avec bien des formules. Pour la question de savoir s’il s’agit d’une chanson de geste, les choses se compliquent sérieusement. D’une part, il y a ceux qui pensent que la chanson de geste est un genre épique, chevaleresque (et qui affirment à propos de beaucoup de chansons de geste tardives qu’elles n’ont plus de la chanson de geste que la forme, qu’elles sont hybrides, à cheval sur le roman et la chanson de geste, et j’en passe). D’autre part, il y a ceux – dont je suis – qui voient dans la forme spécifique de la laisse mono-assonancée ou monorime une certaine pratique du chant, une forme employée pour certains textes hagiographiques, pour certains textes qualifiés comme romans, comme sermons, comme chroniques, qui doit son unité générique à cette forme spécifique et donc aussi à une performance spécifique – et on se demande si ce n’est pas là ce que, historiquement, on doit appeler chanson de geste, quitte à oublier beaucoup d'”acquis” de l’histoire littéraire. Si on adopté cette seconde acception de la chanson de geste (et le mérite de critères formels est toujours leur clarté et leur grande opérabilité), ce que nous avons ici est naturellement un fragment d’une chanson de geste.

    1. Dans le cas présent, une hypothèse hagiographique se présente assez naturellement à l’esprit, en raison de la mention de l’empereur Maxence : on pense à une vie de sainte Catherine, et la plupart des lambeaux de vers que nous conservons peuvent fort bien trouver une explication par la longue controverse ayant opposé l’empereur et la sainte avant le martyre de celle-ci. Mais il reste très difficile d’en prouver l’identification, d’où notre appel à la collectivité : à défaut d’une preuve positive, une preuve négative serait déjà la certitude qu’il ne s’agit pas d’un texte connu par ailleurs, épique ou non.

      On connaît un autre fragment de vie de sainte Catherine en laisses assonancées, d’une copie plus tardive, dans le ms Manchester, John Rylands University Library, fr. 6 (http://jonas.irht.cnrs.fr/manuscrit/33271). Il n’y a pas de recoupement avec notre fragment, ce qui interdit toute spéculation quant au lien entre les deux textes.
      Reste que le choix de la laisse n’est effectivement pas anodin s’agissant d’hagiographie : dans le manuscrit de Manchester, deux vies bénéficient de ce traitement, Alexis et Catherine, et l’on relira avec intérêt les pages écrites par E.C. Fawtier-Jones à ce propos (http://www.persee.fr/doc/roma_0035-8029_1930_num_56_221_3972). Il y est question du lien avec la performance, qu’elle soit celle du chant héroïque, du mime ou plus tard de la représentation théâtrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.