Qui connaît ? Appel à l’aide pour l’identification d’une chronique universelle abrégée

Le manuscrit 431 de la Bibliothèque municipale de Bourges contient une chronique très abrégée (du 5e s. avant JC à 1276 en 55 feuillets peu denses) que nous ne croyons pas avoir repérée ailleurs. Nous lançons un appel aux spécialistes des textes historiques en moyen français pour en préciser l’identification.

Sur une large part, la chronique pourrait avoir pour source le Speculum historiale de Vincent de Beauvais. En voici quelques indices :

  1. La première histoire lisible (le début du manuscrit est fortement endommagé) est celle du procès entre Euathlos et Prothagoras, telle qu’on la lit au livre IV, chapitre 55 du Speculum historiale.
  2. Ici, comme quelques lignes plus bas à propos de Socrate, la source citée par l’auteur français est celle qu’invoque également Vincent de Beauvais, Aulu Gelle.
  3. Nous avons comparé la biographie du roi Alfred ; les détails donnés par l’auteur français (chandelle coupée en trois pour répartir équitablement le temps entre soins du corps, soins de l’esprit et repos ; liste des traductions, etc.) sont tous présents chez Vincent (qui les emprunte à Guillaume de Malmesbury), alors qu’on les cherche en vain dans les sources latines que nous avons pu consulter par exemple dans les MGH.

En revanche, pour les siècles les plus récents, nous ne savons pas quelle est la source utilisée. La copie s’interrompt accidentellement sur les déboires de Pierre de la Broce.

Stylistiquement, la chronique a pour caractéristique de commencer tous ses paragraphes, très courts, par la formule « En celi temps ». Pour paraître banale, cette formule ne se retrouve pas de façon systématique dans d’autres productions comparables comme Li Livres hystorialz abbrigiez que freires Vincens de Beauvaiz de l’ordre des preschours fist du manuscrit français 9558 de la BNF ou le Miroir historial abrégé  de Jean de Noyal.

Avis aux spécialistes…


1 pensée sur “Qui connaît ? Appel à l’aide pour l’identification d’une chronique universelle abrégée”

  1. Grâce à l’aide experte d’Isabelle Guyot-Bachy et de Xavier Hélary, nous savons maintenant que le manuscrit de Bourges est une copie mutilée du Manuel d’Histoire dit de Philippe de Valois. Les collations que nous avons réalisées sur une poignée de témoins incitent à rapprocher le manuscrit de Bourges de la rédaction qu’on trouve dans Paris, BnF, fr. 4939 (consultable sur Gallica). Vifs remerciements à nos collègues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *