Archives de catégorie : Coups de projecteur

Manuscrits français de Saint-Pétersbourg

Dans le cadre du programme Biblissima, la section romane s’efforce d’entrer dans la base Jonas toutes les notices rédigées par les générations successives des chercheurs et ingénieurs de l’équipe. L’ouverture des boîtes d’archives est l’occasion d’exhumer des documents précieux. Ainsi, de même que nous avions eu la joie de faire connaître ici l’exceptionnel travail d’Edith Brayer sur les collections d’Aberystwyth, nous venons d’enrichir Jonas de nombreuses notices de manuscrits actuellement à Saint-Pétersbourg, à la National Library of Russia, et que nos collègues Geneviève Brunel, Sylvie Lefèvre et Gillette Labory ont pu étudier en 1991-1993.

A partir des notes manuscrites conservées dans les archives de l’équipe, Julie Métois a documenté aussi précisément que possible les fiches de Jonas. Des transcriptions de textes ou des schémas réalisés par nos collègues ont été numérisés et seront prochainement joints aux notices en ligne.

Voici la liste des notices nouvellement publiées :

Bourses post-doctorales

Le LabEx Hastec (Laboratoire d’excellence Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances) vous proposent quatre contrats doctoraux (3 ans : 2016-2019) et 8 contrats post-doctoraux (1 an : 2016-2017). 

 

Le formulaire de candidature en ligne seulement, ainsi que le détail de l’appel, des conditions d’admission et de sélection sont disponibles à l’adresse suivante :

 

http://www.hesam.eu/labexhastec/2016/01/19/janvier-2016-appel-projet-pour-les-contrats-doctoraux-et-post-doctoraux/

 

Veuillez également trouver ci-joint les trois documents constituant la publication de l’Appel à candidature :

– un texte de présentation générale, décrivant la composition des dossiers de candidature, sous format .pdf

– deux documents Word correspondant aux fiches synthétiques à joindre obligatoirement aux dossiers de candidature (une pour les contrats doctoraux, une pour les contrats post-doctoraux).

 

Dépôt des dossiers d’inscription :  

 

avant le mercredi 9 mars 2016 (avant 9h) pour les candidatures aux contrats post-doctoraux

avant le mardi 3 mai 2015 (avant 9h) pour les candidatures aux contrats doctoraux

 

A ce jour, un nombre déjà important de jeunes étudiants et chercheurs de plusieurs disciplines ont pu profiter de ces contrats(www.hesam.eu/labexhastec/category/laureats/doctorants/ et www.hesam.eu/labexhastec/category/laureats/post-doctorants/ )

 

Je vous serais reconnaissant de diffuser très largement cet appel à candidatures auprès des étudiants et des jeunes chercheurs qui travaillent dans vos réseaux et vos institutions afin de susciter le plus grand nombre de candidatures possible.

 

Très cordialement,
Philippe Hoffmann

Directeur du LabEx HASTEC

Un fragment hagiographique à Leyde

Sous la cote BPL 3001/1, la Bibliotheek der Rijksuniversiteit conserve un fragment qui a été brièvement décrit par J. P. Gumbert dans les Mélanges de Linguistique, de Littérature et de Philologie Médiévales offerts à J.R. Smeets (Leiden, 1982), p. 149. Nous apportons ici quelques informations complémentaires. Le manuscrit était à l’origine à 2 colonnes : sur l’unique feuillet subsistant, seule reste la colonne extérieure et les dernières lettres de la colonne intérieure. Le feuillet est coupé en deux de haut en bas, mais la lecture n’en est pas affectée : les deux parties rapprochées reconstituent les lignes sans lacune.

Le texte est, comme l’a bien identifié J. P. Gumbert, est un fragment d’une vie de saint Hippolyte ; mais il ne s’agit pas d’une traduction de la Légende dorée. La même rédaction exactement se trouve dans le ms Paris, BnF, fr. 6447. On commencera par lire la face qui ne porte pas la cote, et qui est donc actuellement considérée comme le verso ; le haut de la page correspond à la 15e ligne du f. 292ra du manuscrit fr. 6447, et le bas de la colonne à la 15e ligne du f. 292rb. Après une lacune de deux colonnes correspondant à la moitié extérieure de la feuille, on reprend la lecture sur l’autre face : les deux scribes ont, pour une fois, structuré le texte de la même façon ; la lettrine Q, en haut de colonne dans le fragment, figure dans le ms. Bnf en bas du f. 292va ; la fin du fragment correspond à la ligne 25 du f. 292vb. Si une fin de ligne vierge en bas de colonne semble indiquer que la vie de saint Hippolyte s’achève ici, le récit compte une trentaine de lignes de plus dans la copie de la BnF. Ce dernier volume est datable, d’après les annales qu’il contient, de 1275. La copie de Leiden, que nous daterions d’après l’écriture plutôt de la première moitié du XIIIe siècle, lui serait donc antérieure. Le tracé des filigranes dans la panse des lettrines est très proche, et les deux exemplaires ont probablement été ornés dans la même zone géographique.

Marie-Laure Savoye et Anne-Françoise Leurquin

Un manuscrit « retrouvé » : le codex Torino, Biblioteca Nazionale e Universitaria, L. IV. 17

En 1902, Jules Camus annonçait, dans le « Bulletin de la Société des Anciens Textes Français », la découverte d’une seconde traduction de la Chirurgia d’Henri de Mondeville, préservée dans le manuscrit Torino, Biblioteca Nazionale e Universitaria, L. IV. 17. À cette occasion, il donna aussi une première description du contenu du codex. D’après sa description, il apparaît clairement que le manuscrit, un codex de grand format (300 x 210 mm.), transmettait un recueil unique de textes médicaux en français comprenant non seulement la Chirurgia d’Henri de Mondeville, mais aussi des traductions françaises de l’Antidotarium Nicolai, des Areolae de Jean de Saint-Amand, du Circa instans attribué à « Platearius », du « Macer floridus » (à savoir, du poème De viribus herbarum d’Odon de Meung). Les chercheurs n’eurent pas le temps de profiter de la découverte de Camus : en 1904, la Biblioteca Nazionale fut victime d’un terrible incendie, qui détruit une grande partie de la collection, et en particulier les manuscrits français. Le manuscrit fut longtemps considéré comme perdu, en dépit des notes publiées par Gustavo Vinay en 1947, qui signala l’existence de quelques fragments. Au mois d’avril, à l’occasion d’un séjour de recherche à la Biblioteca Nazionale, j’ai pu prendre connaissance, grâce à l’amabilité des bibliothécaires, du fait qu’une moitié du manuscrit avait en réalité survécu à l’incendie, et que les feuilles retrouvées avaient été restaurées en 2003 et reliées en deux volumes factices. Une troisième boîte préserve, à son tour, des feuilles isolées. Un premier repérage a permis d’identifier que quelques œuvres étaient préservées sous forme plus ou moins complète. Seule la première partie (f. 1-310) a survécu, tandis que la seconde (f. 311-548) est perdue. Une nouvelle description du manuscrit et de son contenu sera effectuée dans les mois prochains, pour permettre à la communauté scientifique de prendre connaissance de ce témoin exceptionnel et de redécouvrir un corpus unique de médecine en français du Moyen Âge tardif.

Iolanda VENTURA

 

Bibliographie :

Jules Camus, « La Seconde traduction de la Chirurgie de Mondeville (Turin, Bibl. Nat. L. IV. 17) », Bulletin de la Société des Anciens Texts Français, 28 (1902), p. 100-119.

Gustavo Vinay, « Contributo alla identificazione di alcuni manoscritti frammentari della Nazionale di Torino », Aevum, 21 (1947), p. 209-232.