Archives de catégorie : Découvertes

Miracles de Notre-Dame, encore un fragment

A la recherche de tout autre chose, j’ai repéré il y a quelque temps la mention de miracles de la Vierge en français dans la notice d’un cartulaire de l’abbaye de Westminster, aujourd’hui London, College of arms, Young 72. Les photos viennent de m’en parvenir… ce n’était pas ce que j’espérais, mais tout de même : sur deux colonnes de 46 lignes, d’une écriture appliquée du début du 14e s., sans décor (lettrines non réalisées), c’est un nouveau fragment des Miracles de Notre-Dame de Gautier de Coinci.

Le premier feuillet contient la fin de I Mir 31 (Sacristain visité), depuis le v. 232 ; suivie comme attendu de I Mir 32 (Image du sarrasin), vers 1 à 129.

Le second feuillet est plus curieux. Il commence par II Mir 12 (Siège de Constantinople), sans la « queue » (l’épilogue des miracles de Gautier de Coinci), soit du v. 1 au v. 206. La lacune est le fait du copiste et n’est nullement due à un accident matériel. Le témoin se poursuit avec les six premiers vers de I Mir 23.

La destructuration précoce (début du 14e s.) du recueil de Gautier est le principal intérêt de ce nouveau témoin, que pour cette raison, et par l’écriture, on rapprochera de Neuchâtel, Bibliothèque publique, 4816 (AF A3).

Le fragment a appartenu à Brent Reynell Spiller († 1736), de Shepperton (dans le Middlesex), d’après une mention portée en haut du second feuillet (identification avec l’aide d’Anne-Françoise Leurquin).

 

 

Un nouveau fragment de la « Somme le roi » de frère Laurent

Sous la cote BPL 2514 B 65, la Bibliothèque Universitaire de Leyde conserve un fragment du XIVe siècle de la Somme le roi jusqu’à présent non identifié. On peut y lire les 19 premières lignes en haut d’un feuillet, sur la largeur d’une colonne. Le morceau a été découpé en 5 languettes verticales mais les coups de ciseaux n’ont guère amputé les lignes. Le fragment correspond au chapitre 32, § 201-206 et 226-228 de l’édition Brayer et Leurquin (Paris, SATF, 2008) : dans son traité des vices, frère Laurent traite de l’orgueil et de ses subdivisions (chap. 32). La première branche, déloyauté, se divise en 3, vilenie, forsenerie et renoierie.  Dans le fragment de Leyde, on peut lire les dernières lignes du paragraphe sur la vilenie et les premières lignes sur la forsenerie. La lettrine du recto est de facture italienne mais l’écriture ne l’est pas et la langue est un français sans particularité dialectale.

Un nouveau témoin partiel de la « Somme le roi »

Dans son article sur une rédaction anglo-normande des Histoires de la Bible (« Les Histoires de la Bible en anglo-normand : une Bible factice », dans Pour acquérir honneur et pris, Mélanges de Moyen Français offerts à Giuseppe di Stefano, Montréal, 2004, p. 17-26), Maureen Boulton signale que dans deux copies, à la fin des chapitres consacrés à l’arrestation du Christ, l’auteur insère, sans souci chronologique, une parole du Christ qu’il a déjà employée au début de ce récit : « Ne poez vous une heure veiller od moy ? Depriez le mien pere de ciel qe vous ne chaez en temptacioun, et dictez ceste oroison, laquelle prochaine s’ensuit, en laquelle sont sept peticions qui souffisent au corps et a l’ame ». Ainsi est introduite une traduction du Pater suivie d’une analyse des sept pétitions. Masqué sous l’anonymat et sous de très légères variantes dans l’introduction de chacune des pétitions, ce commentaire de l’oraison dominicale n’est autre que celui que frère Laurent, confesseur de Philippe III, composa pour la Somme le roi. Il en forme le chapitre 51, en ouverture du grand septenaire dans lequel Laurent met en regard les dons du Saint-Esprit, les pétitions du Pater, les béatitudes, les vertus et les vices. Le ms. Paris, BnF fr. 6260, présente un texte fidèle à la rédaction habituelle de la Somme le roi (éd. E. Brayer et A.-F. Leurquin, Paris, SATF, 2008) ; seule la 6e pétition est assez variante. En revanche l’autre copie, London, BL Add. 54235, offre une rédaction largement remaniée.