Heures, Cherbourg, Bibl. mun., 6

L’auteur de la notice consacrée au livre d’heures (usage de Rome) Cherbourg, Bibl. mun., 6 dans la base de données Initiale faisait l’hypothèse que le manuscrit, daté du début du 16e s., avait été copié sur des heures imprimées.

Nous en trouvons un indice supplémentaire dans la présence en sa fin (ff. 117-124) de l’Examen de Conscience de Jean Quentin, dont la fortune est essentiellement due aux imprimés.

Cherbourg, BM, 6, f.117

Placé après une série de prières pour la messe et diverses circonstances, l’Examen de conscience fait réponse à une assez longue Confession générale anonyme également en français (ff. 6r-8r) : déclinaisons des sept péchés capitaux, péchés contre les vertus, contre les commandements, contre les dons du Saint Esprit, contre les oeuvres de miséricorde, contre les cinq sens. Le tout se termine par des considérations sur la fréquence de la confession et sur ses modalités.

Le livre d’heures ne contient par ailleurs aucune prière en français.