Fragment d’un livre d’heures

Dans le cadre de ses recherches sur les fragments de la BnF, notre collègue Laura Albiero nous a fait connaître trois petits bouts d’un manuscrit français aujourd’hui conservés aux ff. 81-83 de Paris, BnF, nal 2444.

L’état actuel des fragments ne permet pas de lire beaucoup de texte, mais suffisamment tout de même pour reconnaître qu’ils proviennent d’un manuscrit fortement apparenté au livre d’heures lorrain Paris, Arsenal, 570 étudié par Paul Meyer1. Grâce au travail du philologue, on pourra lire la vie de saint Georges dont sont ici lisibles deux bribes (à lire dans l’ordre 82r-v, 81r-v).

Le dernier feuillet conserve quelques vers de la prière mariale de Thibaut d’Amiens (RS 202) : « J’ai un cuer trop lant / Qui sovent mesprant », connue elle par bien plus de copies (16 avec la présente), dont encore une fois le ms. de l’Arsenal.

De même origine géographique qu’Arsenal 570, les fragments de la BnF semblent cependant provenir d’un manuscrit de facture plus ordinaire : ici la calligraphie est ordinaire, quand celle du volume étudié par Paul Meyer se singularise par son extrême soin. Des écarts de luxe dans le décor, les lignes conservées ne permettent aucunement de juger.

 

 

 

  1. Paul Meyer, Prières et poésies religieuses tirées d’un ms lorrain Arsenal 570, Bulletin de la Société des Anciens Textes Français, 27, 1901 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.