Des fiches cartonnées à PHP MySQL

Avant l’informatique

C’est en 1941 qu’Edith Brayer, jeune archiviste paléographe, reçut la mission de mettre en place, au sein de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, une équipe travaillant sur les textes et manuscrits « romans »1.

L’organisation de la documentation découlait assez naturellement du sujet  à traiter : 

  1. Des tiroirs de fiches recensant des textes ;
  2. Un inventaire sous forme de fiches également des manuscrits contenant français ou occitan, et la bibliographie s’y rapportant (parfois ils n’étaient connus que de la bibliographie, parfois l’IRHT en détenait une reproduction photographique, également mentionnée ici);
  3. Un incipitaire et un explicitaire, encore aujourd’hui fort utiles lorsqu’on trébuche sur l’identification d’un texte;
  4. Des dossiers suspendus de notices manuscrites ou dactylographiées : en lien avec les campagnes photographiques françaises pour lesquelles l’IRHT avait été mandaté, un grand nombre des manuscrits français et occitans des bibliothèques municipales furent décrits au fil des générations ; par ailleurs, la section romane prit rapidement l’habitude d’organiser des campagnes de descriptions systématiques dans des bibliothèques étrangères.

2001-2002. Tâtonnements

A la fin de l’année 2001, la Section romane vient de publier l’Album des Manuscrits français du 13e s. La responsable, Sylvie Lefèvre, lance immédiatement l’idée d’un nouveau projet collectif : c’est le projet alors très audacieux d’informatisation de l’ensemble de la documentation papier décrite ci-dessus.

Elle confie à Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye la tâche de choisir un logiciel adapté, et de mettre en place le nouvel outil. A cette date, PHP MySQL est pratiquement inconnu en France, et le choix se fait entre Access et Filemaker. Il apparaît très vite qu’Access offre le plus de possibilités de conception d’une base de données relationnelle. A.-F. Leurquin et M.-L. Savoye font un premier développement.

Le prototype n’est pas totalement bancal : il parvient à convaincre l’équipe et la direction du laboratoire qu’il vaut la peine de poursuivre l’aventure. Il n’est pas totalement convaincant toutefois, aucune des deux personnes impliquées n’ayant reçu de formation informatique poussée. Un marché est lancé pour le développement, par un professionnel, d’une base Access perfectionnée.

2003. Jonas rencontre Michel Grech

C’est Michel Grech, pour la société Infotique, qui décroche le marché. C’est lui qui change définitivement la vie et la physionomie de Jonas.

Il explique à ses interlocutrices que leur erreur fondamentale est d’avoir projeté dans Access la structure de la documentation papier, quand toute conception de base de données devait s’appuyer moins sur le projet que sur la structure de l’objet d’étude. Avec lui, elles dissèquent les manuscrits et les textes médiévaux, pour en arriver à la modélisation qui garantira qu’alors comme à l’avenir, la base puisse répondre à toutes les questions qu’on posera à l’objet.

Il met également en place un système de gestion des descriptions (qu’elles portent sur des textes ou des livres) parfaitement évolutif, sans l’intervention d’un développeur. L’idée est là encore que nul ne peut prédire quelles données traqueront les projets futurs et qu’il faut s’assurer que l’outil sera toujours prêt à répondre.

Et bien sûr, Michel Grech développe la base Access qu’on lui avait commandée. Elle tournera trois ans, en accès local uniquement, mais en multiposte.

2008-2010. La migration vers PHP MySQL

Les pratiques de travail ont évolué. Internet a définitivement rendu caduque la consultation locale des bases de données. La direction de l’IRHT soutient dès 2008 la migration de Jonas vers PHP MySQL, pour une alimentation et une consultation par le web.

Ce sont alors les équipes du Pôle numérique de l’IRHT qui prennent le relai, et surtout Olivier Marlet, Cyril Masset et Henri Seng. L’essentiel des fonctionnalités est en place fin 2010 ; les développements se poursuivent encore jusqu’à aujourd’hui, au coup par coup.

En 2011, un marché a été passé par ailleurs avec GFI pour le développement d’un moteur de recherche complexe, non visible pour l’heure des internautes, car d’accès restreint aux personnes habilitées à modifier les données de Jonas.

Pour en savoir plus sur ce que vous trouverez dans la base, rendez-vous à la rubrique « Alimentation« .

 

 

 

 

 

  1. Si dans l’histoire de la section romane, il y a toujours eu une petite place pour les langues romanes étrangères au territoire de l’actuelle France, l’essentiel de la documentation et des projets a toujours concerné ancien et moyen français, et dans une moindre mesure occitan. []

Tocco di

Paris, BnF, fr. 12473 ; http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60007960/f46

Voici le moment de la troisième rencontre autour du Catalogue des Manuscrits de la Biblioteca Apostolica Vaticana. Cette année, on s’interrogera sur l’intérêt, pour les éditions de textes, du passage des chansonniers médiévaux entre les mains d’érudits modernes.

Le colloque, organisé par Maria Careri, se tiendra à Rome les 23 et 24 novembre. En savoir plus

Les deux visages de Jonas

 

JONAS1 est une base de données développée à la section romane de l’IRHT à partir de 2002, en ligne depuis 2006. La base présente deux visages : répertoire « exhaustif » (l’est-on jamais ?) des manuscrits contenant du français ou de l’occitan, elle est aussi l’outil d’analyse de corpus de recherche pour des projets divers.

Pour les bases consacrées à d’autres langues, nos collègues ont eu la sagesse de choisir des noms de baptême évocateurs, qu’il s’agisse de Pinakes ou du Handschriftencensus dont on vient de nous parler. La section romane opta pour une solution moins raisonnable : à défaut de parvenir à construire un acronyme euphonique, elle alla chercher parmi les ancêtres…  Le plus ancien texte littéraire en ancien français, la Cantilène de sainte Eulalie, avait déjà donné son nom à l’annuaire de la Société de Langues et Littérature françaises d’oc et d’oïl ; elle n’était plus libre. On se rabattit donc sur le cadet, le Sermon sur Jonas.

Modèle conceptuel des données de Jonas (Conception: Michel Grech, Anne-Françoise Leurquin, Marie-Laure Savoye)

En tant que répertoire exhaustif des textes et manuscrits en français et en occitan, JONAS est en réalité né au format papier, dans les années 1940. Le point de départ, ce sont les fichiers qui pour des générations de chercheurs ont fourni les listes de manuscrits connus pour un texte donné, ainsi que de la bibliographie sur les manuscrits.

En sa genèse (en 2000), le projet répondait à un triple but :

  • assurer une meilleure sauvegarde des fichiers ;
  • gagner en efficacité par la possibilité d’interrogations croisées, et en amont, par des contrôles accrus de cohérence des données ;
  • favoriser la diffusion des informations.

Avec le recul, on peut dire que bien heureusement, personne dans l’équipe n’avait tellement à coeur de passer de longs mois à jouer la parfaite dactylographe, en saisissant au kilomètre le contenu des tiroirs de fiches. Cela, il fallut bien le faire, et ce fut fait. Mais dès le départ, la base de données fut conçue avec assez de souplesse pour être la colonne vertébrale des projets actuels et futurs de l’équipe, de chacun de ses membres, et de ceux qui arriveraient.

Dans sa conception même, elle permet de façon instantanée l’enrichissement des formulaires par autant de critères que nécessaire au traitement de problématiques aussi variés que l’analyse de corpus textuels, les questions de mise en page, l’interrogation sérielle des données d’un catalogue. Aussi, pour chaque type de fiche, il a été défini un seuil minimal d’information, mais ce qui est mis à disposition des utilisateurs peut être bien plus riche.

Les fiches d’oeuvres

Voici par exemple une fiche d’oeuvre standard.

 

Fiche originale : http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/9451

On y trouve un titre, Songe du Viel Pèlerin, tel qu’il est retenu par l’éditeur ou par le Dictionnaire des Lettres Françaises ; un auteur, Philippe de Mézières ; un incipit, si possible dans la graphie de l’édition de référence ; une date ou une fourchette de date. A l’arrière plan, la datation est saisie en champs purement numériques permettant l’interrogation.

La suite de la fiche est constituée de tiroirs qui peuvent être ouverts à volonté : une description de l’oeuvre, son indexation thématique, les autres textes de la base avec lequel elle présente des liens, la liste de ses copies, une bibliographie.

Idem. Fiche originale : http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/9451.

Pour ce qui est de la liste des témoins, vous pouvez la consulter en version brève, avec juste la liste des cotes, ou en version détaillée, avec datation de chaque témoin, indication des feuillets, voire de l’état du texte.

Quant à la bibliographie, après plusieurs générations de recensement exhaustif, il a été décidé au début des années 2000 de s’en tenir aux publications portant sur la tradition manuscrite du texte et aux éditions. Les publications de type commentaire ne sont retenues que pour des textes sur lesquels il n’y a pas grand chose d’autre à se mettre sous la dent. Sur l’exemple choisi, vous distinguez que pour plusieurs références, un résumé est fourni. C’était le cas par le passé. Hélas, les ressources humaines actuelles ne nous permettent guère de faire des résumés pour les publications les plus récentes. Tout au plus nous efforçons nous de noter les recensions des éditions.

Fiche originale : http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/4380

Titre, auteur et incipit figurant en haut d’écran font figure de référence, mais on peut associer à une oeuvre autant de titres que nécessaires, par exemple à l’écran Stimulus amoris aussi bien qu’Aiguillon d’amour divin ; autant de personnes qu’on le souhaite : ici des attributions erronées, un auteur traduit, sur d’autres fiches des noms de commanditaires ou de dédicataires ; autant d’incipit ou explicit qu’il ne semble pertinent.

Tout ceci étant naturellement interrogeable ad libitum.

Fiche originale : http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/1704

 

En tant qu’outil de recherche, JONAS permet d’indexer le contenu des oeuvres, ou d’en analyser la structure formelle. J’en montre juste un exemple né du programme d’inventaire des textes hagiographiques français qu’a dirigé Anne-Françoise Leurquin.

Vous voyez2 qu’ont été saisies des informations sur les sources, sur la forme métrique, sur les événements dont il est question dans le texte. Contrairement aux données générales, celles-ci ne sont interrogeables que par un moteur de recherche d’accès restreint.

Les fiches de manuscrits

L’autre porte d’entrée, réciproque, est celle des manuscrits, que l’on peut trouver tout simplement par cote.

Cela fonctionne comme pour les oeuvres, par tiroirs.

Le premier identifie le manuscrit : cote, date, et langue (de façon volontairement non affinée). Viennent ensuite les données codicologiques (au degré minimal le support, les dimensions, le nombre de feuillets), puis le contenu, et la bibliographie. Grâce à la connexion avec Medium, la base est enrichie progressivement de nombreux liens, que ce soit vers des numérisations, vers des ressources complémentaires, vers le pdf des notices autrefois rédigées sur originaux par les membres de la section romane, etc.

Fiche originale : http://jonas.irht.cnrs.fr/manuscrit/65644

Comme les fiches oeuvres, les fiches de manuscrits peuvent être enrichies en fonction des projets des membres de l’équipe. Ainsi les données codicologiques du projet d’équipe en cours3 sont progressivement entrées dans la base, comme pour ce manuscrit du fonds palatin… pour lequel mes collègues ont été si prolixes que je vais avoir du mal à vous montrer l’entière partie codicologique. POur chaque donnée, partout dans la base, vous voyez que les données normalisées pouvaient être accompagnées, autant que nécessaire, de champs de commentaire…

 

C’est une évidence, avec le passage du papier à la base de données, l’immense gain est dans la possibilité d’interrogations croisées, de façon très poussée sur les corpus ayant fait l’objet de projets de recherche, de façon plus générale, et très intéressante pour les utilisateurs, en ajoutant des données de cote à la recherche d’une oeuvre, ou des données de texte à une recherche par cote.

 

Un dépliant, mis à jour in extremis par Gilles Kagan que je remercie, vous en dira plus sur la variété des informations disponibles dans les fiches.

Point d’étape

Où en est-on concrètement en 2017 ?

Il y a dans Jonas 18600 textes, 18000 manuscrits, et 50800 témoins (entendons copies d’une oeuvre). Depuis 2 ans désormais, le nombre d’utilisateurs est stable : environ 700 utilisateurs distincts chaque mois.

Jonas a conquis un statut de référence. Dans la mesure où les publications y font de plus en plus souvent renvoi, outre le « comment citer cette fiche ? », qui inclut l’identifiant pérenne de la fiche, il est désormais possible de chercher oeuvres et manuscrits par leur numéro de référence dans la base.

Il reste pourtant encore du travail à faire !

  • Tous les manuscrits n’ont pas encore fait l’objet des vérifications opportunes, et donc parfois les feuillets indiqués sont 0-0, ce qui veut dire que d’après les fichiers de la section romane, ou la bibliographie, la personne qui a fait la saisie n’a pas pu être précise ; parfois encore des textes attendent qu’on veuille bien renseigner leur incipit. Rappelons que face à une masse considérable de données, et avec des moyens comptés, l’urgence était de tout sauvegarder sur informatique, quitte à remettre à plus tard les vérifications et compléments.
  • Tous les manuscrits n’ont pas encore été renseignés a minima, c’est-à-dire avec date, support, nombre de feuillets, dimensions.
  • Certains genres littéraires, ou certains auteurs, n’ont pas joui de toutes les faveurs auxquelles ils pouvaient prétendre : à titre d’exemple, Jonas n’est pas bien au point pour l’instant sur les textes juridiques, car nous ne disposions pas d’informations de base fiables. Jonas semble tout ignorer ou presque de poètes très prolifiques comme Eustache Deschamps, parce que ce sera un travail de saisie considérable, pour un bénéfice mince pour la communauté scientifique (l’oeuvre étant dans ce cas fort bien repérée). Il n’empêche qu’il faudra le faire…

Quels sont donc les chantiers en cours ?

  1. Le soutien de l’Equipex Biblissima a permis d’entrer dans la base presque toutes les informations des notices établies sur originaux de 1940 à 2000, de numériser les dossiers contenant des schémas ou transcriptions longues, et de les associer à Jonas. Parmi près de 1600 notices, je jetterai un coup de projecteur particulier sur celles des manuscrits d’Aberystwyth, où l’intégralité du fonds français a été décrit, et sur celles de Saint-Pétersbourg, d’une richesse exceptionnelle.
  2. Nous avons entrepris un inventaire systématique de toutes les ressources disponibles sur papier et en ligne pour chaque fonds identifié. Nous procédons par ordre alphabétique de ville… et sommes arrivés au C de Cleveland. La récolte est généralement riche, mais la tâche sera nécessairement de longue haleine.
  3. Nous dépouillons chaque année 150 titres de périodiques et une moyenne de 350 monographies ou volumes collectifs.
  4. De jeunes collègues ont demandé à utiliser Jonas pour diffuser leurs notices de manuscrits contenant les oeuvres du poète Mellin de Saint-Gelais, et par ce biais, nous aident à enrichir Jonas pour de nombreuses anthologies lyriques du début du 16e s.
  5. Enfin, bien entendu, la base bénéficie du projet en cours au Vatican.

L’objectif, c’est de parvenir à un répertoire complet des manuscrits en ancien et moyen français, et en occitan ; le nombre total de manuscrits devrait être compris entre 19 et 20000.

L’étape suivante, dont le terme et la faisabilité dépendent des ressources humaines allouées, sera de prendre les choses par l’autre bout, collationner même rapidement les témoins pour affiner l’identification textuelle, regrouper, dissocier. Idéalement, il faudrait descendre au niveau des composantes des compilations, ce pour quoi techniquement la base est prête, puisqu’elle permet les associations d’oeuvre à oeuvre (inclusion, adaptation, etc.), comme d’ailleurs de manuscrit à manuscrit (copies, gémellité).

Pour les oeuvres toutefois, Jonas se conçoit déjà en complémentarité avec d’autres ressources, au premier rang desquels la Bibliografia elettronica dei trovatori, à laquelle il est fait renvoi pour tout le corpus poétique en langue d’oc. Ce qui veut dire que les manuscrits sont bien inventoriés dans Jonas, mais que pour en connaître en détail le contenu, il faut aller consulter la base dédiée.

Plus largement, le rêve est d’offrir aux utilisateurs une base très ouverte vers l’ensemble des ressources disponibles. Toutes les fiches oeuvres et manuscrits sont déjà dotées d’identifiants numériques pérennes qui facilitent les liens. Idéalement, nous aimerions étendre la gamme des liens affichés sur les fiches de manuscrits, en tendant vers l’exhaustivité en matière de description, d’étude, ou de numérisation. Ilne s’agirait pas de doubler le travail de connexion fait ailleurs (je pense à Medium), mais de veiller à la solidité du lien avec Medium pour, réciproquement, afficher en instantané les liens repérés par Medium. Le moyen le moins équivoque de faire ce lien sera sans doute d’utiliser la cote.

Pour ce qui est des oeuvres, un autre chantier devra être programmé, qui consistera à adosser les tables d’incipit et d’explicit de Jonas à un outil de lemmatisation, rendant plus confortable la recherche par chaîne textuelle.

Limites et questions

En dernière partie de mon exposé, je voudrais exposer devant vous un certain nombre des limites de Jonas, ou du moins des questions que nous pouvons nous poser.

Certaines d’entre elles sont à la fois creusées et résolues par les liens externes. Ainsi du souhait de ne pas doubler le travail d’autrui en une course concurrente stérile. Scientifiquement, l’articulation avec la Bibliografia elettronica dei trovatori est satisfaisante, mais nous prive pour l’heure de toute possibilité d’interrogation conjointe.

Des questions génériques plus fondamentales nous tourmentent régulièrement, et je dirais de façon plus chronique depuis que nous sommes engagées dans le catalogue de la Vaticane : il s’agit de savoir où s’arrête la littérature et où commence l’écrit documentaire, ou l’inverse. A son origine, Jonas fut défini comme accueillant tous les genres de textes médiévaux en français et occitan, à l’exception des documents, chartes, ordonnances, etc. Fort bien, mais dans la pratique, pourquoi retenir les Coutumes de Beauvaisis ou les Etablissements de saint Louis et pas un recueil de cas juridiques. Ou bien encore, convient-il vraiment de faire le départ, dans un manuscrit homogène (e.g. Bern, BB, 205), entre une ordonnance sur la vente du vin, des rondeaux, le Ditié sur Jeanne d’Arc de Christine de Pisan ?

Trancher est heureusement plus facile lorsque le seul critère est linguistique, ce qui est le cas dans ce même manuscrit de Berne, présent dans FAMA car contenant une copie du Floretus latin. Le seul cas vraiment ardu que l’on peut rencontrer est celui des frontières entre occitan et catalan. Heureusement existe Philobiblon, présenté lors de notre rencontre par Gemma Avenoza.

Vous avez à l’écran l’exemple du manuscrit 126 de Carpentras, signalé comme occitan par le CCFR, aujourd’hui considéré comme nettement catalan. Plutôt que de faire disparaître purement et simplement la fiche de Jonas, nous avons préféré laisser une fiche sommaire, renvoyant à Philobiblon. Les internautes ainsi sont guidés vers les ressources les plus à jour, et ne prennent pas le silence pour une omission.

 

Des questions chronologiques se posent également : le principe était de ne retenir dans jonas que les oeuvres antérieures à 1500, avec la souplesse requise pour les datations incertaines ou pour le respect de l’intégralité des oeuvres d’auteurs à cheval sur 15e et 16e s. Mais là encore, l’expérience nous a mis face à des écueils non anticipés. Mellin de Saint-Gelais, que j’évoquais il y a un moment, est né en 1491. Toute son oeuvre est du 16e s., mais elle circule dans des anthologies où sont largement représentés les auteurs du 15e s. Une fois le doigt mis dans l’engrenage, pourquoi exclure les autres quand on a accepté l’un ? Et que faire des oeuvres anonymes attestées uniquement par des copies 16e s. mais dont on flaire qu’elles pourraient bien être plus anciennes ?

Réciproquement, dans un premier temps, les copies modernes étaient discrètement reléguées en commentaire. Pourtant l’on sait l’intérêt philologique de ces copies. On s’efforce désormais de les intégrer, mais sans doute il nous en échappe, car le « nourrisseur de Jonas » ne dépouille peut-être pas toujours avec la même attention les notices des manuscrits du 18e ou du 19e s. et celles des manuscrits médiévaux.

Enfin, et même si le sujet de la journée est le recensement des manuscrits, pour ce qui est de la tradition des oeuvres et de leur réception, on ne peut ignorer les imprimés. Jonas est prévu pour les traiter au même titre que les manuscrits, mais il faut bien reconnaître qu’ils sont à cette date le parent pauvre de la base.

Toutes ces limites fluctuantes sont encore autant d’incitations à l’ouverture vers les bases soeurs. Sans vouloir tout englober, ni tout lisser, pouvoir rebondir de ressource en ressource est un atout considérable pour le chercheur.

 

C’est dans ce sens assurément qu’il convient désormais de travailler.

  1. Ce billet est la version à peine remaniée de la communication prononcée par Marie-Laure Savoye au colloque Census, le 13 octobre 2017. []
  2. Le passage des diapos en petit format rend les textes illisibles. Cliquez sur les liens sous les images pour aller voir les fiches originales. []
  3. le catalogage des manuscrits français et occitans de la Biblioteca Apostolica Vaticana []