Soliloques de saint Augustin

Les gardes d’un épistolaire de l’Eglise de Beaune (Beaune, Bibliothèque Municipale, 30) conservent quelques bribes de méditation en ancien français (“fragment d’un traité de piété” d’après le CGM) que nous avons pu identifier comme la traduction anonyme des Soliloques pseudo-augustiniens (version A dans le classement de Geneviève Hasenohr).

Les passages conservés portent essentiellement sur la connaissance de Dieu, sur la Trinité et sur la prescience divine. Une seule rubrique peut fournir un point de repère (“de l’âme raisonnable”).

Ces fragments viennent s’ajouter aux 34 autres copies actuellement identifiées de cette traduction, en confirmant l’important succès médiéval.



Citer ce billet
Marie-Laure Savoye (2013, 2 décembre). Soliloques de saint Augustin. « Ou grant livraire ». Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/trui

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search