Un manuscrit d’Alexandre Petau à Copenhague

A l’occasion d’un travail sur la provenance des manuscrits français de la Bibliothèque Vaticane, nous nous sommes plongées dans l’inventaire des manuscrits d’Alexandre Petau, inventaire classé par nom d’auteur et non par cote.  Pour chaque entrée, après une brève indication de contenu figure une (ou plusieurs) cote(s) dans la collection de Petau.

Un même numéro (579) associe l’Estrif de Fortune et le Lai de confession de Robert Regnault, « grand bedeau de l’Université d’Angers ».

On peut selon toute vraisemblance reconnaître sous ce numéro le manuscrit Thott 0311 8° de la Bibliothèque royale de Copenhague. Il y a fort à parier que le volume a d’abord transité, comme une majeure partie des manuscrits d’Alexandre Petau, par la bibliothèque royale de Suède. En revanche, il n’aura pas rejoint les caisses de Christine de Suède lors de l’abdication de la reine et de son départ pour Rome.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.