De quelques manuscrits français du duc de Sussex

Une recherche sur le ms de Cleveland, Adelbert College Library, Western Res. University 2, m’a conduite au catalogue de la bibliothèque du duc de Sussex publié par T. J. Pettigrew en 1827 ; dans le volume I, 1ère partie (pp. cci-ccviii), il décrit sept manuscrits médiévaux en français (n° 1 à 4 et 6 à 8, le n° 5 est un volume latin). Les données présentes dans Jonas et la Schoenberg Database of Manuscripts m’ont grandement aidée à localiser certain d’entre eux.

  1. Bible moralisée, parchemin, XVe s. 283 ff, 305×203 mm environ, 2 colonnes de 35 lignes, 19 miniatures ; provient de la coll. Townley. Elle a été achetée au duc de Sussex par la British Library la même année que le n° 8 infra, et porte la cote Add. 15428.
  2. Exposition sur l‘Apocalypse, parchemin, XIVe s., 39 ff, 270×150 mm environ, porte désormais la cote London, British Library, Yates Thompson 10. Avant d’entrer dans la collection du duc de Sussex, il avait appartenu au comte Jean de Mérode († 1732). En 1844 il est acheté à la vente Sussex par Thomas Forbe pour John Fuller Russel qui y appose ses armoiries et le revend en 1885. Son acquéreur, le libraire Quaritch, tente sans succès de le vendre de 1885 à 1893, date à laquelle Henry Yates Thompson en fait l’acquisition. Yates le revend en 1921 mais le rachète cinq ans plus tard et c’est en 1941 que le volume entre à la British Library dans le legs de sa veuve.
  3. La Légende dorée , parchemin, XVe s., 2 volumes, 244 ff : il
    London, Bl, Yates Thompson 49, f. 44
    London, Bl, Yates Thompson 49, f. 44

    s’agit de l’exemplaire de la traduction de Jean de Vignay entré également à la British Library dans le legs de 1941 (cote Yates Thompson 49). Ce volume provient du château d’Anet. Au début du XIXe s., il appartient au comte de Lauraguais († 1824) qui le fait relier à son monogramme. Il passe ensuite par les collections du duc de Sussex († 1843), d’E. L. Schlesinger Benzon, industriel allemand († 1873) et de Sir Thomas Brooke († 1908) avant d’entrer dans celle de Yates Thompson.

Les numéros 6 et 4 ont été réunis sous une même reliure et forment le ms Cleveland, Adelbert College Library, Western Res. University 2. Le n° 6 , décrit par Pettigrew comme une traduction des Soliloques de saint Augustin (papier, XVe s., 70 ff.), est un petit recueil pieux en français qui contient également un très bref extrait du De trinitate de saint Augustin, une méditation anonyme sur la miséricorde divine, le Quiscumque vult et une prière pour la délivrance d’une parturiente (Sonet-Sinclair, n° 351). Le n° 4 (Vie de saints, papier, XVe s., 125 ff) est un extrait de 24 articles de la Légende dorée, dans la traduction de Jean de Vignay. Ce 2e élément se termine par une complainte d’une âme damnée (ff. 201-203, inc. O vous pecheurs bien regardez / Ceste tres horrible figure) qui a parfois été imprimée à la suite de la Danse macabre, mais dont ce volume est le seul exemplaire manuscrit connu.

  1. Henri Suso, Horloge de sapience, parchemin, XVe s., 169 ff, 330×228 mm environ, est maintenant à New Haven sous la cote Yale University Library, Thomas E. Marston 145.
  2. Le Petit office de la vierge mis en vers français, parchemin, XVe s., 106 ff, 140×101 mm ; le volume commence par un calendrier suivi d’un feuillet blanc, de cinq feuillets contenant une sélection des Évangiles ; le feuillet suivant porte une prière à la Vierge « Tout ainsy com descent / En la flour la rousee » (n° Sonet-Sonclair 3778), connue par une dizaine d’autres copies ; viennent enfin les Heures de la Vierge en vers français. Ce manuscrit a été acquis en 1845 par la British Library, où il porte la cote Add. 15420.

Sur un Dialogue entre le Christ et son disciple

Le manuscrit 257 de la Bibliothèque municipale de Besançon est réputé contenir des textes de direction spirituelle rédigés, à l’intention d’une femme, par Henri de Baume, franciscain. Aux feuillets 52-77 se lit un Dialogue entre le Christ et son disciple que la main moderne qui a annoté le manuscrit attribue également à Henri de Baume.

Les premières lignes sont d’un style qui pourrait effectivement être du directeur spirituel franciscain, mais en réalité, ce dialogue est un extrait de la traduction française largement répandue de l’Horloge de Sapience d’Henri Suso. Pour l’édification de sa lectrice, l’auteur/copiste a retenu ici les chapitres III et XV du premier livre de l’Horologium Sapientie.

A ce titre, il convient de considérer le manuscrit Besançon 257 comme un nouveau témoin, partiel, de l’Horloge de Sapience.