Jonas : la conversion de la documentation papier

La première mission confiée à la base Jonas était l’informatisation des fichiers établis depuis 1941 à la section romane.

Voici un inventaire de ce qu’il s’agissait de traiter, l’exposé des méthodes, et les résultats atteints.

Fichiers auteurs et textes anonymes

C’étaient sans doute les fichiers les plus consultés par la communauté scientifique. Pour chaque texte identifié, des générations de chercheurs se souviennent de tiroirs où alternaient : des fiches oranges portant l’identification de l’oeuvre (titre, auteur, incipit, explicit, forme), des fiches vertes avec la liste des témoins manuscrits de chacun de ces textes et des fiches blanches avec la bibliographie.

Ces fichiers furent saisis en continu, de la lettre A à la lettre Z, avec comme objectif de sauvegarder au plus vite une documentation fragile (pour une raison fort pratique : les tiroirs ne comportaient pas de tringles métalliques, et un déplacement de fiches, un accident de manipulation, une soustraction… n’étaient que trop aisés).

Pour aller vite, il fallait renoncer à aller chercher dans la bibliographie ou les microfilms les informations absentes des fiches, sauf bien sûr incohérence manifeste avec d’autres données déjà saisies (c’est tout l’intérêt de la base de donnée relationnelle !). Il était facile de le faire, mais à l’échelle d’une base comptant aujourd’hui 20000 textes, c’était incompatible avec l’objectif défini comme prioritaire.

Plusieurs années plus tard, certaines fiches d’oeuvres de Jonas portent encore les traces de cette première phase du travail :

  • Même (et surtout) pour des oeuvres très connues, Jonas indique encore parfois « incipit à compléter » ; si l’information manquait sur la fiche cartonnée (par exemple pour des oeuvres très célèbres ou aux titres suffisamment rares pour ne pas engendrer d’ambiguïté), le choix a été fait de ne pas remonter aux sources permettant de combler la lacune.
  • Lorsque les fiches vertes ne précisaient pas à quels feuillets d’un manuscrit se trouvait le texte, le code employé a été de noter le chiffre zéro à la place du numéro de feuillet attendu.

Par ailleurs, depuis la fin des années 1990, la section romane avait recentré son travail de veille bibliographique sur les éditions de textes et les études de tradition manuscrite. Par souci de cohérence, la bibliographie  critique (commentaires littéraires, études historiques ou linguistiques) n’a pas été intégralement versée dans Jonas. Toutefois, une grande part de cette bibliographie est à disposition des chercheurs dans le Manuel bibliographique de Bossuat et le Dictionnaire des Lettres Françaises, deux entreprises nourries également de ces fichiers.

En tout, ce sont un peu plus de 35m linéaires de petites fiches qui ont été saisis par Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye, avec le renfort de Vladimir Agrigoroaei.

Fichiers thématiques

A côté de ce classement par auteur ou par titre, des fichiers thématiques avaient été constitués pour des textes qui se laissaient mal classer par les deux méthodes précédentes, ou pour des textes qui gagnaient à être traités en série. On disposait ainsi de tiroirs de fiches sur les textes historiques (chroniques, généalogies…), la didactique morale et spirituelle, les prières et les traductions bibliques, l’hagiographie, le théâtre, le droit, les sciences et la médecine, les textes dits « de la vie quotidienne » (règles de vie, livres de raison, méthodes en tous genres), la lyrique de la fin du moyen âge (chants royaux, ballades, rondeaux). Le sort qui leur a été réservé a été plus variable.

  • Le fichier des chants royaux, ballades et rondeaux a été saisi en continu comme l’avaient été les fichiers par auteur ou par titre (Cécile Bruneau, Anne-Françoise Leurquin, Marie-Laure Savoye).
  • L’hagiographie a été le premier corpus traité dans Jonas de façon exhaustive et avec retour aux sources manuscrites, sous la direction d’Anne-Françoise Leurquin (spécialiste du domaine, auteur principal déjà du fichier papier), en tandem avec Marie-Laure Savoye, et avec la collaboration de Michele Bellotti et Simone Ventura.
  • Estelle Doudet a mis à profit son rattachement temporaire à la section romane (2011-2012) pour saisir une partie du fichier Théâtre profane.

Les autres « tiroirs » seront progressivement traités, en fonction des compétences disponibles parmi les membres statutaires de l’équipe.

Incipitaire et explicitaire

Ces deux fichiers n’ont pas fait l’objet de saisie systématique. La possibilité d’interroger Jonas par incipit ou explicit les rend progressivement caducs.

Fichiers manuscrits

Complémentaire des fichiers « textes », la section romane tenait un fichier « manuscrit », dont le code couleur était le suivant : fiche rose indiquant qu’une notice du manuscrit avait été établie par la section romane (voir infra), fiche verte ou bleue donnant les références des microfilms ou microfiches si nous en disposions, fiches blanches pour la bibliographie. Le tout classé par ordre des noms de ville, puis des lieux de dépôt, puis des cotes.

Dans la mesure où la saisie « au kilomètre » des fichiers « textes » nous paraissait avoir fait entrer dans Jonas l’essentiel, nous avons fait un choix de plus long traitement. Il s’explique aussi par notre conscience que les moyens modernes rendaient moins nécessaire la mise à disposition d’une proportion non négligeable des informations (extraites des catalogues, eux-mêmes de plus en plus souvent accessibles en ligne).

Aussi ce travail de saisie a-t-il été intégré à celui qu’on trouvera décrit ailleurs sous l’intitulé d’Inventaire des manuscrits.

Notices de manuscrits

Sous forme de dossiers dactylographiés ou manuscrits, la section romane disposait au lancement de Jonas d’environ 2000 notices de manuscrits français médiévaux. Scientifiquement, il était primordial que les données en soient versées dans Jonas. Certains de ces dossiers cependant contenaient bien plus que les données normées et chiffrées que pouvait accepter la base de données. Aussi, en complément du travail de saisie (Anne-Françoise Leurquin, Cécile Bruneau, Julie Métois, Marie-Laure Savoye), on a procédé à la numérisation d’une partie de ces dossiers1.

Depuis les fiches Jonas, le lien vers la notice numérisée en pdf (interrogeable en mode texte avec un peu d’erreur) peut se trouver soit juste en dessous de la cote2, soit dans la bibliographie.

Celles de l’Arsenal et de la BnF peuvent être feuilletées sur Gallica ; les autres dans la plateforme Ideal de l’IRHT.

Environ 200 notices doivent encore être traitées (notamment pour des manuscrits d’Oxford et Vienne).

Bibliographie informatisée (Bibliomac)

Dès les années 1980, la section romane avait troqué les fiches blanches cartonnées pour un logiciel de bibliographie, « Bibliomac ». Il contient 18000 références bibliographiques indexées, dont le versement dans Jonas, avec les liens pertinents vers les oeuvres et manuscrits, n’a pas pu être automatisé. Anne-Françoise Leurquin est en charge actuellement de la réindexation de l’ensemble des références.

  1. Pour les notices de manuscrits de l’Arsenal ou de la BnF, le chantier a été pris en charge financièrement et humainement par la BnF ; pour les autres manuscrits, il a été mené à l’IRHT sur financement Biblissima. []
  2. Lien cliquable « Notice Section romane IRHT » []

Chanson de geste ? Ou pas chanson de geste ?

Le 8 août, en dépouillant le tout récent catalogue de manuscrits de Peterhouse College (Cambridge),  je suis tombée sur la mention d’un fragment français du 12e s. Illico, j’ai fait appel à nos spécialistes de la période, Christine Ruby et Maria Careri.

Grâce au dynamisme de Maria et à la générosité de la bibliothécaire de Peterhouse College, nous avions quelques jours plus tard les photos. Deux bandes de parchemin… avec des bouts de vers, en strophes monorimes de longueurs variables (laisses ?).

Christine Ruby vient d’avoir l’idée de réunir les deux bandes en en inversant le sens, et nous voici avec des vers presque complets ! Ce qui ne nous permet toujours pas hélas d’identifier le texte. Parmi les indices qui mettront l’un ou l’autre de nos lecteurs sur une piste, des mots rares ou dans un sens rare (caitivage, garantage, ambage), et une comparaison avec l’empereur « Maxent ».

Voici ce qu’on peut lire des 28 lignes conservées :

///it faire com en sen ///

///ment sa force e sa vigor

///heom lui or ravom nostre hono[r]

///os conquist Jesus le raineor (dub)

///edurable e d’anfernal tristor

///cius en le grant resplendor

///mais non (dub) li peccheor

///t croire ne lui porter amor

///orones plus bien olans que flor

///imens espece ne licor

///ter Maxent l’empereor

///stre fait il com traitor

///t deables ne pensa a nul jor

///arbrin sus el plus haut estage

///lez del pais le barnage

///iez ki fu de grant age

///enu le chef e le visage

///t il tot soit voir o ambage

///n e formast a sa ymage

///e nasqui si vaillant ne si sage

///e mist en caitivage

///ar ke tot son lignage

/// sens avoir garantage

///ais nis (dub) el derrer eage (dub)

///ort ço par est si salvage

///e cil sunt plain de rage

///aploient lor corage

///ent cil ki unt esc///

L’attribution au 12e s. n’est pas improbable, mais la copie serait sans doute plutôt de la fin du siècle. A ajouter donc au catalogue de nos trois collègues.

Quant au texte, s’agit-il d’une chanson de geste ? A nos lecteurs de nous aider…

Dès maintenant, nous ne pouvons que remercier très sincèrement M. Thomson d’avoir signalé le fragment et Mme Celmare de Peterhouse College de son aide précieuse.

 

Cité de Dieu

Au seuil d’une nouvelle année universitaire, le travail de veille bibliographique de la section romane se révèle plus que gratifiant ! Et voici le premier d’une série de billets en témoignant…

Ce jour fut consacré à une vérification systématique de l’exhaustivité des informations de la base Jonas quant aux manuscrits médiévaux français et occitans de Trinity College (Cambridge). L’essentiel de ce que nous savions provenait du catalogue de James (The Western Manuscripts in the Library of Trinity College, Cambridge: a Descriptive Catalogue), achevé en 1904, du répertoire des textes anglo-normands de Dean et Boulton, et des fruits d’une mission sur place de notre équipe. Mais à tout cela avait échappé un manuscrit révélé par la version informatique du catalogue de la Wren Library,

Il s’agit d’un manuscrit de la Cité de Dieu, dans la traduction de Raoul de Presles, ou plus exactement du second volume d’une copie datable de la seconde moitié du 15e s (merci à Claudia Rabel pour la discussion improvisée à ce sujet). On prendra garde que la date fournie par le catalogue de la bibliothèque est celle du colophon de l’oeuvre et non du manuscrit. Pour le reste, nous n’avons aucun mérite : le texte était fort bien identifié par son possesseur du 19e s., Edmund Dickie Kershaw ! Voici pourtant un siècle qu’il attend dans l’ombre…

Le texte est copié sur papier, exception faite des feuilles portant des miniatures, sur parchemin. Le livre est de grand volume (440×320), ce qui est souvent le cas pour les témoins de ce texte. Il contient 11 miniatures.

Il est entré à la Wren Library en 1909, soit peu de temps après l’achèvement du catalogue de James, par un legs d’Edmund Dickie Kershaw.

Nous n’avons pas vu dans la liste des manuscrits déjà connus de la Cité de Dieu de premier volume « orphelin » dont les caractéristiques codicologiques correspondent à celles du volume de Cambridge. Mais grâce à la magnifique numérisation disponible en ligne, les spécialistes de ce texte et de son décor auront sans doute beaucoup à nous apprendre à son sujet.