Archives de catégorie : Billets

Chanson de geste ? Ou pas chanson de geste ?

Le 8 août, en dépouillant le tout récent catalogue de manuscrits de Peterhouse College (Cambridge),  je suis tombée sur la mention d’un fragment français du 12e s. Illico, j’ai fait appel à nos spécialistes de la période, Christine Ruby et Maria Careri.

Grâce au dynamisme de Maria et à la générosité de la bibliothécaire de Peterhouse College, nous avions quelques jours plus tard les photos. Deux bandes de parchemin… avec des bouts de vers, en strophes monorimes de longueurs variables (laisses ?).

Christine Ruby vient d’avoir l’idée de réunir les deux bandes en en inversant le sens, et nous voici avec des vers presque complets ! Ce qui ne nous permet toujours pas hélas d’identifier le texte. Parmi les indices qui mettront l’un ou l’autre de nos lecteurs sur une piste, des mots rares ou dans un sens rare (caitivage, garantage, ambage), et une comparaison avec l’empereur « Maxent ».

Voici ce qu’on peut lire des 28 lignes conservées :

///it faire com en sen ///

///ment sa force e sa vigor

///heom lui or ravom nostre hono[r]

///os conquist Jesus le raineor (dub)

///edurable e d’anfernal tristor

///cius en le grant resplendor

///mais non (dub) li peccheor

///t croire ne lui porter amor

///orones plus bien olans que flor

///imens espece ne licor

///ter Maxent l’empereor

///stre fait il com traitor

///t deables ne pensa a nul jor

///arbrin sus el plus haut estage

///lez del pais le barnage

///iez ki fu de grant age

///enu le chef e le visage

///t il tot soit voir o ambage

///n e formast a sa ymage

///e nasqui si vaillant ne si sage

///e mist en caitivage

///ar ke tot son lignage

/// sens avoir garantage

///ais nis (dub) el derrer eage (dub)

///ort ço par est si salvage

///e cil sunt plain de rage

///aploient lor corage

///ent cil ki unt esc///

L’attribution au 12e s. n’est pas improbable, mais la copie serait sans doute plutôt de la fin du siècle. A ajouter donc au catalogue de nos trois collègues.

Quant au texte, s’agit-il d’une chanson de geste ? A nos lecteurs de nous aider…

Dès maintenant, nous ne pouvons que remercier très sincèrement M. Thomson d’avoir signalé le fragment et Mme Celmare de Peterhouse College de son aide précieuse.

 

Cité de Dieu

Au seuil d’une nouvelle année universitaire, le travail de veille bibliographique de la section romane se révèle plus que gratifiant ! Et voici le premier d’une série de billets en témoignant…

Ce jour fut consacré à une vérification systématique de l’exhaustivité des informations de la base Jonas quant aux manuscrits médiévaux français et occitans de Trinity College (Cambridge). L’essentiel de ce que nous savions provenait du catalogue de James (The Western Manuscripts in the Library of Trinity College, Cambridge: a Descriptive Catalogue), achevé en 1904, du répertoire des textes anglo-normands de Dean et Boulton, et des fruits d’une mission sur place de notre équipe. Mais à tout cela avait échappé un manuscrit révélé par la version informatique du catalogue de la Wren Library,

Il s’agit d’un manuscrit de la Cité de Dieu, dans la traduction de Raoul de Presles, ou plus exactement du second volume d’une copie datable de la seconde moitié du 15e s (merci à Claudia Rabel pour la discussion improvisée à ce sujet). On prendra garde que la date fournie par le catalogue de la bibliothèque est celle du colophon de l’oeuvre et non du manuscrit. Pour le reste, nous n’avons aucun mérite : le texte était fort bien identifié par son possesseur du 19e s., Edmund Dickie Kershaw ! Voici pourtant un siècle qu’il attend dans l’ombre…

Le texte est copié sur papier, exception faite des feuilles portant des miniatures, sur parchemin. Le livre est de grand volume (440×320), ce qui est souvent le cas pour les témoins de ce texte. Il contient 11 miniatures.

Il est entré à la Wren Library en 1909, soit peu de temps après l’achèvement du catalogue de James, par un legs d’Edmund Dickie Kershaw.

Nous n’avons pas vu dans la liste des manuscrits déjà connus de la Cité de Dieu de premier volume « orphelin » dont les caractéristiques codicologiques correspondent à celles du volume de Cambridge. Mais grâce à la magnifique numérisation disponible en ligne, les spécialistes de ce texte et de son décor auront sans doute beaucoup à nous apprendre à son sujet.

Bueve de Hantone (ou Merci Josiane)

Notre collègue Francesco Siri, de la Bibliothèque nationale de France, nous a généreusement informées de la présence,  à la fin du manuscrit latin 7423, d’un fragment de manuscrit en français.

Grâce à la présence de l’héroïne Josiane, nous n’avons guère eu de mal à identifier le texte.

Il s’agit d’un bifeuillet contenant une copie  de la version II de Bueve de Hantone (d’après le classement et l’édition de Stimming) : sur le premier feuillet, on conserve la fin de la laisse XCVIII, XCIX-CI « complètes » et ce qui correspondrait à la laisse CII, dans une rédaction très variante. Sur le second feuillet, la fin de la laisse CIX, CX-CXI (presque complète).

La copie semble dater de la 2e moitié du 13e s (et pourrait être la plus ancienne de cette version). Elle était à deux colonnes de 35-36 vers (il manque presque tout le quart supérieur des pages). Des points d’alignement marquent la limite droite de chaque colonne de vers. L’espace est laissé vacant pour les lettrines de début de laisses, non exécutées.

D’après ces données encore conjecturales, il manquerait deux bifeuillets à l’intérieur.

Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye

Recueil de textes de spiritualité de l’abbaye de Saint-Maurice

Dans le dernier fascicule des Etudes franciscaines (9/2, 2016), Paul-Bernard Hodel porte à notre connaissance un important recueil de textes de spiritualité en français. L’essentiel de l’article porte sur l’histoire du volume et sur quatre lettres d’Henri de Baume qu’il renferme et qui sont ici éditées. Suit une notice textuelle déjà riche, que j’ai essayé très ponctuellement compléter. Il m’a paru nécessaire de faire quelque « publicité » à ce manuscrit auprès des spécialistes de littérature française et des utilisateurs de la base Jonas. Ne disposant pas des images du manuscrit, les identifications de textes que je propose dans la notice de Jonas et ci-dessous seront peut-être modifiées à l’avenir par la confrontation soigneuse avec d’autres recueils. « Ce ne sont pas des façons de travailler » pourra-t-on me dire, mais l’intérêt majeur de ce manuscrit m’a poussée à préférer cette solution d’urgence à la recherche de longue haleine. Ce billet appelle toutes les corrections opportunes en commentaire…

Le volume, qui porte la cote DIV 3/0/39 aux archives de l’abbaye de Saint-Maurice, commence par une traduction en prose du Lignum Vitae de saint Bonaventure. Le texte est acéphale, mais j’ai confronté l’incipit donné par Paul-Bernard Hodel avec le texte de la version contenue dans Paris, BnF, fr. 19548 et pense disposer là de deux traductions indépendantes.

L’incipit du second texte fait penser à des Heures de la Croix, que j’ai rapprochées  de celles du ms Tilander fr. 4 de Stockholm.

Suit un sermon pour le jeudi saint, puis une méditation qui pourrait être d’Henri de Baume (on la trouve également dans le manuscrit 257 de Besançon, qui transmet plusieurs textes d’attribution certaine), et une vie de la Vierge en trente points. On lit ensuite le Livre du Palmier.

Le texte des ff 91-124v est d’un intérêt particulier pour l’analyse d’ensemble des manuscrits contenant l’oeuvre d’Henri de Baume. Présenté comme un traité sur la béatitude des élus, c’est en réalité le chapitre 11 de l’Horloge de Sapience d’Henri Suso, dans la traduction française largement diffusée. Or, dans le manuscrit de Besançon, on croise de même un extrait de l’Horloge de Sapience que nous identifions sur ce carnet il y a un an (chapitres 3 et 15).

Vient ensuite une traduction partielle de la Regula novitiorum de Bonaventure, à ma connaissance inconnue jusqu’alors.

Pour un court texte du f. 112, Paul-Bernard Hodel donne comme incipit « Apres la resurrection NS, ly ame devote est de luy visiter et reconforter ». Avec beaucoup de prudence, je suggère de comparer ce texte avec la « Visite de Jésus-Christ à l’âme dévote » du ms 9272-9276 de Bruxelles (Incipit : « Aprez que la sainte et devote ame a contemplé, medité et plouré la mort et passion honteuse et crueuse de son tres bon et tres leal amy JC, ceste ame est de lui visitee et reconfortee »). Je ne dispose pas hélas de l’explicit du ms de Bruxelles, qui me permettrait une première vérification de cette hypothèse.

D’après son incipit, l’instruction sur la vie solitaire pourrait être une traduction de l’Epistula de vita solitaria pseudo-bernardine.

Aux ff. 128-133, un texte en vers  mutilé du début devra être rapproché du Sermon sur les plaies en alexandrins déjà connu par trois autres copies (Mons et Paris).

Le sermon sur Marie-Madeleine aux ff. 134-150 est traduit d’Anselme de Cantorbéry, mais la rubrique, sous un texte corrompu, garde le souvenir d’une attribution de la source à Origène : « Cy est l’omelie originelez a la louhange de ma dame saincte Marie Magdeleine » ; on en connaissait déjà deux copies.

Pour le Jardin amoureux de l’âme, on préférera l’attribution à Pierre d’Ailly (voir P.-Y. Badel, « Pierre d’Ailly auteur du Jardin amoureux« , dans Romania, 97 (1976), pp. 369-381).

La version des Vertus et l’Enfant Jésus que je pense voir derrière l’incipit du f. 167r ne semble pas identique à celle du ms de Besançon déjà plusieurs fois cité.

Je ne suis pas parvenue à identifier la doctrine de vie des ff. 168v-169v et la liste des pardons du pèlerinage à Rome du f. 170r diffère pour son début de celles déjà connues.

Je fais l’hypothèse d’une Plainte de la Vierge pour le texte des ff. 170v-171r.

Le bref incipit donné pour le groupe de texte suivant (Pater, Ave Maria, Credo, Dix commandements, Commandements de l’Eglise) ne me permet pas d’avancer avec assurance des identifications. A partir cependant des « Commandements de l’Eglise » je propose à titre provisoire une série de textes qu’on retrouve dans plusieurs recueils pieux des 14e et 15e s.

On lit ensuite les quatre lettres d’Henri de Baume éditées par P.-B. Hodel.

Je ne crois pas qu’on connaisse une autre copie de la traduction du sermon 41 de diversis de saint Bernard (sur les degrés de l’obéissance), mais il faudrait faire une comparaison minutieuse avec les collections de sermons de Bernard traduites en français (e.g. Berlin, SB, Phillipps 1925).

J.-B. Hodel a bien vu que l’enseignement sur les 12 degrés d’humilité était traduit de Bernard de Clairvaux, mais en réalité, il est indissociable des degrés d’orgueil qui font l’objet d’une entrée séparée dans la notice des Etudes franciscaines. Ensemble, degrés d’humilité et degrés d’orgueil sont la traduction du De gradibus humilitatis et superbiae de saint Bernard.

Je ne parviens pas à identifier le texte sur les voeux des religieuses, pourtant de quelque ampleur. Mais l’incipit, qui s’en tient à l’adresse de la lettre, ne donne guère de point d’accroche. Je ne me souviens pas avoir lu cela exactement chez Henri de Baume, mais un contrôle avec l’ensemble du manuscrit 257 de Besançon apporterait peut-être un démenti.

Le groupe de quatre textes des ff. 204r-220v  n’est sûrement pas inconnu, mais je ne parviens pas à le retrouver, ni en français ni en latin. Il s’agit d’un exposé sur quatre voies de la vie chrétienne : « voie illuminative » (Denis), « voie comparative » (Ambroise), « voie peregrinative » (Jérôme), « voie affective » (Bernard).

L’absence de rubrique pour les courts textes suivants rend également compliquée l’identification : il semble être question de la préparation des prêtres à la célébration de la messe, des luminaires de la messe.

Les prières peuvent être originales. En revanche, j’appelle à l’aide pour la méditation de quelque ampleur des ff. 227r-237r.

Le manuscrit se termine sur trois Noël.

Un rapprochement méthodique avec le manuscrit de Besançon serait sans nul doute fécond. Au-delà des lettres d’Henri de Baume, le volume de Saint-Maurice semble d’un intérêt majeur pour la recherche sur la littérature de spiritualité et l’on ne peut que remercier P.-B. Hodel de l’avoir décrit aussi précisément.