Monographies parues en 2015 et dépouillées par l’équipe

Liste des titres dépouillés (EN COURS1)

  • Emilie Maraszak, Les manuscrits enluminés de l’Histoire ancienne jusqu’à César en Terre Sainte. Saint-Jean d’Acre, 1260-1291, Dijon, Editions universitaires de Dijon, 2015
  1. La liste était jusqu’à fin 2017 tenue sur des registres papier, qui seront progressivement versées sur ce carnet de recherche. []

Grand prix Prince Louis de Polignac

La Fondation Prince Louis de Polignac fut fondée en 1997 à la mémoire du prince, épris de culture et de musique, disparu l’année précédente. Elle a pour but de promouvoir la culture française et européenne et de contribuer au développement de la science. Elle remet chaque année un Grand Prix et des prix de recherche, sur proposition des Académies de l’Institut de France (à tour de rôle l’Académie française, l’Académie des inscriptions et belles-lettres, l’Académie des sciences, l’Académie des beaux-arts et l’Académie des sciences morales et politiques).

En 2017, sur proposition de l’AIBL, elle a distingué l’IRHT pour sa base de données Jonas. La cérémonie de remise des prix s’est déroulée le 12 décembre à l’hôtel de Polignac, siège de la fondation Singer-Polignac, en présence de SAS Le Prince Albert II de Monaco. M. le Chancelier de l’Institut de France, Gabriel de Broglie, a ouvert la cérémonie, puis passé la parole à Madame le juge Daurelle, présidente et co-fondatrice de la fondation. Cette dernière a rendu hommage à la figure du prince Louis de Polignac et rappelé la vocation de la fondation.

Le prix du Conseil d’Administration a été remis par le professeur Yves Pouliquen, président de la Fondation Singer-Polignac, à l’association Ressource, qui se consacre au mieux-être des malades du cancer.

Monsieur le Secrétaire perpétuel de l’AIBL, Michel Zink, a ensuite rappelé l’histoire de l’IRHT depuis sa création et rendu hommage à son fondateur Félix Grat, évoqué l’importance des outils créés par le laboratoire depuis ses origines et exprimé son inquiétude, au vu de la situation actuelle, pour l’avenir de la Section romane.

Marie-Laure Savoye s’est ensuite exprimée ainsi au nom de la Section romane :

Monseigneur, Monsieur le Chancelier de l’Institut de France, Madame la Présidente de la Fondation Prince Louis de Polignac, Monsieur le Président de la Fondation Singer Polignac, Mesdames et Messieurs,

 C’est un très grand honneur pour moi de représenter ce soir le projet JONAS, porté par la section romane de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes. Consultable librement sur Internet par les chercheurs et tous les curieux, JONAS est un répertoire informatique de tous les textes et manuscrits français et occitans antérieurs à 1500. Pour chaque œuvre, il procure la liste des manuscrits et éditions anciennes et modernes permettant de la lire. Réciproquement, il fournira à terme la description archéologique et textuelle de tous les vestiges manuscrits de l’ancienne littérature de la France. A cette date, 19000 textes ont été identifiés et documentés ; le répertoire compte 18000 fiches de manuscrits.

JONAS est la concrétisation, quant aux langues vernaculaires du territoire de la France, de l’ambitieux projet de Félix Grat, député de la Mayenne à la veille de la seconde guerre mondiale. En 1937, à force d’enthousiasme, Félix Grat obtint de Jean Perrin, sous-secrétaire d’Etat à la recherche scientifique, la création d’un Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, institut auquel fut confiée la mission d’étudier « la transmission écrite de la pensée humaine ». Le romaniste Mario Roques était des premiers soutiens de l’entreprise, mais il fallut attendre 1940 pour qu’une section « romane » soit fondée, sous la houlette d’une jeune chartiste, Edith Brayer.

Et c’est bien à cette date et par Edith Brayer que furent établis les principes du répertoire JONAS ; au début des années 2000, Sylvie Lefèvre, responsable de la section romane, confiait à Anne-Françoise Leurquin et moi-même la mission de faire migrer les fichiers papier vers un support électronique. L’informatique et internet ont magistralement métamorphosé l’outil, mais quant à son contenu scientifique, il est le fruit du travail de plusieurs générations, que je tiens à associer fortement à la reconnaissance aujourd’hui accordée. Jadis, les chercheurs du monde entier faisaient le voyage de Paris ou écrivaient pour exploiter les données des tiroirs de fiches ; aujourd’hui, ils se connectent simplement à JONAS. Le répertoire informatisé offre pourtant bien plus qu’un accès facilité à la documentation. En à peine plus d’une décennie, sa puissance et son efficience ont été décuplés : maints chercheurs utilisent JONAS comme incipitaire – et l’on sait l’utilité de pareil outil pour l’étude d’une période où l’anonymat fait figure de règle ; le répertoire permet des recherches avancées sur l’archéologie du livre médiéval, sur les artisans du livre ancien, sur la diffusion et la réception des œuvres vernaculaires.

En cette fin d’année 2017, le répertoire JONAS est un outil proche de l’exhaustivité pour les textes que notre époque dirait « de divertissement » : chansons de geste, romans, théâtre, poésie. Des projets passés ou en cours font progresser quotidiennement la connaissance de l’écrit spirituel et historique. Un champ cependant demandait à être ouvert et conduit à un premier seuil de complétude : celui des écrits concernant l’histoire sociale et la culture matérielle, règles de vie, manuels de conversation ou de danse, règlements, traités techniques, ouvrages d’économie rurale et domestique, jeux, rébus et autres devinettes… On ne saurait épuiser la diversité thématique que recouvrent ces textes, dans lesquels l’intérêt esthétique cède le pas à l’intérêt pratique ; des textes dont chacun comprendra l’importance pour la recherche historique. Grâce au soutien de la Fondation Prince Louis de Polignac, ce chantier sera ouvert en 2018 ; par ma voix s’exprime la reconnaissance d’une large communauté scientifique avide de faire son miel de cette documentation nouvelle.

L’enrichissement par corpus de recherche fut et est encore une des méthodes privilégiées d’alimentation du répertoire : la littérature hagiographique fut ainsi la première intégralement documentée, grâce aux travaux et à l’expertise d’Anne-Françoise Leurquin ; dans l’actualité, JONAS accueille le catalogage des manuscrits français et occitans de la Bibliothèque Apostolique Vaticane.

L’alimentation quotidienne consiste encore en une veille bibliographique méthodique et l’extraction des données pertinentes des éditions de textes, articles, études, catalogues d’expositions ou de fonds paraissant chaque année. Enfin, nous avons réengagé récemment le dépouillement systématique des fonds manuscrits de par le monde, et la récolte de nouveautés est abondante, aujourd’hui par exemple dans les collections de l’Illinois.

Maillon du projet fondateur de l’IRHT, JONAS ne se conçoit qu’en interaction avec d’autres outils développés dans le laboratoire et au-delà. Il est donc entré dans des réseaux de ressources électroniques vers lesquelles il oriente l’utilisateur, et desquelles il est complémentaire : numérisations, éditions électroniques, répertoires iconographiques, outils couvrant d’autres domaines linguistiques…

Si JONAS a conquis ainsi sa place d’outil de référence mondiale pour l’étude des manuscrits médiévaux français, c’est parce qu’il est le fruit du travail de passionnés : des hommes et des femmes qui ont fait la section romane au fil des générations : Edith Brayer, Anne-Marie Bouly de Lesdain, Geneviève Brunel, Maria Careri, Françoise Ferrand, Françoise Féry-Hue, Geneviève Hasenohr, Gillette Labory, Sylvie Lefèvre, Anne-Françoise Leurquin, Christine Ruby, Claude de Tovar, Françoise Vielliard, Fabio Zinelli. Passionnés également, de leur métier comme de notre objet de recherche, les informaticiens hors pair qui se sont relayés pour développer JONAS et le faire évoluer : Michel Grech, Olivier Marlet, Cyril Masset, Henri Seng. Passionnés enfin, les directeurs successifs de l’IRHT ayant accordé un soutien sans faille à un projet qui pour ses inventeurs mêmes paraissait encore en 2002, très utopique.

L’enthousiasme a eu raison de maintes difficultés ; toujours vif, et nourri de l’honneur fait à JONAS en ce jour, je veux croire qu’il triomphera également du danger que fait peser sur lui la situation démographique actuelle de la section romane. Il reste tant à faire, et un si grand désir de le faire, pour le service de la communauté scientifique, pour le service et la mémoire du patrimoine littéraire de la France…

Pour les artisans du projet, l’enthousiasme a fait de Jonas un compagnon quotidien, abolissant les frontières entre partenariat professionnel et amitié, entre laboratoire de recherche et sphères familiales et amicales. Certaines des belles personnes qui ont, par leur œuvre ou leur attention, apporté leur pierre à l’édifice ne sont plus parmi nous ; elles seraient émues de cette reconnaissance et mes pensées et remerciements vont vers elles. Ils vont à mes prédécesseurs et collègues, aux directeurs de l’IRHT, aux utilisateurs sans cesse plus nombreux de Jonas, mais au premier chef aux membres de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, de l’Institut de France et de la Fondation Prince Louis de Polignac, qui font aujourd’hui cet honneur à JONAS et au projet continué de Félix Grat.

Puis le Secrétaire perpétuel de l’AIBL a remis aux lauréates la médaille décernée avec le prix. Celui-ci, d’un montant de 10.000 €, financera la mise en œuvre du corpus « vie quotidienne ».

La cérémonie a été suivie d’un récital de piano par Jean-Paul Gasparian et d’un cocktail.

Bruxelles

Suivi des Catalogues
  • Les volumes 1 à 7 et 9 à 13 du Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque Royale de Belgique sous la direction de J. Van den Gheyn ont été dépouillés ; le tome 8 est en cours de dépouillement.
  • Les volumes présentant les acquisitions récentes: Acquisitions majeures, Exercice 1964 ; 15 années d’acquisitions 1954-1968 ; Cinq années d’acquisitions 1969-1973 et 1974-1978 ; 10 années d’acquisitions 1979-1988.
  • La Librairie des ducs de Bourgogne, I-V, Bruxelles, 2000-2015
Reste à faire
cote VdG à faire
02858   Faire la notice détaillée du bréviaire
02890   Identifier la ou les prières du livre d’heures 2890
02992-2993   Identifier la ou les prières du livre d’heures
04253-54 6, 3934 notice du texte
04483   Identifier la ou les prières du livre d’heures
04619   Faire une brève notice du 4619 (épîtres)
04917   Identifier la ou les prières du livre d’heures
05513-17   Faire la notice détaillée du bréviaire
07243-7251 10, 6768 pour la datation du ms, vérifier si la signature Charles f. 244v est celle de Charles 1er, mort en 1527 ou de Charles 2 mort en 1551 – voir ce qu’est le dernier texte attribué à Waleran de Wavrin
07376-77 9, 6181 que faire du discours à Charles VIII ?
07386-94  7, 4976 descriptions de funérailles princières. Faut-il le dépouiller en détail ? Faire les relevés d’incipit
09003   décalage de date : 1320 pour Légaré, 15e s pour Van den Gheyn. pas de film. où trouver l’info
09225 et 9229-30    où sont les sermons de Maurice de Sully, complété le dépouillement avec le catalogue, pas vu ça
09347-48 11, 7433 voir si les ff. 148v-149 et 180-181 sont en français
09394-96   Identifier la version de la Bible
09949-51 10, 7059 Identifier les textes
10233   quid de l’addition sur la mort de Richard d’Angleterre, f. 0-0 ? c’est une interpolation dans qqch ?
10295   vérifier la présence de Paul ermite, absent du catalogue
10306-307 7, 4634 ff. 17-fin, vérifier si c’est bien Jean de Montreuil
10389   Faire la notice détaillée du bréviaire
10432-35 9, 6167 voir description de l’héraldique pour identifier le commanditaire ; Ghistele, voir aussi sous exemplaire
10469   Essayer de déchiffrer le début
10487-10490 7, 5016 Compléter la notice de la 1ère partie, créer les textes, etc
10768   Identifier la ou les prières du livre d’heures
10769-70   Identifier la prière en français du 10769-70, f. 42-53
10774   Vérifier l’identification des sept joies du 10774
11004-017 9, 6494 Faire la notice détaillée (recettes, plantes, etc)
11098   Saisir les textes médiévaux. Signaler les non médiévaux dans la zone identification
12561-569 10, 6990 copies de traités de paix :les plus anciens sont du 15e s
14644 10, 6926 Vérifier si le texte est médiéval; en ce cas, créer
14777-14781 10, 6880 n°s 2 et 3 : le style du parlement est en latin; les admonitions sont bilingues mais inconnues de Jonas, est-ce une partie du style ?
14821-14840 7, 5041 Vérifier si les textes sont médiévaux (chansons…); quid du texte sur la mot de Louis de Luxembourg ff. 106v-113v
14971-977 10, 6988 Faire une notice brève : recueil historique 15e et 16e s
15079   Identifier la ou les prières du livre d’heures
16381-390 7, 4977 Faire une notice brève : descriptions de funérailles princières.
20628 10, 7032 Faire une brève notice et relever l’incipit ; copie moderne
20642-648   un poème d’amour en français dans un recueil latin et néerlandais
20716   Identifier les deux derniers fragments du 20716
20807-809 10, 7082 Faire la notice détaillée : 14e s, occitan, à voir
21042 7, 4329 Relever les textes repère . Voir si, f. 87sqq, les éléments sur la noblesse et les archevêques d’Espagne et les ordres chevaliers espagnols font partie du texte. Comparer avec les autres mss, KBR 7382 et 15856-859
22151 6, 3916 Regarder si la règle des clarisses est connue de Jonas ; médiévale ou 16e s. ?
II.0282   Faire une brève notice du II 282 (traité de la vraie croix, Lumière as lais)
II.0521 12, 7507 Faire une brève notice : ms 16e s mais texte médiéval
II.1465   Vérifier la date à la fin du titre, mil CCC ou CCCC 83, et modifier les fiches de l’oeuvre et du ms en conséquence
II.2322 9, 6570 Identifier les listes des ff. 8v-12
II.2534 3, 3075 Regarder 1er et dernier texte
II.2545 7, 5030 Faire la notice détaillée. Si on commande le film, cela pourrait faire l’objet d’une bourse erasmus
II.2659 10 6981 textes historiques autour de la paix d’Arras ; comparer avec les textes dans Jonas 9949-51
II.2754 9, 6526 identifier les 2 premiers textes
II.3032   vies de saints. Saisir les textes médiévaux. Signaler les non médiévaux dans la zone identification
II.4826 12, 7506 Faire une brève notice : ms 16e s mais texte médiéval
IV.0541   Terminer le dépouillement de Lemaire, 1979, Meschinot…
IV.1147   Relever l’incipit des textes français
IV 1309   Livre d’heures de Jacques de Brégilles : Vérifier la présence de pièces françaises

Revenir à la liste complète des villes possédant des fonds de manuscrits.

Coburg

Les fonds de la Landesbibliothek ont été dépouillés d’après Ilona Hubay, Die Handschriften der Landesbibliothek Coburg, Coburg, 1962. La bibliothèque possède 236 manuscrits, provenant surtout de la bibliothèque des ducs de Saxe Coburg et du tsar Ferdinand de Bulgarie ; 9 d’entre eux sont antérieurs à 1500, dont 2 en français.