Ci nous dit

Le manuscrit 257 de Besançon n’a pas fini de nous réserver des surprises. Après l’extrait de l’Horloge de Sapience auquel nous avons consacré un bref billet il y a quelques jours, nous voici face à une collection d’exempla de nouveau importante pour la réception des grands classiques de la littérature de spiritualité. Ce sont en tout plus de 70 récits que fournit le compilateur, et une écrasante majorité d’entre eux sont extraits du Ci nous dit. Gérard Blangez, éditeur du Ci nous dit, ne donnait aucun exemple de copie partielle. Ici, non seulement le copiste a opéré une sélection, mais il a réordonné (ou déclassé) la matière, se l’appropriant par l’agencement sinon par la modification de la lettre (les variantes par rapport à l’édition Blangez sont minimes). Trois exempla sont par ailleurs inconnus à ce jour (du moins n’en avons nous pas trouvé mention dans la base Thema).

On lit d’abord les exempla 338, 342, 345, 346, 337, 423, 433, 440-442, 452, 455, 456, 458-60, 465, 467, 470-72, 474, 477, 491, 563, 200, 233, 236, 237, 240 et 580 du Ci nous dit.

Ici (ff. 234v-235v), trois exempla « inconnus » par ailleurs : 1) (234v-235r) Un clerc, fils d’un riche bourgeois, demande à saint Bernard que faire pour être sauvé. Bernard lui répond qu’il faut être comme l’âne, obéissant, humble et sobre ; 2) (235r) Variante de l’exemplum recensé par Thema sur la patience de saint Bernard : un chanoine demande à entrer à Cîteaux. Bernard le renvoie dans son ordre. Le chanoine menace Bernard de déchirer ses livres sur la perfection. Bernard répond qu’il a écrit sur la correction des moeurs et non le  « muement des lieux » ; 3) (235v) Version française d’un troisième récit cistercien, sur l’abstinence.

On reprend le Ci nous dit, avec les récits n° 349, 356, 362, 395b, 396, 399, 402, 403, 415a, 422.

Aux feuillets 241r-243v, se lit un récit de quelque ampleur, dont nous n’avons trouvé aucune autre version. Ayant entendu un prédicateur condamner la danse, une jeune fille y renonce. Des danseurs demandent à la mère de la jeune fille de lui ordonner d’aller à la danse ; en vain. Le chapelain de la ville passant par là se mêle de la querelle et reproche à la jeune fille de ne pas obéir à sa mère. La jeune fille rejoint donc la danse. Deux gens se la disputent ; l’un tue l’autre. Le meurtrier est pendu. La danseuse se suicide. Se sentant coupables, la mère puis le chapelain se suicident également. Un homme entendit les diables mener grand fête ; les diables lui expliquèrent avoir gagné cinq âmes un jour de fête.

Viennent ensuite les récits 243, 241, 255, 274-76, 71, 217, 291, 294, 313, 314, 318, 329, 332, 511, 561, 568, 570, 576, 577, 579, 581, 567, 583, 585, 586, 588, 693.

Le manuscrit a perdu un feuillet entre les ff. 265 et 266. Nous n’avons pu identifier le récit qui se termine en 266 sur une analogie avec le roi Nabuchodonosor vivant parmi les bêtes. La collection exemplaire se termine avec le n° 700 du Ci nous dit.

Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye