Bern, Burgerbibliothek A 95

Le ms 95A de la Burgerbibliothek de Berne est un recueil de dix fragments médiévaux majoritairement en français. Il a été décrit par Hermann Hagen dans son Catalogus codicum bernensium (Bibliotheca Bongarsiana) en 1875 (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5490664f/f225.image).  Ce billet apporte des compléments et des identifications de textes.

En tête, les jeux-partis du fragment de chansonnier (http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/15257) correspondent aux n° Raynaud 704, 134, 1200, 1351, 841, 8, 1346, 958, 955bis, 1671, 928, 1094, 1798, 1794, 1774, 296, 942). Le second fragment conserve 38 feuillets d’un traduction anonyme de la Chirurgia de Lanfranc de Milan ; cette version (http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/2265) est connue par 3 copies parisiennes : BnF, fr. 2029, 19994 et naf. 11649. On rectifiera la lecture des premiers vers du poème pieux (2e élément du 3e fragment) ainsi : Qui est devant l’imaige a la Virge Marie / Qui por l’amor de lui est fete e establie / S’il porroit bien chanter ne diroit pas folie / Hui mes ne doit ge mal avoir, g’é veu m’amie (http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/15264). Ce poème en alexandrins ne semble pas connu par d’autres témoins. Le quatrième élément du recueil (13 feuillets du 14e siècle) se compose de deux morceaux provenant d’un recueil de sermons de Maurice de Sully (http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/2431) : de la fin du sermon 30 (éd. Robson, 1952), inc. ///vaise gent ne pueent estre el regne jusqu’au sermon 36, anoure, puis du sermon 27, largement acéphale, au sermon 29 dont il manque juste les dernières lignes (expl. …plus granz metier d’oir la///). La reine Blanche honorée par le Panégyrique de Blanche de Navarre (http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/15268) qui constitue le cinquième fragment est l’épouse du roi Philippe VI, morte en 1398. Le feuillet de l’Image du monde de Gossuin de Metz (http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/3739) (6e fragment dans le catalogue de Hagen) n’est plus conservé sous la cote A95 : il a été réintégré dans son manuscrit originel, le n° 393 de la même bibliothèque. Le fragment n° 7 provient d’une Chronique abrégée et continuée dite de Baudouin d’Avesnes dont on connaît 12 copies (http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/5326). Le bifolio du n° 9 est extrait d’une copie du Lancelot en prose (http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/4002). Dans la dernière pièce du recueil, enfin, le texte b (f. 5rb) est un autre passage de la traduction de la Consolation de Boèce par Renaut de Louhans (http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/3707) identifiée par Hagen f. 1-5 (Livre V, v. 7153–7914) ; curieusement, le 2e passage fait suivre immédiatement le v. 7914 par les v. 817–856 (Livre I, par. 4).