Archives de catégorie : Billets

Printemps des Poètes

UNIVERSITE PARIS-SORBONNE

Séminaire « Le Printemps des poètes »

Année 2017 : Eustache Deschamps et l’Anthologie lyrique

 

Organisation : Sylvie Lefèvre, Clotilde Dauphant, Jacqueline Cerquiglini-Toulet

 

Ballade d’Eustache Deschamps (Paris, BnF, f. 840, f. 6vb)

 

❦Le séminaire du printemps 2017 adopte une forme différente de celle des deux années précédentes. Les formes lyriques restent au centre de l’exploration, mais nous proposons des séances de travail ouvertes, consacrées au corpus d’Eustache Deschamps en cours de réédition par notre équipe (1, 3 et 5) ainsi que deux séances (2 et 4) destinées à préparer le séminaire de 2018 sur l’Anthologie lyrique des xive et xve siècles.

 

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente

 

Calendrier des séances

 

1.Vendredi 10 mars (10h-12h) Salle D 116

Julien Abed et Laëtitia Tabard : Ballades amoureuses et virelais de Deschamps

 

  1. Vendredi 21 avril (9h-11h) Salle D 421

Sylvie Lefèvre : Charles d’Orléans hors album

 

  1. Vendredi 5 mai (9h-11h) Salle D 421

Laura Kendrick et Miren Lacassagne : Lais et chansons royales de Deschamps

 

  1. Vendredi 12 mai (10h-12h) Salle D 116

Clotilde Dauphant, Isabelle Ragnard et Laëtitia Tabard : Le Jardin de plaisance et fleur de rethorique

 

  1. Vendredi 9 juin (10h-12h) Salle D 116

Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Clotilde Dauphant et Sylvie Lefèvre : Les ballades  de moralité de Deschamps du tome I des futures Œuvres complètes

 

 

Qui connaît ? Appel à l’aide pour l’identification d’une chronique universelle abrégée

Le manuscrit 431 de la Bibliothèque municipale de Bourges contient une chronique très abrégée (du 5e s. avant JC à 1276 en 55 feuillets peu denses) que nous ne croyons pas avoir repérée ailleurs. Nous lançons un appel aux spécialistes des textes historiques en moyen français pour en préciser l’identification.

Sur une large part, la chronique pourrait avoir pour source le Speculum historiale de Vincent de Beauvais. En voici quelques indices :

  1. La première histoire lisible (le début du manuscrit est fortement endommagé) est celle du procès entre Euathlos et Prothagoras, telle qu’on la lit au livre IV, chapitre 55 du Speculum historiale.
  2. Ici, comme quelques lignes plus bas à propos de Socrate, la source citée par l’auteur français est celle qu’invoque également Vincent de Beauvais, Aulu Gelle.
  3. Nous avons comparé la biographie du roi Alfred ; les détails donnés par l’auteur français (chandelle coupée en trois pour répartir équitablement le temps entre soins du corps, soins de l’esprit et repos ; liste des traductions, etc.) sont tous présents chez Vincent (qui les emprunte à Guillaume de Malmesbury), alors qu’on les cherche en vain dans les sources latines que nous avons pu consulter par exemple dans les MGH.

En revanche, pour les siècles les plus récents, nous ne savons pas quelle est la source utilisée. La copie s’interrompt accidentellement sur les déboires de Pierre de la Broce.

Stylistiquement, la chronique a pour caractéristique de commencer tous ses paragraphes, très courts, par la formule « En celi temps ». Pour paraître banale, cette formule ne se retrouve pas de façon systématique dans d’autres productions comparables comme Li Livres hystorialz abbrigiez que freires Vincens de Beauvaiz de l’ordre des preschours fist du manuscrit français 9558 de la BNF ou le Miroir historial abrégé  de Jean de Noyal.

Avis aux spécialistes…

Manuscrits français de Saint-Pétersbourg

Dans le cadre du programme Biblissima, la section romane s’efforce d’entrer dans la base Jonas toutes les notices rédigées par les générations successives des chercheurs et ingénieurs de l’équipe. L’ouverture des boîtes d’archives est l’occasion d’exhumer des documents précieux. Ainsi, de même que nous avions eu la joie de faire connaître ici l’exceptionnel travail d’Edith Brayer sur les collections d’Aberystwyth, nous venons d’enrichir Jonas de nombreuses notices de manuscrits actuellement à Saint-Pétersbourg, à la National Library of Russia, et que nos collègues Geneviève Brunel, Sylvie Lefèvre et Gillette Labory ont pu étudier en 1991-1993.

A partir des notes manuscrites conservées dans les archives de l’équipe, Julie Métois a documenté aussi précisément que possible les fiches de Jonas. Des transcriptions de textes ou des schémas réalisés par nos collègues ont été numérisés et seront prochainement joints aux notices en ligne.

Voici la liste des notices nouvellement publiées :

Un manuscrit d’Alexandre Petau à Copenhague

A l’occasion d’un travail sur la provenance des manuscrits français de la Bibliothèque Vaticane, nous nous sommes plongées dans l’inventaire des manuscrits d’Alexandre Petau, inventaire classé par nom d’auteur et non par cote.  Pour chaque entrée, après une brève indication de contenu figure une (ou plusieurs) cote(s) dans la collection de Petau.

Un même numéro (579) associe l’Estrif de Fortune et le Lai de confession de Robert Regnault, « grand bedeau de l’Université d’Angers ».

On peut selon toute vraisemblance reconnaître sous ce numéro le manuscrit Thott 0311 8° de la Bibliothèque royale de Copenhague. Il y a fort à parier que le volume a d’abord transité, comme une majeure partie des manuscrits d’Alexandre Petau, par la bibliothèque royale de Suède. En revanche, il n’aura pas rejoint les caisses de Christine de Suède lors de l’abdication de la reine et de son départ pour Rome.