Manuscrits français de Saint-Pétersbourg

Dans le cadre du programme Biblissima, la section romane s’efforce d’entrer dans la base Jonas toutes les notices rédigées par les générations successives des chercheurs et ingénieurs de l’équipe. L’ouverture des boîtes d’archives est l’occasion d’exhumer des documents précieux. Ainsi, de même que nous avions eu la joie de faire connaître ici l’exceptionnel travail d’Edith Brayer sur les collections d’Aberystwyth, nous venons d’enrichir Jonas de nombreuses notices de manuscrits actuellement à Saint-Pétersbourg, à la National Library of Russia, et que nos collègues Geneviève Brunel, Sylvie Lefèvre et Gillette Labory ont pu étudier en 1991-1993.

A partir des notes manuscrites conservées dans les archives de l’équipe, Julie Métois a documenté aussi précisément que possible les fiches de Jonas. Des transcriptions de textes ou des schémas réalisés par nos collègues ont été numérisés et seront prochainement joints aux notices en ligne.

Voici la liste des notices nouvellement publiées :

Un manuscrit d’Alexandre Petau à Copenhague

A l’occasion d’un travail sur la provenance des manuscrits français de la Bibliothèque Vaticane, nous nous sommes plongées dans l’inventaire des manuscrits d’Alexandre Petau, inventaire classé par nom d’auteur et non par cote.  Pour chaque entrée, après une brève indication de contenu figure une (ou plusieurs) cote(s) dans la collection de Petau.

Un même numéro (579) associe l’Estrif de Fortune et le Lai de confession de Robert Regnault, « grand bedeau de l’Université d’Angers ».

On peut selon toute vraisemblance reconnaître sous ce numéro le manuscrit Thott 0311 8° de la Bibliothèque royale de Copenhague. Il y a fort à parier que le volume a d’abord transité, comme une majeure partie des manuscrits d’Alexandre Petau, par la bibliothèque royale de Suède. En revanche, il n’aura pas rejoint les caisses de Christine de Suède lors de l’abdication de la reine et de son départ pour Rome.

Miracles de Notre-Dame, encore un fragment

A la recherche de tout autre chose, j’ai repéré il y a quelque temps la mention de miracles de la Vierge en français dans la notice d’un cartulaire de l’abbaye de Westminster, aujourd’hui London, College of arms, Young 72. Les photos viennent de m’en parvenir… ce n’était pas ce que j’espérais, mais tout de même : sur deux colonnes de 46 lignes, d’une écriture appliquée du début du 14e s., sans décor (lettrines non réalisées), c’est un nouveau fragment des Miracles de Notre-Dame de Gautier de Coinci.

Le premier feuillet contient la fin de I Mir 31 (Sacristain visité), depuis le v. 232 ; suivie comme attendu de I Mir 32 (Image du sarrasin), vers 1 à 129.

Le second feuillet est plus curieux. Il commence par II Mir 12 (Siège de Constantinople), sans la « queue » (l’épilogue des miracles de Gautier de Coinci), soit du v. 1 au v. 206. La lacune est le fait du copiste et n’est nullement due à un accident matériel. Le témoin se poursuit avec les six premiers vers de I Mir 23.

La destructuration précoce (début du 14e s.) du recueil de Gautier est le principal intérêt de ce nouveau témoin, que pour cette raison, et par l’écriture, on rapprochera de Neuchâtel, Bibliothèque publique, 4816 (AF A3).

Le fragment a appartenu à Brent Reynell Spiller († 1736), de Shepperton (dans le Middlesex), d’après une mention portée en haut du second feuillet (identification avec l’aide d’Anne-Françoise Leurquin).

 

 

Carnet de recherche de la Section Romane de l'Institut de Recherche et d'Histoire des Textes