Cours de philologie romane de Fabio Zinelli

Ecole Pratique des Hautes Etudes

Sciences Historiques et Philologiques

 

 

–       Les chansonniers occitans.

–       De l’expansion de la langue française hors de la France au Moyen Age : Gênes-Pise.

 

– Philologie romane : Directeur d’études, M. Fabio Zinelli.

 

–       Les mercredis de 18 à 20 h, EPHE Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne – 75005 Paris – Escalier E – 1er étage, salle Gaston Paris (D064). Première séance le mercredi 29 octobre 2014.

 

Les conférences vont se développer – en alternance d’une semaine sur l’autre – selon deux axes de recherche distincts.

Le premier axe porte sur la tradition manuscrite de la poésie des troubadours. L’objet privilégié de notre enquête sera, une fois de plus le chansonnier Vega Aguiló (Barcelona, Biblioteca de Catalunya, 7-8), vaste recueil où les poètes catalans de la génération précédant le grand Ausiàs March ont été copiés côte à côte avec vingt-cinq chansons des principaux troubadours et plusieurs poèmes de Guillaume de Machaut et Oton de Grandson. L’analyse d’un certain nombre de chansons de troubadours (un certain nombre de séances sera consacré à la poésie de Peire Cardenal) pourra fournir un bon point de repère pour illustrer les pratiques d’édition utilisées dans le domaine de la poésie lyrique médiévale. Une attention particulière sera réservée à l’application des préceptes grammaticaux exposés par le célèbre traité des Leys d’Amors chez les poètes ‘modernes’ présents dans le chansonnier.

Le deuxième axe porte sur l’expansion de la langue et de la littérature française en Italie au Moyen Age, et plus particulièrement dans la région comprise entre Gênes et Pise. Nous savons que nombre de mss. en français ont été copiés dans les prisons de Gênes par des prisonniers pisans dans les années 1284-1299. Ça sera l’occasion pour faire le point sur la transmission textuelle de tout un panneau de la littérature française (le Tristan en prose, le cycle du Méliadus/Guiron et de l’Histoire ancienne jusqu’à César, des textes hagiographiques) dans la Péninsule. Un focus important sera fait sur la scripta employée par les copistes, un type linguistique spécial rentrant dans ce plus vaste domaine qu’on appelle le franco-italien.