Un nouveau manuscrit destiné à Guillaume II Molé

Quoique frotté, sans doute intentionnellement par un possesseur ultérieur, l’écu décorant le champ de l’initiale ornée dans le manuscrit de la Bibliothèque Vaticane Reg. lat. 1362 (f. 1r) est resté néanmoins assez lisible pour permettre l’identification du destinataire. Il se blasonne de gueules à deux étoiles d’or en chef et un croissant d’argent en pointe. Il s’agit des armes pleines de la famille champenoise des Molé, originaire de Troyes, et dont l’ascension commença sous le règne de Charles VII avec Guillaume Molé.

Mais ce n’est pas à l’intention de ce dernier que fut copié le manuscrit, datable autour de 1500 par l’écriture et le style de l’enluminure, mais pour son fils aîné, Guillaume II, mort en 1507 (sur ce personnage, voir l’introduction de Françoise Bibolet dans François AVRIL, Maxence HERMANT et Françoise BIBOLET, Très riches heures de Champagne, Paris, 2007, p. 27-28).  On le savait déjà commanditaire avec son épouse, Simone Boucherat, d’un manuscrit de la Passion du Christ (Los Angeles, Getty Museum, ms. 25), portant les armoiries du couple et décoré par l’atelier d’un artiste lyonnais, Maître Guillaume Lambert. Il fut aussi possesseur d’un Doctrinal rural de Pierre Michault (voir Très riches heures de Champagne, p. 28) et peut-être, d’après François Avril (ibid., p. 184), d’un manuscrit des Faits des Romains conservé à Bruxelles (Bibliothèque royale, ms. 9040). Le présent volume, qui contient le Chevalier des dames, suivi du Testament de Pierre de Nesson, peut désormais être ajouté à cette liste.

Pleines, comme c’est le cas ici, les armes de Guillaume II Molé se distinguent de celles de la branche cadette (son frère Jean, puis son neveu Claude), tout aussi bibliophile, qui les brise par une bordure engrelée d’or. Le volume passa plus tard dans la bibliothèque de Jean et Pierre Bourdelot, et correspond au numéro 151 du catalogue de leurs manuscrits (voir Elisabeth PELLEGRIN, « Catalogue des manuscrits de Jean et Pierre Bourdelot », dans Scriptorium, t. 40 (1986), p. 214).

 

 

Soliloques de saint Augustin

Les gardes d’un épistolaire de l’Eglise de Beaune (Beaune, Bibliothèque Municipale, 30) conservent quelques bribes de méditation en ancien français (« fragment d’un traité de piété » d’après le CGM) que nous avons pu identifier comme la traduction anonyme des Soliloques pseudo-augustiniens (version A dans le classement de Geneviève Hasenohr).

Les passages conservés portent essentiellement sur la connaissance de Dieu, sur la Trinité et sur la prescience divine. Une seule rubrique peut fournir un point de repère (« de l’âme raisonnable »).

Ces fragments viennent s’ajouter aux 34 autres copies actuellement identifiées de cette traduction, en confirmant l’important succès médiéval.

Un important recueil de ballades à Copenhague

Repéré de longue date comme témoin du Testament de Jean de Meun, le manuscrit Ny. Kgl. S. 0062 f° de la Bibliothèque royale de Copenhague nous réservait en sa deuxième partie une belle surprise : après la traditionnelle suite Testament, Codicille, Sept articles, voilà qu’au feuillet 47 se « cachaient » les ballades 207 et 206 d’Eustache Deschamps.

Loin d’être isolées, elles ouvrent dans le manuscrit une série de plus d’une centaine de ballades (97 des Cent ballades éditées par Gaston Raynaud en 1905 et 25 pièces anonymes). De loin en loin dans cette série, on relève la présence du Lai mortel de Guillaume de Machaut, d’une ballade d’Alain Chartier, et du Lai de Notre-Dame de Boulogne de Georges Chastellain.

Grâce à l’aide de Clotilde Dauphant, qui dirige actuellement la réédition des oeuvres d’Eustache Deschamps, nous avons pu identifier quelques-unes de ces pièces, éditées en 1980 par Alessandro Vitale-Brovarone d’après un manuscrit de Turin. Un important travail reste cependant à faire pour identifier une vingtaine de poèmes, que le très mauvais état de conservation du manuscrit ne permet pas de déchiffrer de façon satisfaisante.

Ce billet se veut tout autant un appel aux spécialistes qu’une annonce d’une découverte importante pour la connaissance de la lyrique française de la fin du Moyen Âge.

Table ronde « Livres et écritures en occitan et en français au XIIe siècle. Perspectives pour demain »

A l’occasion de la parution du catalogue des manuscrits français et occitans du XIIe s., une table ronde sera organisée le 3 octobre à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 40 avenue d’Iéna, Paris 16e (Métro Iéna), de 14h à 17h30.

La rencontre est ouverte à toutes les personnes intéressées.

Autour de la table, outre les auteurs du catalogue, discuteront :

  • Pascale Bourgain, Ecole nationale des chartes, Paris
  • Daron Burrows, St. Peter’s College, Oxford
  • Michael Gullick, chercheur indépendant
  • Geneviève Hasenohr, Ecole Pratique des Hautes études, Paris
  • Sylvie Lefèvre, Paris IV-Sorbonne
  • Marc Smith, Ecole nationale des chartes, Paris
  • Patricia Stirnemann, IRHT, Paris

Programme