Un manuscrit d’Alexandre Petau à Copenhague

A l’occasion d’un travail sur la provenance des manuscrits français de la Bibliothèque Vaticane, nous nous sommes plongées dans l’inventaire des manuscrits d’Alexandre Petau, inventaire classé par nom d’auteur et non par cote.  Pour chaque entrée, après une brève indication de contenu figure une (ou plusieurs) cote(s) dans la collection de Petau.

Un même numéro (579) associe l’Estrif de Fortune et le Lai de confession de Robert Regnault, « grand bedeau de l’Université d’Angers ».

On peut selon toute vraisemblance reconnaître sous ce numéro le manuscrit Thott 0311 8° de la Bibliothèque royale de Copenhague. Il y a fort à parier que le volume a d’abord transité, comme une majeure partie des manuscrits d’Alexandre Petau, par la bibliothèque royale de Suède. En revanche, il n’aura pas rejoint les caisses de Christine de Suède lors de l’abdication de la reine et de son départ pour Rome.

Miracles de Notre-Dame, encore un fragment

A la recherche de tout autre chose, j’ai repéré il y a quelque temps la mention de miracles de la Vierge en français dans la notice d’un cartulaire de l’abbaye de Westminster, aujourd’hui London, College of arms, Young 72. Les photos viennent de m’en parvenir… ce n’était pas ce que j’espérais, mais tout de même : sur deux colonnes de 46 lignes, d’une écriture appliquée du début du 14e s., sans décor (lettrines non réalisées), c’est un nouveau fragment des Miracles de Notre-Dame de Gautier de Coinci.

Le premier feuillet contient la fin de I Mir 31 (Sacristain visité), depuis le v. 232 ; suivie comme attendu de I Mir 32 (Image du sarrasin), vers 1 à 129.

Le second feuillet est plus curieux. Il commence par II Mir 12 (Siège de Constantinople), sans la « queue » (l’épilogue des miracles de Gautier de Coinci), soit du v. 1 au v. 206. La lacune est le fait du copiste et n’est nullement due à un accident matériel. Le témoin se poursuit avec les six premiers vers de I Mir 23.

La destructuration précoce (début du 14e s.) du recueil de Gautier est le principal intérêt de ce nouveau témoin, que pour cette raison, et par l’écriture, on rapprochera de Neuchâtel, Bibliothèque publique, 4816 (AF A3).

Le fragment a appartenu à Brent Reynell Spiller († 1736), de Shepperton (dans le Middlesex), d’après une mention portée en haut du second feuillet (identification avec l’aide d’Anne-Françoise Leurquin).

 

 

Lettres d’amour du Moyen Âge

Épîtres amoureuses fictives et poétiques, les saluts et complaintes ont pu trouver des modèles dans des textes latins de l’Antiquité et du Moyen Âge. Ils s’inscrivent également dans le contexte médiéval de la poésie lyrique d’oc et d’oïl des xiie et xiiie siècles. La fiction épistolaire exprime un double retrait : au regard de la parole en présence, bouche à bouche, mais aussi du chant, message porté par une voix musicale qui peut se faire entendre en différé. Balançant entre adresse directe du salut et adresse indirecte de la complainte, ces œuvres, que l’on pourrait qualifier d’expérimentales, disent la difficulté de l’aveu amoureux tout en exprimant le désir du corps de l’autre, parfait et rêvé.
Fondé sur de nouvelles recherches, le présent volume offre la première édition critique et la première traduction en français moderne de l’ensemble, le rendant ainsi accessible aux chercheurs comme à un public plus large.

Comme plusieurs des volumes de la collection, l’ouvrage est désormais accessible en version électronique.

Textes établis, traduits et annotés par Estelle Doudet, Sylvie Lefèvre, Marie-Laure Savoye, Agathe Sultan et Hedzer Uulders.

Introduction de Hedzer Uulders et Sylvie Lefèvre

Une légende de Mahomet inédite dans le ms. fr. 12202 de la BnF

Le ms. français 12202 a été connu, jusque aujourd’hui, pour les six traductions de récits de voyage faites par Jean le Long en 1351. Toutefois, l’analyse directe nous a permis d’ajouter deux œuvres à notre connaissance du manuscrit, lesquelles étaient passées inaperçues. Il contient la traduction de la Flos historiarum de Hayton de Korykos (depuis la version latine de Nicolas Faucon), du Liber peregrinationis de Riccold de Montecroce, de la Relatio d’Odoric de Pordenone, du Liber de quibusdam ultramarinis partibus de Guillaume de Boldensele, de deux lettres échangées entre le Khan Toghon Temür et le Pape Benoît xii, et d’un petit traité intitulé De statu, conditione ac regimine magnis Canis. Cinq autres manuscrits, plus anciens, nous ont transmis ces œuvres : le ms. 667 de la Bibliothèque Municipale de Besançon (daté de 1368), le ms. 125 de la Burgerbiliothek de Berne (milieu du XVe siècle), le ms. Cotton Otho D II de la British Library (début du XVe siècle) et les mss. fr. 1380 (début du XVe siècle) et fr. 2810 (1410-1413) de la Bibliothèque nationale de France. Notre manuscrit, qui peut être daté du dernier quart du xve siècle et qui a probablement été produit dans le Nord Est de la France (d’après l’étude des filigranes), se compose de 184 feuillets écrits sur une colonne, sans enluminures ni décorations.

Sur le verso du f. 172 et sur le début du f. 173 on lit un texte en latin, intitulé De heresi ac principatu et lege Mahometi. Il s’agit d’un extrait du chapitre 39 et du chapitre 47 du livre XXIV du Speculum Historialis de Vincent de Beauvais, qui traitent de l’essor de l’Islam et de la mort de Mahomet. Le deuxième texte, beaucoup plus intéressant, est la traduction française d’une légende consacrée, elle aussi, à Mahomet. On lit dans l’incipit: « Afin que chascum crestien et crestienne puisse savoir dont | vint premierement la loy des sarrasins et par quelle maniere | si vous diray le commencement et la racine de leur faulce et | puante loy … » (f. 173) ; dans l’explicit : « … Ainsin crut la maulvaise erreur et la | depute loy des sarrasins par la voulente du dyable et croist jusques au jour duy Or aves ouy comment la loy des | sarrasins eut maulues commencement or leur doint dieu | bonne fin et les conuertir a nostre foy Amen » (f. 184). Apparemment, cette traduction n’a aucun lien avec la vie de Mahomet contenue dans le ms. de Lille, Bibliothèque Municipale, 453. Sa source latine est connue, depuis 1934, sous le titre d’Anonymus Pisanus, puisque le seul témoin est le manuscrit 50 de la Bibliothèque du Séminaire de Pise. Cette version, qui remonte vraisemblablement au XIVe siècle, présente trois personnages : Nicolas, successeur de Simon Magus et fondateur du Nicolaïsme, Mahomet et Maurus, intermédiaire entre les deux, disciple de Nicolas et maître de Mahomet. Les savants ont souligné ses affinités avec le Liber Nicholay (dont le meilleur manuscrit est le BnF, lat. 14503) et la Summa totius haeresis Sarracenorum de Pierre le Vénérable.

La présence de cette légende parmi les traductions de Jean le Long nous oblige à réfléchir sur le contexte historique dans lequel ce manuscrit a été produit. Après la moitié du XVe siècle, notamment suite à la chute de Constantinople en 1453, la chrétienté recommence à s’intéresser au monde islamique et à la religion de Mahomet, grâce surtout aux œuvres de Nicolas de Cues. Le cardinal allemand possédait une copie de l’œuvre de Marco Polo (l’actuel manuscrit Londres, British Library, add. 19952) où il a noté à plusieurs reprises ses intérêts pour la géographie et pour la religion ; du même, il a utilisé le récit de Marco Polo dans son De pace fidei [Gadrat 2015 : p. 296]. Le manuscrit fr. 12202 s’insère-t-il dans ce courant, en révélant les traces d’une nouvelle réception des traductions de Jean le Long, moins lues en tant qu’œuvres géographiques ou merveilleuses que comme des outils pour soutenir le renouvelé « esprit de croisade » de la foi ? On ne connaît rien de l’histoire du ms. fr. 12202 avant son entrée dans la BnF, probablement à la fin du XVIIIe siècle. Sur le verso du f. 184 une main de la fin du XVIe ou du début du XVIIe siècle a écrit Ce livre est à madame. Sur un morceau de papier, aujourd’hui placé au début du manuscrit, un autre main (peut-être du XVIe siècle) a écrit Monseigneur de monsonean [ou monsonran ou monsouran] nest am. Cela pourrait nous indiquer que le manuscrit a circulé parmi la noblesse du XVIe siècle. L’édition du texte et l’étude du manuscrit seront bientôt publiés de manière plus exhaustive et détaillée.

 

Bibliographie essentielle

Alessandro D’Ancona, La leggenda di Maometto in occidente, « Giornale storico della letteratura italiana » 13, 1889, pp. 199-281.

Alberto Ferreiro, Simon Magus in Patristic, Medieval and Early Modern Traditions, 2005.

Christine Gadrat, Lire Marco Polo au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2015.

Augusto Mancini, Per lo studio della leggenda di Maometto in occidente, « Rendiconti della R. Accademia Nazionale dei Lincei » 10, ser. 6, 1934, pp. 325-349.

Camillo Vitelli, Index codicum latinorum qui Pisis in bibliothecis Conventus Sanctae Catherinae et universitatis adservantur, « Studi italiani di filologia classica » 8, 1900, p. 333.

Carnet de recherche de la Section Romane de l'Institut de Recherche et d'Histoire des Textes