Un nouveau témoin partiel de la « Somme le roi »

Dans son article sur une rédaction anglo-normande des Histoires de la Bible (« Les Histoires de la Bible en anglo-normand : une Bible factice », dans Pour acquérir honneur et pris, Mélanges de Moyen Français offerts à Giuseppe di Stefano, Montréal, 2004, p. 17-26), Maureen Boulton signale que dans deux copies, à la fin des chapitres consacrés à l’arrestation du Christ, l’auteur insère, sans souci chronologique, une parole du Christ qu’il a déjà employée au début de ce récit : « Ne poez vous une heure veiller od moy ? Depriez le mien pere de ciel qe vous ne chaez en temptacioun, et dictez ceste oroison, laquelle prochaine s’ensuit, en laquelle sont sept peticions qui souffisent au corps et a l’ame ». Ainsi est introduite une traduction du Pater suivie d’une analyse des sept pétitions. Masqué sous l’anonymat et sous de très légères variantes dans l’introduction de chacune des pétitions, ce commentaire de l’oraison dominicale n’est autre que celui que frère Laurent, confesseur de Philippe III, composa pour la Somme le roi. Il en forme le chapitre 51, en ouverture du grand septenaire dans lequel Laurent met en regard les dons du Saint-Esprit, les pétitions du Pater, les béatitudes, les vertus et les vices. Le ms. Paris, BnF fr. 6260, présente un texte fidèle à la rédaction habituelle de la Somme le roi (éd. E. Brayer et A.-F. Leurquin, Paris, SATF, 2008) ; seule la 6e pétition est assez variante. En revanche l’autre copie, London, BL Add. 54235, offre une rédaction largement remaniée.