Vanité des choses mondaines

En 1460, le théologien franciscain Jean Barthélemy compose pour les clarisses de l’abbaye de Longchamp un traité De la Vanité des Choses mondaines duquel on connaissait jusqu’alors trois copies, l’une provenant de l’Abbaye Sainte-Claire de Grenoble (Paris, BnF, fr. 13305), la deuxième des Célestins de Paris (Paris, BnF, fr. 9116, daté de 1474) ; l’origine de la troisième (Paris, Arsenal, 5102, daté de 1466) n’est pas connue.

Une quatrième copie, de provenance également inconnue pour l’instant, se trouve à Ann Arbor, sous la cote 228 de la University Library. Le texte y est donné sans ses pièces liminaires (prologue et invocation finale), dédiées à Jeanne Giraude, religieuse du couvent de Longchamp.