Tous les articles par Marie-Laure Savoye

Chanson de geste ? Ou pas chanson de geste ?

Le 8 août, en dépouillant le tout récent catalogue de manuscrits de Peterhouse College (Cambridge),  je suis tombée sur la mention d’un fragment français du 12e s. Illico, j’ai fait appel à nos spécialistes de la période, Christine Ruby et Maria Careri.

Grâce au dynamisme de Maria et à la générosité de la bibliothécaire de Peterhouse College, nous avions quelques jours plus tard les photos. Deux bandes de parchemin… avec des bouts de vers, en strophes monorimes de longueurs variables (laisses ?).

Christine Ruby vient d’avoir l’idée de réunir les deux bandes en en inversant le sens, et nous voici avec des vers presque complets ! Ce qui ne nous permet toujours pas hélas d’identifier le texte. Parmi les indices qui mettront l’un ou l’autre de nos lecteurs sur une piste, des mots rares ou dans un sens rare (caitivage, garantage, ambage), et une comparaison avec l’empereur « Maxent ».

Voici ce qu’on peut lire des 28 lignes conservées :

///it faire com en sen ///

///ment sa force e sa vigor

///heom lui or ravom nostre hono[r]

///os conquist Jesus le raineor (dub)

///edurable e d’anfernal tristor

///cius en le grant resplendor

///mais non (dub) li peccheor

///t croire ne lui porter amor

///orones plus bien olans que flor

///imens espece ne licor

///ter Maxent l’empereor

///stre fait il com traitor

///t deables ne pensa a nul jor

///arbrin sus el plus haut estage

///lez del pais le barnage

///iez ki fu de grant age

///enu le chef e le visage

///t il tot soit voir o ambage

///n e formast a sa ymage

///e nasqui si vaillant ne si sage

///e mist en caitivage

///ar ke tot son lignage

/// sens avoir garantage

///ais nis (dub) el derrer eage (dub)

///ort ço par est si salvage

///e cil sunt plain de rage

///aploient lor corage

///ent cil ki unt esc///

L’attribution au 12e s. n’est pas improbable, mais la copie serait sans doute plutôt de la fin du siècle. A ajouter donc au catalogue de nos trois collègues.

Quant au texte, s’agit-il d’une chanson de geste ? A nos lecteurs de nous aider…

Dès maintenant, nous ne pouvons que remercier très sincèrement M. Thomson d’avoir signalé le fragment et Mme Celmare de Peterhouse College de son aide précieuse.

 

Cité de Dieu

Au seuil d’une nouvelle année universitaire, le travail de veille bibliographique de la section romane se révèle plus que gratifiant ! Et voici le premier d’une série de billets en témoignant…

Ce jour fut consacré à une vérification systématique de l’exhaustivité des informations de la base Jonas quant aux manuscrits médiévaux français et occitans de Trinity College (Cambridge). L’essentiel de ce que nous savions provenait du catalogue de James (The Western Manuscripts in the Library of Trinity College, Cambridge: a Descriptive Catalogue), achevé en 1904, du répertoire des textes anglo-normands de Dean et Boulton, et des fruits d’une mission sur place de notre équipe. Mais à tout cela avait échappé un manuscrit révélé par la version informatique du catalogue de la Wren Library,

Il s’agit d’un manuscrit de la Cité de Dieu, dans la traduction de Raoul de Presles, ou plus exactement du second volume d’une copie datable de la seconde moitié du 15e s (merci à Claudia Rabel pour la discussion improvisée à ce sujet). On prendra garde que la date fournie par le catalogue de la bibliothèque est celle du colophon de l’oeuvre et non du manuscrit. Pour le reste, nous n’avons aucun mérite : le texte était fort bien identifié par son possesseur du 19e s., Edmund Dickie Kershaw ! Voici pourtant un siècle qu’il attend dans l’ombre…

Le texte est copié sur papier, exception faite des feuilles portant des miniatures, sur parchemin. Le livre est de grand volume (440×320), ce qui est souvent le cas pour les témoins de ce texte. Il contient 11 miniatures.

Il est entré à la Wren Library en 1909, soit peu de temps après l’achèvement du catalogue de James, par un legs d’Edmund Dickie Kershaw.

Nous n’avons pas vu dans la liste des manuscrits déjà connus de la Cité de Dieu de premier volume « orphelin » dont les caractéristiques codicologiques correspondent à celles du volume de Cambridge. Mais grâce à la magnifique numérisation disponible en ligne, les spécialistes de ce texte et de son décor auront sans doute beaucoup à nous apprendre à son sujet.

Bueve de Hantone (ou Merci Josiane)

Notre collègue Francesco Siri, de la Bibliothèque nationale de France, nous a généreusement informées de la présence,  à la fin du manuscrit latin 7423, d’un fragment de manuscrit en français.

Grâce à la présence de l’héroïne Josiane, nous n’avons guère eu de mal à identifier le texte.

Il s’agit d’un bifeuillet contenant une copie  de la version II de Bueve de Hantone (d’après le classement et l’édition de Stimming) : sur le premier feuillet, on conserve la fin de la laisse XCVIII, XCIX-CI « complètes » et ce qui correspondrait à la laisse CII, dans une rédaction très variante. Sur le second feuillet, la fin de la laisse CIX, CX-CXI (presque complète).

La copie semble dater de la 2e moitié du 13e s (et pourrait être la plus ancienne de cette version). Elle était à deux colonnes de 35-36 vers (il manque presque tout le quart supérieur des pages). Des points d’alignement marquent la limite droite de chaque colonne de vers. L’espace est laissé vacant pour les lettrines de début de laisses, non exécutées.

D’après ces données encore conjecturales, il manquerait deux bifeuillets à l’intérieur.

Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye