Chanson de geste ? Ou pas chanson de geste ?

Le 8 août, en dépouillant le tout récent catalogue de manuscrits de Peterhouse College (Cambridge),  je suis tombée sur la mention d’un fragment français du 12e s. Illico, j’ai fait appel à nos spécialistes de la période, Christine Ruby et Maria Careri.

Grâce au dynamisme de Maria et à la générosité de la bibliothécaire de Peterhouse College, nous avions quelques jours plus tard les photos. Deux bandes de parchemin… avec des bouts de vers, en strophes monorimes de longueurs variables (laisses ?).

Christine Ruby vient d’avoir l’idée de réunir les deux bandes en en inversant le sens, et nous voici avec des vers presque complets ! Ce qui ne nous permet toujours pas hélas d’identifier le texte. Parmi les indices qui mettront l’un ou l’autre de nos lecteurs sur une piste, des mots rares ou dans un sens rare (caitivage, garantage, ambage), et une comparaison avec l’empereur « Maxent ».

Voici ce qu’on peut lire des 28 lignes conservées :

///it faire com en sen ///

///ment sa force e sa vigor

///heom lui or ravom nostre hono[r]

///os conquist Jesus le raineor (dub)

///edurable e d’anfernal tristor

///cius en le grant resplendor

///mais non (dub) li peccheor

///t croire ne lui porter amor

///orones plus bien olans que flor

///imens espece ne licor

///ter Maxent l’empereor

///stre fait il com traitor

///t deables ne pensa a nul jor

///arbrin sus el plus haut estage

///lez del pais le barnage

///iez ki fu de grant age

///enu le chef e le visage

///t il tot soit voir o ambage

///n e formast a sa ymage

///e nasqui si vaillant ne si sage

///e mist en caitivage

///ar ke tot son lignage

/// sens avoir garantage

///ais nis (dub) el derrer eage (dub)

///ort ço par est si salvage

///e cil sunt plain de rage

///aploient lor corage

///ent cil ki unt esc///

L’attribution au 12e s. n’est pas improbable, mais la copie serait sans doute plutôt de la fin du siècle. A ajouter donc au catalogue de nos trois collègues.

Quant au texte, s’agit-il d’une chanson de geste ? A nos lecteurs de nous aider…

Dès maintenant, nous ne pouvons que remercier très sincèrement M. Thomson d’avoir signalé le fragment et Mme Celmare de Peterhouse College de son aide précieuse.

 

Qui connaît ? Appel à l’aide pour l’identification d’une chronique universelle abrégée

Le manuscrit 431 de la Bibliothèque municipale de Bourges contient une chronique très abrégée (du 5e s. avant JC à 1276 en 55 feuillets peu denses) que nous ne croyons pas avoir repérée ailleurs. Nous lançons un appel aux spécialistes des textes historiques en moyen français pour en préciser l’identification.

Sur une large part, la chronique pourrait avoir pour source le Speculum historiale de Vincent de Beauvais. En voici quelques indices :

  1. La première histoire lisible (le début du manuscrit est fortement endommagé) est celle du procès entre Euathlos et Prothagoras, telle qu’on la lit au livre IV, chapitre 55 du Speculum historiale.
  2. Ici, comme quelques lignes plus bas à propos de Socrate, la source citée par l’auteur français est celle qu’invoque également Vincent de Beauvais, Aulu Gelle.
  3. Nous avons comparé la biographie du roi Alfred ; les détails donnés par l’auteur français (chandelle coupée en trois pour répartir équitablement le temps entre soins du corps, soins de l’esprit et repos ; liste des traductions, etc.) sont tous présents chez Vincent (qui les emprunte à Guillaume de Malmesbury), alors qu’on les cherche en vain dans les sources latines que nous avons pu consulter par exemple dans les MGH.

En revanche, pour les siècles les plus récents, nous ne savons pas quelle est la source utilisée. La copie s’interrompt accidentellement sur les déboires de Pierre de la Broce.

Stylistiquement, la chronique a pour caractéristique de commencer tous ses paragraphes, très courts, par la formule « En celi temps ». Pour paraître banale, cette formule ne se retrouve pas de façon systématique dans d’autres productions comparables comme Li Livres hystorialz abbrigiez que freires Vincens de Beauvaiz de l’ordre des preschours fist du manuscrit français 9558 de la BNF ou le Miroir historial abrégé  de Jean de Noyal.

Avis aux spécialistes…