Fragment de l’Estoire del Saint Graal

Notre collègue Marco Maulu a attiré notre attention il y a quelques jours sur les pages de garde du ms Mazarine 2618, mal identifiées jusqu’alors dans Jonas, et dont le catalogue Calames disait seulement qu’il s’agissait d’un roman en prose.

Nous avons donc examiné ce feuillet, qui s’avère être un fragment de l’Estoire del saint Graal, § 554-557 de l’édition J.-P. Ponceau (CFMA 120-121), datable de la fin du 13e ou du début du 14e s. Le texte est copié à deux colonnes, d’une écriture très régulière.

Merci à M. Maulu de ce signalement !

Un extrait du Miserere

Lorsqu’en 1924, R. Fawtier et E.C. Fawtier-Jones publièrent la notice du légendier français de Carlisle1, ils ne purent identifier le texte qui se trouve aux feuillets 144v-147v, entre le Bestiaire divin de Guillaume Le Clerc de Normandie et la Vie de saint Jean Bouche d’or. J’ai eu plus de chance qu’eux.

Il s’agit d’un extrait du Miserere du Reclus de Molliens, les strophes CCXXXIX à CCLII, soit le récit d’un miracle marial : un moine de Cîteaux raillait ses frères chantant avec trop d’entrain. Pour la fête de l’Assomption, alors que le couvent se rend à l’office, il voit la Vierge distribuer à ses frères un électuaire divin, qu’elle lui refuse à plusieurs reprises. Elle lui en explique la raison. Blâmé le lendemain au chapitre de son agitation lors de la messe, il fait à la communauté le récit de sa vision.2

Le récit m’est familier, car il est inséré dans le Rosarius3, au chapitre XXIV. L’extrait du Rosarius est toutefois un peu plus ample : il commence une strophe plus tôt (CCXXXVIII) et court jusqu’à la fin du Miserere (soit la strophe CCLXXI).

 

  1. Fawtier R., Fawtier-Jones E.C. Note sur un légendier français conservé dans la bibliothèque du chapitre de Carlisle. In: Romania, tome 50 n°197, 1924. pp. 100-110. DOI : 10.3406/roma.1924.4579 ; www.persee.fr/doc/roma_0035-8029_1924_num_50_197_4579 []
  2. Variante de Tubach 4698. []
  3. Recueil de sermons en vers dont je prépare l’édition. []

Bueve de Hantone (ou Merci Josiane)

Notre collègue Francesco Siri, de la Bibliothèque nationale de France, nous a généreusement informées de la présence,  à la fin du manuscrit latin 7423, d’un fragment de manuscrit en français.

Grâce à la présence de l’héroïne Josiane, nous n’avons guère eu de mal à identifier le texte.

Il s’agit d’un bifeuillet contenant une copie  de la version II de Bueve de Hantone (d’après le classement et l’édition de Stimming) : sur le premier feuillet, on conserve la fin de la laisse XCVIII, XCIX-CI « complètes » et ce qui correspondrait à la laisse CII, dans une rédaction très variante. Sur le second feuillet, la fin de la laisse CIX, CX-CXI (presque complète).

La copie semble dater de la 2e moitié du 13e s (et pourrait être la plus ancienne de cette version). Elle était à deux colonnes de 35-36 vers (il manque presque tout le quart supérieur des pages). Des points d’alignement marquent la limite droite de chaque colonne de vers. L’espace est laissé vacant pour les lettrines de début de laisses, non exécutées.

D’après ces données encore conjecturales, il manquerait deux bifeuillets à l’intérieur.

Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye

Recueil de textes de spiritualité de l’abbaye de Saint-Maurice

Dans le dernier fascicule des Etudes franciscaines (9/2, 2016), Paul-Bernard Hodel porte à notre connaissance un important recueil de textes de spiritualité en français. L’essentiel de l’article porte sur l’histoire du volume et sur quatre lettres d’Henri de Baume qu’il renferme et qui sont ici éditées. Suit une notice textuelle déjà riche, que j’ai essayé très ponctuellement compléter. Il m’a paru nécessaire de faire quelque « publicité » à ce manuscrit1 auprès des spécialistes de littérature française et des utilisateurs de la base Jonas.

Le volume, qui porte la cote DIV 3/0/39 aux archives de l’abbaye de Saint-Maurice, commence par une traduction en prose du Lignum Vitae de saint Bonaventure. Le texte est acéphale. Il s’agit d’une traduction distincte de celle contenue dans Paris, BnF, fr. 19548.

Aux ff. 42r-62r se trouvent des Heures de la Croix, identiques à celles du ms Tilander fr. 4 de Stockholm.

Ce que j’avais identifié comme un sermon pour le jeudi saint (d’après la rubrique) est en réalité une compilation des quatre évangiles sur la Cène et l’annonce de sa Passion par le Christ (ff. 63r-75r).

Suit une méditation qui pourrait être d’Henri de Baume (on la trouve également dans le manuscrit 257 de Besançon, qui transmet plusieurs textes d’attribution certaine), et une vie de la Vierge en trente points. On lit ensuite le Livre du Palmier.

Le texte des ff 91-124v est d’un intérêt particulier pour l’analyse d’ensemble des manuscrits contenant l’oeuvre d’Henri de Baume. Présenté comme un traité sur la béatitude des élus, c’est en réalité le chapitre 11 de l’Horloge de Sapience d’Henri Suso, dans la traduction française largement diffusée. Or, dans le manuscrit de Besançon, on croise de même un extrait de l’Horloge de Sapience que nous identifions sur ce carnet il y a un an (chapitres 3 et 15).

Vient ensuite une traduction partielle de la Regula novitiorum de Bonaventure, à ma connaissance inconnue jusqu’alors.

Pour un court texte du f. 112, Paul-Bernard Hodel donne comme incipit « Apres la resurrection NS, ly ame devote est de luy visiter et reconforter ». Avec beaucoup de prudence, je suggère de comparer ce texte avec la « Visite de Jésus-Christ à l’âme dévote » du ms 9272-9276 de Bruxelles (Incipit : « Aprez que la sainte et devote ame a contemplé, medité et plouré la mort et passion honteuse et crueuse de son tres bon et tres leal amy JC, ceste ame est de lui visitee et reconfortee »). Je ne dispose pas hélas de la reproduction du ms de Bruxelles, qui me permettrait une première vérification de cette hypothèse.

D’après son incipit, l’instruction sur la vie solitaire pourrait être une traduction de l’Epistula de vita solitaria pseudo-bernardine (contrôle encore à faire par la consultation de l’article de J. Leclercq, « Deux opuscules médiévaux… » in Studia monastica 4 (1962).

Aux ff. 128-133, un texte en vers  mutilé du début devra être rapproché du Sermon sur les plaies en alexandrins déjà connu par trois autres copies (Mons et Paris).

Le sermon sur Marie-Madeleine aux ff. 134-150 est traduit d’Anselme de Cantorbéry, mais la rubrique, sous un texte corrompu, garde le souvenir d’une attribution de la source à Origène : « Cy est l’omelie originelez a la louhange de ma dame saincte Marie Magdeleine » ; on en connaissait déjà deux copies.

Pour le Jardin amoureux de l’âme, on préférera l’attribution à Pierre d’Ailly (voir P.-Y. Badel, « Pierre d’Ailly auteur du Jardin amoureux« , dans Romania, 97 (1976), pp. 369-381).

Le poème que nous avons provisoirement appelé les Vertus et l’Enfant Jésus du f. 167r n’a rien à voir avec le texte du même titre dans le ms de Besançon déjà plusieurs fois cité.

Je ne suis pas parvenue à identifier la doctrine de vie des ff. 168v-169v et la liste des pardons du pèlerinage à Rome du f. 170r diffère pour son début de celles déjà connues.

Une Plainte de la Vierge se trouve aux ff. 170v-171r.

Le bref incipit donné pour le groupe de texte suivant (Pater, Ave Maria, Credo, Dix commandements, Commandements de l’Eglise) ne me permet pas d’avancer avec assurance des identifications. A partir cependant des « Commandements de l’Eglise » je propose à titre provisoire une série de textes qu’on retrouve dans plusieurs recueils pieux des 14e et 15e s.

On lit ensuite les quatre lettres d’Henri de Baume éditées par P.-B. Hodel.

Je ne crois pas qu’on connaisse une autre copie de la traduction du sermon 41 de diversis de saint Bernard (sur les degrés de l’obéissance), mais il faudrait faire une comparaison minutieuse avec les collections de sermons de Bernard traduites en français (e.g. Berlin, SB, Phillipps 1925).

J.-B. Hodel a bien vu que l’enseignement sur les 12 degrés d’humilité était traduit de Bernard de Clairvaux, mais en réalité, il est indissociable des degrés d’orgueil qui font l’objet d’une entrée séparée dans la notice des Etudes franciscaines. Ensemble, degrés d’humilité et degrés d’orgueil sont la traduction du De gradibus humilitatis et superbiae de saint Bernard.

Je ne parviens pas à identifier le texte sur les voeux des religieuses, pourtant de quelque ampleur. Mais l’incipit, qui s’en tient à l’adresse de la lettre, ne donne guère de point d’accroche. Je ne me souviens pas avoir lu cela exactement chez Henri de Baume, mais un contrôle avec l’ensemble du manuscrit 257 de Besançon apporterait peut-être un démenti.

Le groupe de quatre textes des ff. 204r-220v  n’est sûrement pas inconnu, mais je ne parviens pas à le retrouver, ni en français ni en latin. Il s’agit d’un exposé sur quatre voies de la vie chrétienne : « voie illuminative » (Denis), « voie comparative » (Ambroise), « voie peregrinative » (Jérôme), « voie affective » (Bernard).

L’absence de rubrique pour les courts textes suivants rend également compliquée l’identification : il semble être question de la préparation des prêtres à la célébration de la messe, des luminaires de la messe.

Les prières peuvent être originales. En revanche, j’appelle à l’aide pour la méditation de quelque ampleur des ff. 227r-237r.

Le manuscrit se termine sur trois Noël.

Un rapprochement méthodique avec le manuscrit de Besançon serait sans nul doute fécond. Au-delà des lettres d’Henri de Baume, le volume de Saint-Maurice semble d’un intérêt majeur pour la recherche sur la littérature de spiritualité et l’on ne peut que remercier P.-B. Hodel de l’avoir décrit aussi précisément.

Je publierai prochainement une étude détaillée de ce manuscrit, témoin essentiel de la spiritualité du 15e s.

 

  1. J’avais proposé en avril 2017 une notice provisoire d’après les incipit donnés par P.-B. Hodel. J’ai depuis pu consulter la numérisation du manuscrit, et le billet tel qu’il se lit à compter du 4 novembre 2017 a été amendé. []