Un important recueil de ballades à Copenhague

Repéré de longue date comme témoin du Testament de Jean de Meun, le manuscrit Ny. Kgl. S. 0062 f° de la Bibliothèque royale de Copenhague nous réservait en sa deuxième partie une belle surprise : après la traditionnelle suite Testament, Codicille, Sept articles, voilà qu’au feuillet 47 se « cachaient » les ballades 207 et 206 d’Eustache Deschamps.

Loin d’être isolées, elles ouvrent dans le manuscrit une série de plus d’une centaine de ballades (97 des Cent ballades éditées par Gaston Raynaud en 1905 et 25 pièces anonymes). De loin en loin dans cette série, on relève la présence du Lai mortel de Guillaume de Machaut, d’une ballade d’Alain Chartier, et du Lai de Notre-Dame de Boulogne de Georges Chastellain.

Grâce à l’aide de Clotilde Dauphant, qui dirige actuellement la réédition des oeuvres d’Eustache Deschamps, nous avons pu identifier quelques-unes de ces pièces, éditées en 1980 par Alessandro Vitale-Brovarone d’après un manuscrit de Turin. Un important travail reste cependant à faire pour identifier une vingtaine de poèmes, que le très mauvais état de conservation du manuscrit ne permet pas de déchiffrer de façon satisfaisante.

Ce billet se veut tout autant un appel aux spécialistes qu’une annonce d’une découverte importante pour la connaissance de la lyrique française de la fin du Moyen Âge.