Un fragment hagiographique à Leyde

Sous la cote BPL 3001/1, la Bibliotheek der Rijksuniversiteit conserve un fragment qui a été brièvement décrit par J. P. Gumbert dans les Mélanges de Linguistique, de Littérature et de Philologie Médiévales offerts à J.R. Smeets (Leiden, 1982), p. 149. Nous apportons ici quelques informations complémentaires. Le manuscrit était à l’origine à 2 colonnes : sur l’unique feuillet subsistant, seule reste la colonne extérieure et les dernières lettres de la colonne intérieure. Le feuillet est coupé en deux de haut en bas, mais la lecture n’en est pas affectée : les deux parties rapprochées reconstituent les lignes sans lacune.

Le texte est, comme l’a bien identifié J. P. Gumbert, est un fragment d’une vie de saint Hippolyte ; mais il ne s’agit pas d’une traduction de la Légende dorée. La même rédaction exactement se trouve dans le ms Paris, BnF, fr. 6447. On commencera par lire la face qui ne porte pas la cote, et qui est donc actuellement considérée comme le verso ; le haut de la page correspond à la 15e ligne du f. 292ra du manuscrit fr. 6447, et le bas de la colonne à la 15e ligne du f. 292rb. Après une lacune de deux colonnes correspondant à la moitié extérieure de la feuille, on reprend la lecture sur l’autre face : les deux scribes ont, pour une fois, structuré le texte de la même façon ; la lettrine Q, en haut de colonne dans le fragment, figure dans le ms. Bnf en bas du f. 292va ; la fin du fragment correspond à la ligne 25 du f. 292vb. Si une fin de ligne vierge en bas de colonne semble indiquer que la vie de saint Hippolyte s’achève ici, le récit compte une trentaine de lignes de plus dans la copie de la BnF. Ce dernier volume est datable, d’après les annales qu’il contient, de 1275. La copie de Leiden, que nous daterions d’après l’écriture plutôt de la première moitié du XIIIe siècle, lui serait donc antérieure. Le tracé des filigranes dans la panse des lettrines est très proche, et les deux exemplaires ont probablement été ornés dans la même zone géographique.

Marie-Laure Savoye et Anne-Françoise Leurquin