Cours de philologie romane à l’EPHE

  • La poésie occitane à la frontière culturelle occitano-catalane (troubadours, poésie narrative).
  • De l’expansion de la langue française hors de la France au Moyen Age : le français de Terre sainte.

– Philologie romane : Directeur d’études, M. Fabio Zinelli.

  •  Les mercredis de 18 à 20 h, EPHE Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne 75005 Paris (Escalier E, 1er étage, salle Gaston Paris D064). Première séance le mercredi 18 novembre 2015.

Les conférences vont se développer – en alternance d’une semaine sur l’autre – selon deux axes de recherche distincts.

Le premier axe porte sur l’expansion de la poésie des troubadours. L’objet privilégié de notre enquête sera, une fois de plus le chansonnier Vega Aguiló (Barcelona, Biblioteca de Catalunya, 7-8), vaste recueil où les poètes catalans de la génération précédant le grand Ausiàs March ont été copiés côte à côte avec vingt-cinq chansons des principaux troubadours et plusieurs poèmes de Guillaume de Machaut et Oton de Grandson. L’analyse d’un certain nombre de chansons de troubadours (Cadenet, Rigaut de Berbezill) pourra fournir un bon point de repère pour illustrer les pratiques d’édition utilisées dans le domaine de la poésie lyrique médiévale. Une attention particulière sera réservée à l’application des préceptes grammaticaux exposés par le célèbre traité des Leys d’Amors chez les poètes ‘modernes’ présents dans le chansonnier. En parallèle à l’étude des troubadours, la lecture d’un texte narratif en vers en langue mixte, le Blandin de Cornoalha, permettra d’investiguer les analogies existantes entre l’utilisation du catalan/occitan lyrique pour des genres littéraires distinctes.

En présence d’un nombre suffisant d’auditeurs intéressés à une initiation à la lecture de l’ancien occitan, des séances de 45 min. seront consacrées tous les 15 jours (entre 17h00 et 17h45) à l’apprentissage de la langue des troubadours.

Le deuxième axe porte sur l’expansion de la langue et de la littérature française dans la Méditerranée, et plus particulièrement sur le ‘français de Terre sainte’ ou ‘français d’Outremer’. La production de documents et de manuscrits littéraires dans les Etats latins d’Orient fut abondante. Elle nous livre un riche matériel pour l’étude de traditions manuscrites d’œuvres ayant connu un succès considérable en France et dans la Méditerranée (par ex. l’Histoire ancienne jusqu’à César, les Fait des romains, la Chronique de Guillaume de Tyr, le Tresor de Brunet Latin). Un focus sera fait sur la scripta française employée par les copistes, une véritable koiné où viennent se fondre des apports très différents, avec des emprunts faits à d’autres langues romanes (à l’occitan, à l’italien), à l’arabe et au grec byzantin.