Un manuscrit « retrouvé » : le codex Torino, Biblioteca Nazionale e Universitaria, L. IV. 17

En 1902, Jules Camus annonçait, dans le « Bulletin de la Société des Anciens Textes Français », la découverte d’une seconde traduction de la Chirurgia d’Henri de Mondeville, préservée dans le manuscrit Torino, Biblioteca Nazionale e Universitaria, L. IV. 17. À cette occasion, il donna aussi une première description du contenu du codex. D’après sa description, il apparaît clairement que le manuscrit, un codex de grand format (300 x 210 mm.), transmettait un recueil unique de textes médicaux en français comprenant non seulement la Chirurgia d’Henri de Mondeville, mais aussi des traductions françaises de l’Antidotarium Nicolai, des Areolae de Jean de Saint-Amand, du Circa instans attribué à « Platearius », du « Macer floridus » (à savoir, du poème De viribus herbarum d’Odon de Meung). Les chercheurs n’eurent pas le temps de profiter de la découverte de Camus : en 1904, la Biblioteca Nazionale fut victime d’un terrible incendie, qui détruit une grande partie de la collection, et en particulier les manuscrits français. Le manuscrit fut longtemps considéré comme perdu, en dépit des notes publiées par Gustavo Vinay en 1947, qui signala l’existence de quelques fragments. Au mois d’avril, à l’occasion d’un séjour de recherche à la Biblioteca Nazionale, j’ai pu prendre connaissance, grâce à l’amabilité des bibliothécaires, du fait qu’une moitié du manuscrit avait en réalité survécu à l’incendie, et que les feuilles retrouvées avaient été restaurées en 2003 et reliées en deux volumes factices. Une troisième boîte préserve, à son tour, des feuilles isolées. Un premier repérage a permis d’identifier que quelques œuvres étaient préservées sous forme plus ou moins complète. Seule la première partie (f. 1-310) a survécu, tandis que la seconde (f. 311-548) est perdue. Une nouvelle description du manuscrit et de son contenu sera effectuée dans les mois prochains, pour permettre à la communauté scientifique de prendre connaissance de ce témoin exceptionnel et de redécouvrir un corpus unique de médecine en français du Moyen Âge tardif.

Iolanda VENTURA

 

Bibliographie :

Jules Camus, « La Seconde traduction de la Chirurgie de Mondeville (Turin, Bibl. Nat. L. IV. 17) », Bulletin de la Société des Anciens Texts Français, 28 (1902), p. 100-119.

Gustavo Vinay, « Contributo alla identificazione di alcuni manoscritti frammentari della Nazionale di Torino », Aevum, 21 (1947), p. 209-232.