Un légendier extrait du Miroir historial

Le dépouillement du corpus hagiographique dans la base Jonas (http://jonas.irht.cnrs.fr) a permis d’identifier la source d’un fragment de légendier contenu dans le ms Paris, BnF, fr. 964, f. 150 à 163. La partie conservée était sans doute intégrée dans un recueil beaucoup plus volumineux, à en croire la foliotation ancienne qui la numérote de 458 à 481. L’extrait qui nous est parvenu est constitué de 20 légendes extraites du Miroir historial de Vincent de Beauvais, dans la traduction qu’en a faite Jean de Vignay. Le rédacteur du recueil semble avoir pioché sans méthode dans la grande histoire du monde de Vincent de Beauvais : les saints choisis, des martyrs romains aux confesseurs du XIe siècle, sont peu connus, sauf exception, et la plupart font même ici leur seule apparition dans le paysage hagiographique français médiéval. Aucun des critères habituels aux légendiers hagiographiques (organisation méthodique ou liturgique, volume établi pour les dévotions d’un ordre religieux, d’une maison particulière ou d’une région) ne semble avoir présidé au choix. L’utilisation du Miroir historial comme source est un cas unique dans l’hagiographie française et, à notre connaissance, dans l’hagiographie latine, malgré l’immense diffusion du Speculum historiale latin. L’étude du volume est en cours

Séminaire de philologie romane 2012-2013, Fabio Zinelli, EPHE

Les mercredis de 18 à 20 h, au bâtiment France, 190 avenue de France, 1er étage, salle 117  75013 PARIS. Première séance le mercredi 21 novembre 2012.

 

 Les conférences vont se développer – en alternance d’une semaine sur l’autre – selon deux axes de recherche distincts.

Le premier axe porte sur la tradition manuscrite de la poésie des troubadours (avec une introduction à l’étude de l’ancien occitan). L’objet privilégié de notre enquête sera le chansonnier Vega Aguiló (Barcelona, Biblioteca de Catalunya, 7-8). Compilé dans le milieu de la chancellerie d’Alphonse le Magnanime entre 1423 et 1432, ce vaste recueil associe aux poètes catalans de la génération précédant le grand Ausiàs March, vingt-cinq chansons des principaux troubadours et plusieurs poèmes de Guillaume de Machaut et Otton de Grandson. L’analyse d’un certain nombre de chansons de troubadours tels Blacasset, Raimbaut de Vaqueiras, Uc de Saint-Circ pourra fournir un bon point de repère pour illustrer les pratiques d’édition utilisées dans le domaine de la poésie lyrique médiévale.

Le deuxième axe porte sur l’expansion de la langue et de la littérature française en Italie au Moyen Age, et plus particulièrement dans le royaume de Naples à l’époque de la première dynastie angevine. Il s’agit de pénétrer dans un domaine susceptible de réserver encore quelques surprises. On peut s’étonner du nombre relativement faible de témoins qui peuvent être localisés à Naples, surtout si nous pensons à l’abondance de manuscrits français copiés en Toscane ou dans le Nord de l’Italie. Nous savons par ailleurs que des scribes et des miniaturistes français étaient actifs à Naples, y compris en dehors de la cours angevine. Ce constat expliquerait-il en partie que nous soyons parfois incapables de reconnaître en tant que ‘napolitains’ des mss. dont l’aspect extérieur nous paraît entièrement français ? D’ailleurs, seul le ms. fr. 688, ensemble de traductions de textes historiques (dont l’Histoire des Normands par Aimé du Mont-Cassin, récemment rééditée par M. Guéret-Laferté), est écrit dans un français truffé de formes italiennes méridionales. Son état linguistique ‘mixte’ n’est pas sans rappeler le mélange plus ou moins grammaticalisé de français et de formes dialectales du Nord de l’Italie dont le franco-italien  ‘classique’ nous fournit des nombreux exemples. Mais le ms. fr. 688 constitue un cas tout à fait exceptionnel. Une vingtaine d’autres manuscrits copiés par des scribes italiens – parmi lesquels on compte des témoins du Tristan en prose, du cycle du Méliadus/Guiron et de l’Histoire ancienne jusqu’à César – ont été considérés tour à tour par les philologues et par les historiens de l’art comme susceptibles d’avoir été copiés à Naples. De telles localisations n’ont pas toujours fait l’unanimité. Notre but sera celui d’examiner le plus large nombre de dossiers pour parvenir à une meilleure connaissance de la circulation et de la production de mss. en langue d’oïl dans l’Italie du Sud.

Livres et écritures en français et en occitan au XIIe siècle

 Maria Careri, Christine Ruby et Ian Short viennent de publier Livres et écritures en français et en occitan au XIIe siècle, le catalogue illustré de 97 manuscrits ou fragments de manuscrits préservant un projet d’écriture en ancien français ou en occitan datable du XIIe siècle.

Chaque notice met en regard une description codicologique et textuelle du manuscrit, et une ou plusieurs reproduction(s) photographique(s) pleine page en noir et blanc.

En raison même du projet scientifique sous-jacent à cette publication, une attention particulière a été apportée par les auteurs à la scripta et à l’écriture de chaque item. A cette fin, les notices incluent une reproduction grandeur nature de quelques lignes des pages qui ont dû être réduites pour la publication.

Références complètes : Maria Careri, Christine Ruby, Ian Short, Livres et écritures en français et en occitan au XIIe siècle : catalogue illustré, Rome, Viella, 2011, 274 p. (Scritture e libri del Medioevo).
ISBN 9788883346828. Prix : 60 €

A voir aussi un nouveau fragment


Maria Careri, « Ecrire en français au XIIe siècle »

Le jeudi 18 avril 2013, Maria Careri prononcera à l’Université de Namur une communication intitulée « Ecrire en français au XIIe siècle », communication inscrite dans le prolongement de la publication en 2011 de Livres et écritures en français et en occitan au XIIe siècle.

Cette communication fait partie d’un cycle de séminaires-conférences sur les « Pratiques médiévales de l’écrit » des départements d’Histoire et de Langues et Littératures françaises et romanes de l’Université de Namur.

Programme « Pratiques médiévales de l’écrit »