Veille bibliographique

Bon an, mal an, et malgré la fonte drastique des effectifs1, la section romane s’efforce de maintenir la tradition d’une veille bibliographique sur les textes et manuscrits en français et en occitan.

Principes

La veille retient essentiellement les éditions de textes (ainsi que leurs recensions) et les publications concernant la tradition manuscrite et la réception des oeuvres. Nous laissons volontairement de côté bon nombre des études littéraires, sauf lorsqu’elles permettent de se familiariser un peu avec des oeuvres mal connues ou peu étudiées.

Seules les publications correspondant à ses critères figurent dans Jonas2, où elles sont liées aux textes, manuscrits, ou personnes (auteurs, artistes, commanditaires, possesseurs) dont elles parlent.

Attention : en complément de toute recherche de bibliographie sur un texte ou un auteur, on pourra avoir intérêt à vérifier aussi les fiches des personnes (« intervenants ») associés.

Les éditions de textes, si elles ne contiennent pas de notices conséquentes et neuves des manuscrits témoins, ne sont pas systématiquement notées en bibliographie sur ces manuscrits. Pour établir une bibliographie exhaustive sur un manuscrit, il appartient au chercheur de consulter également les fiches de toutes les oeuvres qu’il contient.

Malgré tous nos efforts, la bibliographie dans Jonas ne saurait être exhaustive :

  • Pour les oeuvres et les auteurs, des compléments seront trouvés dans la bibliographie annuelle de Klapp, dans l’International Medieval Bibliography, sur internet (e.g. Arlima).
  • Pour les manuscrits, on pensera à faire un contrôle dans le bulletin codicologique de Scriptorium, et sur les catalogues informatisés des bibliothèques dépositaires.

Ce qui est dépouillé

Nous consultons chaque année

  • Près de 200 titres de périodiques. La liste en est mise en ligne, indiquant le numéro du dernier fascicule traité.
  • Un peu plus de 300 ouvrages (éditions de textes, études, actes de colloques, mélanges, catalogues de bibliothèques). Le registre des dépouillements faits a jusqu’à présent été tenu sur papier. Pour l’information de la communauté scientifique, il sera à partir de 2018 tenu sur ce blog, avec une page consacrée à chaque année de publication.

 

Cite this article as: Marie-Laure Savoye, "Veille bibliographique," in « Ou grant livraire », 05/11/2017, http://romane.hypotheses.org/947.

  1. Les ressources actuellement allouées ne permettent de consacrer que moins d’une journée hebdomadaire de travail d’une personne à cette mission. []
  2. Ce qui signifie que nous dépouillons bien plus que n’apparaît dans la base. []

Inventaire des manuscrits

Depuis 2015, la section a entrepris un redépouillement systématique des ressources sur chacun des fonds de manuscrits du monde. Ce travail sera long1, mais ses résultats en sont dès maintenant prometteurs.

Pour chaque ville traitée, il s’agit de croiser les informations disponibles dans la documentation papier de l’équipe, les catalogues imprimés, les données des sites web. Des missions sur place ne sont pas actuellement envisageables de façon systématique, mais on prend note des lacunes identifiées, afin d’être immédiatement en mesure de mettre à profit le déplacement de tel ou tel collaborateur.

Jusqu’à présent, la gestion de l’entreprise était faite sur un cahier de laboratoire papier. Il sera prochainement converti en fiches sur le Grand livraire.

Ce billet, ENCORE EN CHANTIER, est amené à évoluer régulièrement pour fournir la liste des villes et fonds ayant fait l’objet d’un travail systématique de documentation dans Jonas.

  1. A effectifs constants, une vingtaine d’années sera nécessaire []

Jonas : la conversion de la documentation papier

La première mission confiée à la base Jonas était l’informatisation des fichiers établis depuis 1941 à la section romane.

Voici un inventaire de ce qu’il s’agissait de traiter, l’exposé des méthodes, et les résultats atteints.

Fichiers auteurs et textes anonymes

C’étaient sans doute les fichiers les plus consultés par la communauté scientifique. Pour chaque texte identifié, des générations de chercheurs se souviennent de tiroirs où alternaient : des fiches oranges portant l’identification de l’oeuvre (titre, auteur, incipit, explicit, forme), des fiches vertes avec la liste des témoins manuscrits de chacun de ces textes et des fiches blanches avec la bibliographie.

Ces fichiers furent saisis en continu, de la lettre A à la lettre Z, avec comme objectif de sauvegarder au plus vite une documentation fragile (pour une raison fort pratique : les tiroirs ne comportaient pas de tringles métalliques, et un déplacement de fiches, un accident de manipulation, une soustraction… n’étaient que trop aisés).

Pour aller vite, il fallait renoncer à aller chercher dans la bibliographie ou les microfilms les informations absentes des fiches, sauf bien sûr incohérence manifeste avec d’autres données déjà saisies (c’est tout l’intérêt de la base de donnée relationnelle !). Il était facile de le faire, mais à l’échelle d’une base comptant aujourd’hui 20000 textes, c’était incompatible avec l’objectif défini comme prioritaire.

Plusieurs années plus tard, certaines fiches d’oeuvres de Jonas portent encore les traces de cette première phase du travail :

  • Même (et surtout) pour des oeuvres très connues, Jonas indique encore parfois « incipit à compléter » ; si l’information manquait sur la fiche cartonnée (par exemple pour des oeuvres très célèbres ou aux titres suffisamment rares pour ne pas engendrer d’ambiguïté), le choix a été fait de ne pas remonter aux sources permettant de combler la lacune.
  • Lorsque les fiches vertes ne précisaient pas à quels feuillets d’un manuscrit se trouvait le texte, le code employé a été de noter le chiffre zéro à la place du numéro de feuillet attendu.

Par ailleurs, depuis la fin des années 1990, la section romane avait recentré son travail de veille bibliographique sur les éditions de textes et les études de tradition manuscrite. Par souci de cohérence, la bibliographie  critique (commentaires littéraires, études historiques ou linguistiques) n’a pas été intégralement versée dans Jonas. Toutefois, une grande part de cette bibliographie est à disposition des chercheurs dans le Manuel bibliographique de Bossuat et le Dictionnaire des Lettres Françaises, deux entreprises nourries également de ces fichiers.

En tout, ce sont un peu plus de 35m linéaires de petites fiches qui ont été saisis par Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye, avec le renfort de Vladimir Agrigoroaei.

Fichiers thématiques

A côté de ce classement par auteur ou par titre, des fichiers thématiques avaient été constitués pour des textes qui se laissaient mal classer par les deux méthodes précédentes, ou pour des textes qui gagnaient à être traités en série. On disposait ainsi de tiroirs de fiches sur les textes historiques (chroniques, généalogies…), la didactique morale et spirituelle, les prières et les traductions bibliques, l’hagiographie, le théâtre, le droit, les sciences et la médecine, les textes dits « de la vie quotidienne » (règles de vie, livres de raison, méthodes en tous genres), la lyrique de la fin du moyen âge (chants royaux, ballades, rondeaux). Le sort qui leur a été réservé a été plus variable.

  • Le fichier des chants royaux, ballades et rondeaux a été saisi en continu comme l’avaient été les fichiers par auteur ou par titre (Cécile Bruneau, Anne-Françoise Leurquin, Marie-Laure Savoye).
  • L’hagiographie a été le premier corpus traité dans Jonas de façon exhaustive et avec retour aux sources manuscrites, sous la direction d’Anne-Françoise Leurquin (spécialiste du domaine, auteur principal déjà du fichier papier), en tandem avec Marie-Laure Savoye, et avec la collaboration de Michele Bellotti et Simone Ventura.
  • Estelle Doudet a mis à profit son rattachement temporaire à la section romane (2011-2012) pour saisir une partie du fichier Théâtre profane.

Les autres « tiroirs » seront progressivement traités, en fonction des compétences disponibles parmi les membres statutaires de l’équipe.

Incipitaire et explicitaire

Ces deux fichiers n’ont pas fait l’objet de saisie systématique. La possibilité d’interroger Jonas par incipit ou explicit les rend progressivement caducs.

Fichiers manuscrits

Complémentaire des fichiers « textes », la section romane tenait un fichier « manuscrit », dont le code couleur était le suivant : fiche rose indiquant qu’une notice du manuscrit avait été établie par la section romane (voir infra), fiche verte ou bleue donnant les références des microfilms ou microfiches si nous en disposions, fiches blanches pour la bibliographie. Le tout classé par ordre des noms de ville, puis des lieux de dépôt, puis des cotes.

Dans la mesure où la saisie « au kilomètre » des fichiers « textes » nous paraissait avoir fait entrer dans Jonas l’essentiel, nous avons fait un choix de plus long traitement. Il s’explique aussi par notre conscience que les moyens modernes rendaient moins nécessaire la mise à disposition d’une proportion non négligeable des informations (extraites des catalogues, eux-mêmes de plus en plus souvent accessibles en ligne).

Aussi ce travail de saisie a-t-il été intégré à celui qu’on trouvera décrit ailleurs sous l’intitulé d’Inventaire des manuscrits.

Notices de manuscrits

Sous forme de dossiers dactylographiés ou manuscrits, la section romane disposait au lancement de Jonas d’environ 2000 notices de manuscrits français médiévaux. Scientifiquement, il était primordial que les données en soient versées dans Jonas. Certains de ces dossiers cependant contenaient bien plus que les données normées et chiffrées que pouvait accepter la base de données. Aussi, en complément du travail de saisie (Anne-Françoise Leurquin, Cécile Bruneau, Julie Métois, Marie-Laure Savoye), on a procédé à la numérisation d’une partie de ces dossiers1.

Depuis les fiches Jonas, le lien vers la notice numérisée en pdf (interrogeable en mode texte avec un peu d’erreur) peut se trouver soit juste en dessous de la cote2, soit dans la bibliographie.

Celles de l’Arsenal et de la BnF peuvent être feuilletées sur Gallica ; les autres dans la plateforme Ideal de l’IRHT.

Environ 200 notices doivent encore être traitées (notamment pour des manuscrits d’Oxford et Vienne).

Bibliographie informatisée (Bibliomac)

Dès les années 1980, la section romane avait troqué les fiches blanches cartonnées pour un logiciel de bibliographie, « Bibliomac ». Il contient 18000 références bibliographiques indexées, dont le versement dans Jonas, avec les liens pertinents vers les oeuvres et manuscrits, n’a pas pu être automatisé. Anne-Françoise Leurquin est en charge actuellement de la réindexation de l’ensemble des références.

  1. Pour les notices de manuscrits de l’Arsenal ou de la BnF, le chantier a été pris en charge financièrement et humainement par la BnF ; pour les autres manuscrits, il a été mené à l’IRHT sur financement Biblissima. []
  2. Lien cliquable « Notice Section romane IRHT » []

Des fiches cartonnées à PHP MySQL

Avant l’informatique

C’est en 1941 qu’Edith Brayer, jeune archiviste paléographe, reçut la mission de mettre en place, au sein de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, une équipe travaillant sur les textes et manuscrits « romans »1.

L’organisation de la documentation découlait assez naturellement du sujet  à traiter : 

  1. Des tiroirs de fiches recensant des textes ;
  2. Un inventaire sous forme de fiches également des manuscrits contenant français ou occitan, et la bibliographie s’y rapportant (parfois ils n’étaient connus que de la bibliographie, parfois l’IRHT en détenait une reproduction photographique, également mentionnée ici);
  3. Un incipitaire et un explicitaire, encore aujourd’hui fort utiles lorsqu’on trébuche sur l’identification d’un texte;
  4. Des dossiers suspendus de notices manuscrites ou dactylographiées : en lien avec les campagnes photographiques françaises pour lesquelles l’IRHT avait été mandaté, un grand nombre des manuscrits français et occitans des bibliothèques municipales furent décrits au fil des générations ; par ailleurs, la section romane prit rapidement l’habitude d’organiser des campagnes de descriptions systématiques dans des bibliothèques étrangères.

2001-2002. Tâtonnements

A la fin de l’année 2001, la Section romane vient de publier l’Album des Manuscrits français du 13e s. La responsable, Sylvie Lefèvre, lance immédiatement l’idée d’un nouveau projet collectif : c’est le projet alors très audacieux d’informatisation de l’ensemble de la documentation papier décrite ci-dessus.

Elle confie à Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye la tâche de choisir un logiciel adapté, et de mettre en place le nouvel outil. A cette date, PHP MySQL est pratiquement inconnu en France, et le choix se fait entre Access et Filemaker. Il apparaît très vite qu’Access offre le plus de possibilités de conception d’une base de données relationnelle. A.-F. Leurquin et M.-L. Savoye font un premier développement.

Le prototype n’est pas totalement bancal : il parvient à convaincre l’équipe et la direction du laboratoire qu’il vaut la peine de poursuivre l’aventure. Il n’est pas totalement convaincant toutefois, aucune des deux personnes impliquées n’ayant reçu de formation informatique poussée. Un marché est lancé pour le développement, par un professionnel, d’une base Access perfectionnée.

2003. Jonas rencontre Michel Grech

C’est Michel Grech, pour la société Infotique, qui décroche le marché. C’est lui qui change définitivement la vie et la physionomie de Jonas.

Il explique à ses interlocutrices que leur erreur fondamentale est d’avoir projeté dans Access la structure de la documentation papier, quand toute conception de base de données devait s’appuyer moins sur le projet que sur la structure de l’objet d’étude. Avec lui, elles dissèquent les manuscrits et les textes médiévaux, pour en arriver à la modélisation qui garantira qu’alors comme à l’avenir, la base puisse répondre à toutes les questions qu’on posera à l’objet.

Il met également en place un système de gestion des descriptions (qu’elles portent sur des textes ou des livres) parfaitement évolutif, sans l’intervention d’un développeur. L’idée est là encore que nul ne peut prédire quelles données traqueront les projets futurs et qu’il faut s’assurer que l’outil sera toujours prêt à répondre.

Et bien sûr, Michel Grech développe la base Access qu’on lui avait commandée. Elle tournera trois ans, en accès local uniquement, mais en multiposte.

2008-2010. La migration vers PHP MySQL

Les pratiques de travail ont évolué. Internet a définitivement rendu caduque la consultation locale des bases de données. La direction de l’IRHT soutient dès 2008 la migration de Jonas vers PHP MySQL, pour une alimentation et une consultation par le web.

Ce sont alors les équipes du Pôle numérique de l’IRHT qui prennent le relai, et surtout Olivier Marlet, Cyril Masset et Henri Seng. L’essentiel des fonctionnalités est en place fin 2010 ; les développements se poursuivent encore jusqu’à aujourd’hui, au coup par coup.

En 2011, un marché a été passé par ailleurs avec GFI pour le développement d’un moteur de recherche complexe, non visible pour l’heure des internautes, car d’accès restreint aux personnes habilitées à modifier les données de Jonas.

Pour en savoir plus sur ce que vous trouverez dans la base, rendez-vous à la rubrique « Alimentation« .

 

 

 

 

 

  1. Si dans l’histoire de la section romane, il y a toujours eu une petite place pour les langues romanes étrangères au territoire de l’actuelle France, l’essentiel de la documentation et des projets a toujours concerné ancien et moyen français, et dans une moindre mesure occitan. []