Rencontres du vers et de la prose : Pensée théorique et mise en page

Les 12 et 13 Décembre 2013 se tiendra à Paris (à la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations) un colloque sur le thème : « Rencontres du vers et de la prose : Pensée théorique et mise en page ». Il est organisé, pour le Centre d’Etudes du Moyen Âge de l’Université Paris 3, par Catherine Croizy-Naquet et Michelle Szkilnik. Christine Ruby, co-auteur du Catalogue des Manuscrits français du 12e s., y présentera une communication sur la forme et la mise en page des lapidaires français.

Vers et Prose

Un nouveau manuscrit destiné à Guillaume II Molé

Quoique frotté, sans doute intentionnellement par un possesseur ultérieur, l’écu décorant le champ de l’initiale ornée dans le manuscrit de la Bibliothèque Vaticane Reg. lat. 1362 (f. 1r) est resté néanmoins assez lisible pour permettre l’identification du destinataire. Il se blasonne de gueules à deux étoiles d’or en chef et un croissant d’argent en pointe. Il s’agit des armes pleines de la famille champenoise des Molé, originaire de Troyes, et dont l’ascension commença sous le règne de Charles VII avec Guillaume Molé.

Mais ce n’est pas à l’intention de ce dernier que fut copié le manuscrit, datable autour de 1500 par l’écriture et le style de l’enluminure, mais pour son fils aîné, Guillaume II, mort en 1507 (sur ce personnage, voir l’introduction de Françoise Bibolet dans François AVRIL, Maxence HERMANT et Françoise BIBOLET, Très riches heures de Champagne, Paris, 2007, p. 27-28).  On le savait déjà commanditaire avec son épouse, Simone Boucherat, d’un manuscrit de la Passion du Christ (Los Angeles, Getty Museum, ms. 25), portant les armoiries du couple et décoré par l’atelier d’un artiste lyonnais, Maître Guillaume Lambert. Il fut aussi possesseur d’un Doctrinal rural de Pierre Michault (voir Très riches heures de Champagne, p. 28) et peut-être, d’après François Avril (ibid., p. 184), d’un manuscrit des Faits des Romains conservé à Bruxelles (Bibliothèque royale, ms. 9040). Le présent volume, qui contient le Chevalier des dames, suivi du Testament de Pierre de Nesson, peut désormais être ajouté à cette liste.

Pleines, comme c’est le cas ici, les armes de Guillaume II Molé se distinguent de celles de la branche cadette (son frère Jean, puis son neveu Claude), tout aussi bibliophile, qui les brise par une bordure engrelée d’or. Le volume passa plus tard dans la bibliothèque de Jean et Pierre Bourdelot, et correspond au numéro 151 du catalogue de leurs manuscrits (voir Elisabeth PELLEGRIN, « Catalogue des manuscrits de Jean et Pierre Bourdelot », dans Scriptorium, t. 40 (1986), p. 214).

 

 

Soliloques de saint Augustin

Les gardes d’un épistolaire de l’Eglise de Beaune (Beaune, Bibliothèque Municipale, 30) conservent quelques bribes de méditation en ancien français (« fragment d’un traité de piété » d’après le CGM) que nous avons pu identifier comme la traduction anonyme des Soliloques pseudo-augustiniens (version A dans le classement de Geneviève Hasenohr).

Les passages conservés portent essentiellement sur la connaissance de Dieu, sur la Trinité et sur la prescience divine. Une seule rubrique peut fournir un point de repère (« de l’âme raisonnable »).

Ces fragments viennent s’ajouter aux 34 autres copies actuellement identifiées de cette traduction, en confirmant l’important succès médiéval.